27/12/2020

2021

 

Tu arriveras de l'Est,

 le ciel sera toujours aussi sombre,

et la menace, hélas, toujours bien présente.

 

Comment vaincre un ennemi invisible

quand les profits dépassent l'espérance,

quand les loups se dévorent entre eux,

quand le chacun pour soi

compte bien davantage

que la recherche du bien commun?

 

Ils nous submergent avec leur décisions

nous condamnant à l'isolement,

comme si le bagne au travail n'était plus

que notre seul perspective d'avenir

et de mouvement.

Travailler et se mettre en cage à domicile.

Travailler pour qu'ils s'enrichissent.

Travailler pour sauver l'économie

et la richesse de quelques-uns.

 

Et puis se faire vacciner

comme des animaux contaminés

pour rester quand même dans l'ignorance

sous nos masques, en gardant nos distances,

en écoutant bien les dernières directives

venant de Berne ou de Paris.

Pas plus que dix à Noël.

Couvre-feu à 20 heures.

Bars et restaurants fermés

jusqu'au 22 janvier.

Et après le vaccin?

Toujours la même rengaine,

les même migraines,

la même gangrène qui pourrit nos libertés?

 

Ils ont un plan pour tout,

sauf pour nous rendre la liberté.

Ils prennent des décisions

qui ne sont que des interdictions,

des restrictions, des sommations

de nous convertir au divin vaccin

et de se conformer aux directives.

 

Sommes-nous si incapables

de décider par nous-mêmes

sur ce qui est bon de faire

quand un virus nous menace?

 

Sommes-nous si incapables

face à cet ennemi dont les scientifiques

détiennent toutes les clefs de manipulation

nous laissant dans l'ignorance

comme des cobayes passifs et dociles,

des sortes de poupées mécaniques

tendant notre bras à la connaissance

de quelques savants de laboratoire?

 

Le vaccin n'est pas obligatoire

mais très fortement conseillé.

Mais si nous ne nous vaccinons pas

pourrons-nous encore aller danser

jusqu'au bout de la nuit

parmi les clubbers?

Et si nous nous vaccinons,

les clubs, les théâtres, les cinémas,

les lieux de cultures et de loisirs,

les terrains de foot et de sports,

nous seront-ils ouverts pour de vrai?

 

Ils ne disent rien

par peur de la révolte

et même de la révolution.

Mais ils nous contraignent

avec leurs lois et leurs amendes.

Ils nous vaccineront en 2021.

Mais qu'elle est leur feuille de route?

Si le vaccin est la solution

pourquoi ce grand silence

sur ce qui nous arrivera au printemps et en été?

 

Des millions de doses commandées.

Des milliards de dollars pour les pharma.

Mais personne ne veut dire

si nous pourrons bientôt faire la fête,

partir en week-end ou en vacances,

retrouver nos familles, nos femmes, nos enfants,

retrouver notre liberté de circuler,

de nous embrasser,

de danser, de se rassembler,

et de voyager sans entrave.

Mais ils nous conseillent

comme de bons docteurs

et ils nous affirment que le vaccin

sera bon pour nous

sans en apporter aucune preuve.

 

Dans le doute, abstiens-toi.

Dans l'absence de réponse, abstiens-toi.

Je ne veux pas de vaccin

si je ne connais pas le chemin

que me réserve les politiciens.

Je ne veux pas d'un vaccin

contre l'ennemi

si l'ennemi me condamne

encore et toujours à porter le masque,

garder mes distances,

m'assigne à domicile

comme un prisonnier

après mon travail,

m'impose encore et toujours sa loi

ou plutôt  celle de nos dirigeants.

 

Messieurs les dirigeants du monde,

Il est temps de tracer le chemin

pour 2021.

Si vous voulez nous fourguer votre vaccin,

Il est temps de nous dire la vérité sur l'assassin,

sur l'efficacité ou non d'un nouveau produit

qu'ils veulent nous injecter dans le corps.

 

Je ne prendrai qu'un produit étranger

qui menacera mon corps

que si on m'affirme que la société retrouvera

sa joie de vivre et la liberté en 2021.

Je ne prendrai ce vaccin

que si je sais qu'il vaincra le virus

et que nous pourrons alors nous serrer la main,

nous embrasser, nous aimer sans réserve,

nous réjouir sur une piste de danse,

avec l'insouciance d'avant,

avec la liberté d'avant,

avec le droit de faire ce que je veux,

quand je veux, et avec qui je veux.

 

Je ne suis pas une expérimentation animale.

Je suis un être humain qui tient à sa santé

et qui se défend contre le virus

avec son bon sens à défaut du produit miracle.

 

Le chemin n'est pas clair du tout.

Le vaccin est là mais personne n'est là

pour tracer la route vers notre liberté.

Il y a comme un grand malaise

et une sorte de loi du silence.

Et face à cela,

je ne suis pas censé me faire fourguer

un produit qui ne changera rien

à ma situation de confiné.

 

J'exige des réponses

avant de me faire vacciner.

Sinon, pas question de se faire vacciner

et d'offrir mon corps aux expérimentations

de quelques grosses firmes pharmaceutiques

qui se fichent bien pas mal de ma santé.

 

Tu arriveras de l'Est,

 le ciel sera toujours aussi sombre,

et la menace, hélas, toujours bien présente.

 

Les commentaires sont fermés.