27/01/2021

Une boussole et un phare

Charlie Dalin va sans doute gagner le Vendée Globe...mais il ne fêtera peut-être pas sa victoire. Un peu comme Charlie Chaplin, il sera heureux d'avoir cédé la victoire à un autre si le vainqueur de la plus fantastique course autour du monde en solitaire sera finalement un homme qui aura précédemment sauvé un autre marin de la noyade en oubliant, dans l'affaire et pour quelques instants décisifs, la course et son trophée prestigieux.

Le monde de la Voile est un monde solidaire bien qu'individuel et solitaire quand il s'agit de lutter seul face aux éléments déchaînés, mer et  ciel confondus comme horizon, étoiles et sextant comme guide sous la voûte céleste. Bien qu'aujourd'hui GPS et prévisions météo aient enlevé une grande part d'imprévus, de charme romantique, et de folie à cette aventure hors du commun. On ne se lance pas sur le Vendée Globe comme les marins de l'Antiquité ou de la Renaissance en ne connaissant ni la route ni les terribles tempêtes à venir ni même les terres nouvelles à découvrir.

Pourtant, en ces temps qui nous accablent, cela fait du bien de s'imaginer sur la mer, libre de toute contrainte et de frontière, libre sans le masque et ce gel hydroalcoolique, libre sans cette folie qui s'empare des femmes et des hommes décidant que toutes et tous nous devrons nous conformer aux exigences de l'économie en nous faisant vacciner, sans réfléchir, comme des bestiaux face au vétérinaire. Pas une once de révolte dans les médias. Pas un seul questionnement autour de ce sujet où alors très discrètement presque en survolant, en rase motte, dans les débats . Aucune fâcherie avec ceux qui nous gouvernent si ce n'est des fâcheries quand aux fermetures de commerces et aux restrictions de nos libertés. Vacciner parmi semble être devenu la norme acceptable, mieux la norme désirable et indépassable. Celui ou celle qui ne s'y conformera pas sera un mauvais élève, un mauvais élève qu'il faudra punir et contraindre par des directives autoritaires privatives de liberté. On n'échappera plus à la piqûre si on veut rester des citoyens et des citoyennes libres de nos mouvements.

Notre monde a perdu le sens de la mesure. Et on se livre aux pharmas sans broncher et sans lever le petit doigt. Ils disent que ce vaccin est sûr. Alors, allons-y de gaité de coeur. Le vaccin anti-covid sauvera l'Humanité en même temps qu'il donnera un pouvoir financier incommensurable à quelques firmes pharmaceutiques, leurs dirigeants, et leurs actionnaires. Pendant ce temps, on ne taxe toujours pas les grandes richesses qui s'en donnent à coeur joie grâce aux aides mirobolantes des Etats mais on veut vacciner à tout prix les personnes atteintes par le couperet de la vieillesse et de la maladie en leur faisant miroiter un futur apaisant et sans risque d'attraper le covid alors qu'elles sont à quelques mois, quelques années, de leur fin de parcours et sujettes à d'autres maladies.

Parce que oui, le vaccin "pour les Anciens" ne nous redonnera ni notre vigueur ni notre jeunesse. Tout juste il nous protègera de nos angoisses quotidiennes de mourir prématurément. Quant à embrasser nos enfants et petits enfants, que nenni, ils disent qu'il faudra encore porter le masque et garder nos distances. Quelle mascarade! Faudrait quand même savoir si oui ou non ce fichu vaccin est une arme efficace et imparable contre le covid ou si ce n'est qu'un produit phare de la technologie qu'on nous injecte avec les risques de développer plus tard des maladies inconnues, ce genre d'effets indésirables auxquelles la science ne s'attendait pas! Les OGM c'étaient alors tout beau tout neuf et j'étais, à leurs débuts, un chaud partisan... La science peut aussi rendre aveugle comme l'amour...

Vous avez compris. Je prêche dans le désert et je sais que bien d'entre vous poseraient un clic "détestable" pour commenter mes propos. Je ne crains aucunement d'énerver mon public...s'il en reste un. Je ne crains surtout pas de secouer le monde médiatiques et ses journalistes gentils comme des moutons ou des toutous avec les vaccinateurs à tout prix. C'est tellement bizarre. Si, hier encore, un médecin avait dit à ses patients qu'il devait passer par le vaccin obligatoire pour se soigner d'un virus qui les enrhume à peine, voir qui leur donne des maux de tête ou une petite fièvre, il aurait été traité d'assassin et bon pour l'asile. Mais les temps ont changé. Une année de peste et plus de deux millions de morts dans le monde, une économie mondiale saccagée, des centaines de millions de gens ayant soit perdu leurs emplois soit perdu une partie de leur salaire, et des contraintes monstrueuses mises en place par des Etats affolés, font qu'aujourd'hui 100% des adultes se voient assigner à s'inoculer un produit tout nouveau et inconnu à peine il y a quelques mois.

Et si le vaccin allait être pire que la maladie elle-même? Et si on s'était trompé sur le chemin à suivre pour lutter contre le covid?  Et si, surtout, on fichait la paix à celles et ceux qui refusent d'être piqués parce qu'ils et elles ont choisi librement de s'exposer au virus plutôt que de se voir injecter un produit dont elles craignent les effets secondaires à long terme? Le choix du traitement ou du non traitement doit être laissé aux individus sauf en cas de risques mortelles majeurs pour l'Humanité. Personne n'a le droit de nous imposer un vaccin qui ne tue que 1% des personnes atteintes par le virus, qui plus est des personnes souvent en fin de vie ou alors atteintes de maladies chroniques. Pour elles, le vaccin peut-être leur issue de secours car les bénéfices peuvent se révéler largement plus grands que les risques. Pour toutes les autres, c'est le doute qui doit prévaloir. Est-ce que je crains tellement cette maladie que je me fais vacciner pour plus de sécurité supposée ou est-ce que je veux préserver mon corps de toute intrusion pharmaceutique au risque de le voir peut-être touché par la maladie et d'en souffrir durement?

Sur la mer, un marin doit sans cesse faire une pesée d'intérêts en tenant compte des données qu'il a en sa possession et des risques qu'il est prêt à courir pour se donner les moyens d'avancer le plus vite possible sur les eaux. Personne ne peut l'empêcher de faire le mauvais choix qui peut s'avérer fatal. Il est libre de son propre destin et il tient son cap contre vents et marées.

Le vaccin rendu obligatoire directement par la loi, ou alors indirectement par des entraves à la circulation mises en place par les autorités, voir des privés, nous infantilise et nous rend dépendants de la médecine alors même que nous sommes en bonne santé. C'est une honte et un scandale. Et aucun journaliste ni invité sur les plateaux télé pour donner cette vision des faits.

J'aimerais être encore ce marin aguerri sur la mer que rien ni personne n'empêche de choisir sa route, fut-elle tragique, héroïque, et funeste.

Si les héros de la mer reviennent de leur tour du monde, sains et sauf, et en vainqueur, c'est qu'ils auront su mesurer tous les risques de leur folle aventure. J'aimerais que nos dirigeants fassent de même et qu'ils réfléchissent aux conséquences de leurs lois liberticides qu'ils nous imposent petit à petit sans que les citoyennes et citoyens réagissent avec leur libre arbitre et leur clairvoyance.

 

   

Les commentaires sont fermés.