29/12/2020

2021, toutes et tous dépendant-e-s du vaccin?

Le passeport Covid semble s'installer sournoisement parmi nous. Plus grave encore. Il semble créer une nouvelle psychose bien orchestrée où les gens refusant la vaccination seront fichés et considérés comme des pestiférés.

Pour ces personnes, il y aura risque de perdre leur emploi, exclusion sociale, voir même ghettoïsation. Plus personne ne voudra les loger, les approcher, les considérer comme membre de la communauté à part entière.

La société nous laisse désormais face à un choix intolérable et les gouvernements du monde semblent nous contraindre à ce choix dans un silence étourdissant et assourdissant.

Vaccine-toi ou crève! Sans le dire, ce sera bien cette décision que nous devrons prendre une fois le vaccin disponible pour le plus grand nombre.

Il faut s'imaginer sept milliards de personnes sur la planète toutes soumises à la toute-puissance des pharmas. Il faut s'imaginer que nous ne pourrons plus jamais passer une frontière sans un passeport covid alors que nous vivons au temps de la libre circulation des personnes. Il faut s'imaginer que nous ne franchirons plus jamais les portes d'un musée, d'un théâtre, d'un cinéma, d'un festival, d'un bar, d'un restaurant, d'une chambre d'hôtel et même d'un nouvel appartement sans ce passeport magique que sera la vaccination obligatoire sans avoir été décrétée obligatoire.

La planète, bouleversée en 2020, sera entièrement soumise au monde scientifique des pharmas en 2021 et le coût mirobolant du vaccin sera assumé par nous-mêmes à travers les impôts. Pour les années suivantes, nous devrons subir les piqûres de rappel et accepter à vie d'être sous le contrôle vaccinale sauf si Covid-19 décide de nous quitter définitivement. Si c'est comme la grippe saisonnière, c'est pas franchement gagné d'avance.

Il faut bien réfléchir aux conséquences humaines et psychologiques que le vaccin aura sur nous toutes et nous tous.

Est-ce vraiment la seule solution que l'on peut nous proposer alors même que l'immense majorité des gens guérissent spontanément de cette maladie et que, pour un certain nombre d'entre nous, le virus n'agit même pas de façon virulente sur les corps touchés par lui? Est-ce vraiment la seule façon de procéder et d'imposer aux gens une piqûre qui touchera notre organisme de façon irrémédiable alors même que les symptômes bénins sont hyper majoritaires quand nous sommes atteints par ce virus diabolique?

La piste du médicament efficace était sans doute bien plus à prioriser plutôt qu'un vaccin qui touchera tout le monde. Mais il fallait faire vite et trouver une solution totalitaire qui ne peut que satisfaire à très grande échelle les big pharmas.

Franchement, j'ai peu de confiance en ce choix de nos autorités. Alors même que 1% à peine des personnes touchées risquent vraiment leur vie avec cette maladie et que seules quelques pour cent risquent une hospitalisation, il faudra se soumettre totalement au vaccin dont nous ne sommes pourtant pas encore certain de sa grande efficacité.

Le bon médicament aurait été plus sage. Surtout, il n'aurait pas imposé ce totalitarisme du vaccin imposé à toute la population pour cause de cas de rigueur. Et ce n'est certainement pas un oreiller de paresse ni un article de presse qui m'ont permis de garder un oeil ouvert et très critique sur cette vaccination désormais indissociable de notre propre existence.

Est-ce bien réel ce qui nous arrive en franchissant le cap de cette nouvelle année?

Qui aurait pu écrire qu'en 2021 le monde entier se soumettrait sans broncher à la dictature des pharmas? Georges Orwell ou un autre?

“Vous ne possédez rien, en dehors des quelques centimètres cubes de votre crâne.”

Georges Orwell

 

 

Les commentaires sont fermés.