13/02/2021

Se soigner avec un "Bourbaki"

Il y a 150 ans exactement, la Croix-Rouge entamait sa première grande opération de sauvetage quelques années après sa création par Henri Dunant.

L'armée des Bourbaki (du nom de leur Général Charles Denis Bourbaki) avait été encerclée par l'armée prussienne du côté de Besançon. Ereintés par l'hiver, affamés, sans aucun espoir de vaincre l'ennemi, malgré une résistance héroïque d'une poignée de soldats du côté du Fort de Joux couvrant les arrières de la troupe, les Français se sont réfugiés au nombre de 85.000 soldats en Suisse.

De très nombreux blessés ou malades mourront en Suisse malgré les soins et le réconfort apportés par une population helvétique très accueillante se répartissant le fardeau entre tous les cantons suisses de l'époque, sauf le Tessin resté en dehors de l'opération de sauvetage.

Cette histoire est méconnue des Suisses et encore plus des Français qui en ont d'ailleurs un peu honte pour leur Histoire. Conspuée par la foule autochtone sur le chemin de leur retraite, ce sont les Suisses qui se sont portés au chevet de la troupe française tandis que la population française ne faisait que se moquer de ses soldats "peu vaillants et en loques".

Les Verrières et Vallorbe, villages frontaliers de Neuchâtel et de Vaud, en portent le souvenir indélébile ainsi que la ville de Lucerne avec un panorama circulaire géant.

La mémoire vive des populations locales avait l'intention de commémorer le souvenir de cette épisode de l'Histoire helvético-française et de la Croix-Rouge en ce mois de février 2021.

Las, le covid a fait reporter à l'automne le temps de cette commémoration.

C'est une monnaie intrigante qui m'a donné l'occasion de vous parler de l'armée des Bourbakis. Comme vous le savez peut-être, notre monnaie nationale est la plus conservatrice au monde. Nos monnaies fédérales, à l'exception de celle de 5 francs et encore, n'ont plus évolué dans leur graphisme depuis les années 1870 ! soit quasi exactement depuis le temps de la retraite des Bourbakis en Suisse.

Difficile, dans ses conditions, de vous proposer une monnaie fédérale qui puisse susciter de l'intérêt autre que numismatique. Hors voilà. Je suis tombé sur une exception, une fausse monnaie qui ne vient pas d'Ali Baba en Chine, mais sans aucun doute d'un atelier clandestin antique qui a voulu dire quelque chose à travers cette création fort étrange.

Je vous laisse juge. En espérant qu'un numismate ou un historien ait la réponse à mes interrogations. J'ai baptisé cette monnaie, qui représente la pièce de 10 centimes de notre pays, le Bourbaki. Et pour cause.

Un lien pour vous rafraîchir la mémoire ou découvrir cet épisode historique.

https://www.francebleu.fr/infos/culture-loisirs/il-y-a-15...

 

20210211_092038.jpg

Deux pièces de dix centimes d'apparence égale mais...

 

20210211_091836.jpg

Qui est cet homme ayant pris clandestinement la place de notre dame Helvétie indéboulonnable en 1883 et jusqu'à aujourd'hui?

(1881, première année de la pièce de 20 centimes avec Dame Helvetia frappée sous cette imagerie, encore actuel nos jours - tandis que la 10 centimes fut frappée pour la première fois, sous cette imagerie, en 1879 ).

Je termine en musique avec une chanteuse qui fait de la résistance en compagnie de mon ami chanteur parisien, Jann Halexander. Son nom de scène est Sultana. Deux chanteurs qui ont pris leurs responsabilités et ont osé braver les interdits sanitaires que subit la Culture tout en gardant le respect des mesures de protection.

 

Les commentaires sont fermés.