07/01/2021

Happy funny business au Capitole

L'Amérique, et le monde avec elle, semble découvrir un pays qui ne serait pas l'Amérique.

Et pourtant. Comme la France, après la crise des Gilets jaunes, c'est bien l'Amérique d'aujourd'hui. L'Occident craint pour sa démocratie mais en donnant tous les leviers du pouvoir aux idées ultralibérales et en ne laissant que leurs larmes pour pleurer à des centaines de milliers de travailleuses et travailleurs, l'Occident a favorisé l'accès au pouvoir à des autocrates populistes qui galvanisent les foules en s'autoproclamant dernier recours et sauveur de la nation.

Emmanuel Macron, dans son intervention de la nuit, continue à déconsidérer et à dénigrer les Gilets jaunes en parlant des évènements qui se sont déroulés au Capitole. Il oublie que les gens qui ont saccagé le lieu "sacré" de la démocratie font partie des 74 millions de personnes qui ont revoté pour la catastrophe Donald Trump et qui s'imaginent que la victoire leur a été volée.

Le problème de la démocratie occidentale c'est qu'elle est tombée pieds et poings liés dans les turbulences financières des grands groupes mondiaux qui eux-mêmes sont dépendants des performances des Bourses. Toutes les grosses activités monétaires tournent dans un monde virtuel qui donne le vertige et même les nouvelles monnaies à la mode comme le Bitcoin sont entièrement sujet à des spéculations et des manipulations de masse qui entraînent nos sociétés modernes dans une spirale ascendante des inégalités entre les citoyens et citoyennes.

Vouloir mettre toute la faute sur un Donald Trump est bien trop facile. Donald Trump a existé parce que l'ultra-libéralisme a fait de nos démocratie un Happy funny business, soit un business bizarre et pas très catholique qui privilégie toujours les mêmes couches sociales de la population et qui tend à refonder une nouvelle aristocratie high tech du savoir s'opposant au peuple des travailleurs et travailleuses, les artisans et petits commerçants, les artistes et le monde la culture. La crise du coronavirus démontre ô combien les pays sont prêts à sacrifier sans cesse l'économie réelle tout en sauvant la finance et l'économie virtuelle représentée par les Bourses mondiales, d'une remarquable stabilité grâce aux milliards d'aides des Banques centrales, et même en hausse malgré la pandémie mondiale et les centaines de millions de personnes à travers le monde menacées de pauvreté et d'exclusion sociale.

Il ne suffira pas de jeter le bouffon Donald Trump qui a su profiter de ce monde-là pour monter sur le trône. Il faudra réussir à changer de cap politique pour redonner ses lettres de noblesse à la démocratie.

Il est difficile de savoir si Joe Biden aura les capacités de donner les impulsions nécessaires à une nouvelle société plus juste et équitable. Cependant, avec Kamala Harris, il est possible que l'Amérique retrouve certaines vertus capitales et combattent certains vices devenus tueurs d'égalité et profanateurs de démocratie.

En attendant, Emmanuel Macron devrait surveiller ses fesses. Il n'est pas dit que la France ne se réveille pas bientôt avec un saccage de l'Assemblée nationale ou, plus grave encore, la mort de centaines de civiles massacrés par les violences policières défendant sans discernement les murs du palais de la démocratie.

Au moins, l'Amérique a su épargner les vies d'une population enragée par la défaite et la mauvaise foi de leur leader. Cela aurait pu être bien pire encore.

Il est temps que Joe Biden trouve le chemin d'une nouvelle politique qui permettra aux démocraties occidentales de tenir bon et de progresser sur la route d'un partage des richesses. Sinon, les guerres civiles éclateront là-bas comme chez nous et la fin de l'Occident et des Lumières surviendra relativement rapidement.

Les sacrifices ne peuvent pas toujours être demandés aux mêmes tandis que d'autres se goinfrent sur le dos des crises sanitaires et sociales. Il est temps de rétablir certains principes démocratiques et de répartir équitablement le fardeau des sacrifices sur toutes les couches de la population.

 

 

Les commentaires sont fermés.