01/03/2021

Il y a 173 ans, Fritz Courvoisier faisait la Révolution

Quel-le capitaine d'entreprise, quel militaire, aujourd'hui, serait capable de créer une révolution populaire digne de son nom et sans effusion de sang?

Et bien les Neuchâtelois et Neuchâteloises l'ont fait en chassant le Prussien et en se rattachant à la petite Helvétie.

Il a fallu quelques hommes et quelques femmes de grandes qualités pour entraîner le peuple neuchâtelois derrière eux et elles. Dont un fameux capitaine d'entreprise et militaire, Fritz Courvoisier.

La Marche traditionnelle du 1er Mars a été annulée en cette année 2021 pour cause de covid-19. Franchement, ce n'était pas la plus belle idée de nos autorités cantonales. On aurait pu, on aurait du, organisé une descente des Montagnes sur Neuchâtel avec les gens de culture et de la restauration en tête de cortège et un final grandiose, au Château avec une soupe aux pois, au minimum, offerte aux participants et participantes.

La solidarité, c'est bien beau d'en parler sur le papier. C'est mieux de le montrer avec des actes et des gestes symboliques forts et des solidarités réelles établies entre milieux patronaux, politiques, travailleurs et travailleuses. Et ce que l'on peut voir actuellement, ce n'est en réalité pas du tout ça.

Donc désolé de ne pas porter le message du Conseil d'Etat dans ces conditions-là. Il n'y a pas de société admissible à deux vitesses dans un démocratie digne de ce nom. Il n'y a pas de grands et de petits citoyens et citoyennes. Il y a des citoyennes et des citoyens sur le même pied d'égalité et des solidarités qui doivent s'organiser et se mettre en place en cas de pandémie.

Hors la situation de bien des artistes et d'employé-e-s de la restauration est dramatique et à la limite de l'exclusion sociale. Hors bien des petits patrons de bistrots risquent de faire faillite tandis que de gros patrons s'en sortent pas si mal que ça dans la situation actuelle grâce à des aides avantageuses qui arrivent bel et bien dans leurs caisses malgré les pleurnicheries usuelles. Et ceux-là ne sont pas forcément pressés de rouvrir leur bistrot...

Désolé de casser l'ambiance pour mon canton. Je sais que le canton fait ce qu'il peut et qu'il n'a pas les mains libres. Mais n'utilisons pas la langue de bois. La situation dans la gastronomie est catastrophique puisque, à une très importante majorité, tout le monde parmi le personnel en est réduit à survivre au niveau du minimum vital.

J'en termine avec trois médailles neuchâteloises qui ont marqué les événements révolutionnaires de 1848 et leurs anniversaires. Je les dédicace aux gens de culture et d'estaminets. De grâce, ne me dites rien. Je vis en ermite et je mange peu. Donc, mon dada, c'est l'art pour survivre au désastre.

 

20210301_102237.jpg

Deux médailles d'Henri Huguenin

20210301_102359.jpg

 

 

20210301_094614.jpg

 

Fritz Courvoisier, Huguenin, par H.J. (Henri Jacot?) ,  centenaire

 

20210301_094444.jpg

 

 

Les commentaires sont fermés.