04/02/2021

Ces féministes qui se voilent la face

Il arrive parfois qu'au nom de la défense des droits et de la liberté, une partie de la société défende l'inacceptable voir, plus grave encore, le droit à la domination et à l'oppression masculine. Ces mêmes féministes pourraient-elles défendre le droit de femmes dérangées mentalement qui défendraient soudainement ostensiblement leur liberté à se faire violer dans la rue par des inconnus en portant un t-shirt avec l'inscription "Viole-moi quand tu veux ou tu veux"?

Si la peur de l'instrumentalisation de la femme au nom d'intérêts plus ou moins inavouables et rétrogrades pousse une partie des féministes à repousser l'initiative populaire concernant l'interdiction de se voiler intégralement le visage en public, hommes et femmes confondus il faut le rappeler ici, agit comme une sorte d'obscurantisme pervers sur les esprits féministes, il faut savoir raison garder.

Imaginons que de jeunes adultes décident, au nom d'une nouvelle mode, de porter la cagoule dans la rue et à l'université, au bistrot et dans les lieux publics, que se passerait-il alors? La société l'interdirait sous la poussée de la population et, avant même de l'interdire, ces jeunes filles et jeunes garçons seraient injurié-e-s de toute part par leurs camarades sans compter qu'ils feraient carrément peur aux personnes âgées ainsi qu'aux mères et aux pères de famille conscients de la menace et du danger potentiel d'un tel accoutrement ainsi que de la rupture sociale qu'il représente.  On n'aurait pas à faire à des punks à la tenue extravagante. Nous aurions à faire à des personnes qui dissimulent leur visage et qui se coupent de la reconnaissance faciale et sociale. Personne ne pourrait s'habituer de voir à longueur de journée des cagoulé-e-s qu'on ne peut identifier et qui pourraient commettre bien des délits grâce à la dissimulation autorisée de leurs visages par la loi! Nous ne sommes pas en train de parler de la libération sexuelle de la femme et du port de la minijupe ou du pantalon au nom de la liberté des femmes. Nous sommes en train de causer du retour à l'ordre divin organisé par des hommes extrémistes et au nom de leur représentation délirante de Dieu sous couvert de la liberté des femmes!

Pourtant, au nom de la défense et de la liberté des femmes, certaines et certains renoncent à leur esprit libertaire et confondent la liberté avec l'oppression que ce voile intégral représente de toutes les manières possibles et imaginables, que cela soit vécu et porté par des femmes dans des pays démocratiques ou des théocraties. Les femmes se voilent dans les pays islamistes parce qu'elles y sont obligées par la loi d'hommes extrémistes, dominateurs, et violents ramenant la femme à un simple objet de contemplation machiste d'ordre privé et propriétaire! Et non parce que l'Etat, donc les citoyennes et citoyens, donnerait une liberté extraordinaire à ces femmes de le faire par plaisir et par esprit rebelle contre un patriarcat religieux et sectaire. Il ne faut pas renverser le fardeau de la preuve au nom d'un féminisme aveugle si ce n'est révoltant. Défendre les minorités en démocratie ce n'est pas défendre des comportements extrémistes qui remettraient en cause la liberté des femmes ou celle de populations minoritaires.

D'ailleurs, personne ici, sauf peut-être et hélas les initiateurs de ce texte qui voudrait l'inscrire dans la Constitution fédérale, ne s'attaque au port du foulard ne dissimulant pas le visage dans l'espace public. Les femmes ne se voient pas retirer le droit de se couvrir la tête d'un foulard que ce soit par esprit de mode, d'esthétique, de beauté ou d'esprit religieux. La liberté, dans ce cas-là, est largement acquise et non remise en question par une très large couche de la population qui défend le droit des femmes à s'habiller selon leur goût et leur couleur de peau ou de religion.

Au final, je crois que c'est surtout parce le comité d'initiative à l'origine de cette votation sur le voile intégral dérange la Gauche et les Verts par sa politique anti-migrants et anti-musulmans qu'une partie des féministes se voile la face et défend une cause inacceptable. La femme n'est pas un objet de soumission ni un fantôme déambulant dans l'espace publique et si quelques-unes d'entre elles décident de leur plein gré de porter le voile intégral pour plaire à leur mari ou par esprit de contradiction rebelle contre nos sociétés libérales, les féministes n'ont pas à défendre cette soi-disant liberté qui est un affront fatal aux libertés chèrement acquises des femmes.

En cette semaine de la célébration du cinquantenaire du droit de vote des femmes en Suisse, il est bien et bon de le rappeler.

 

 

Les commentaires sont fermés.