26/07/2021

Certifié bio, sans chimie et vacciné contre les cons...

Les êtres humains, c'est comme les fruits, les légumes, et la biodiversité. Il faut les traiter avec respect et sens de la mesure pour produire de bons fruits, de bons légumes, tout en gardant un environnement naturel sain, apte à maintenir une biodiversité florissante même en cas de virus ravageur.

Hors, nos politiciens et politiciennes, notre Jupiter parti se nourrir sur la planète Bigpharma pour sauver sa peau doré...et accessoirement celles de son entourage, nous serinent depuis des mois un sermon de la seringue obligatoire tout en traitant les non-vacciné-e-s de toutes sortes d'adjectifs pas très flatteurs.

Mais qui, au fait,  est désormais interdit de voyager, d'aller manger au resto, d'assister à un spectacle? Qui est banni de son travail, rejeté par sa famille et ses ex-ami-e-s, maltraité comme un-e pestiféré-e et un-e criminel-le? Le pauvre humain qui a décidé de renoncer aux bienfaits supposés d'un produit chimique issu de la science de pointe et injecté dans son corps pour refaire de lui une personne "saine d'esprit et de corps" qui aura cédé aux directives martiales de l'Etat, mal prise qu'elle aura été sous la propagande médiatique, les pressions, le chantage, l'intimidation, les restrictions abusives, pourtant impensables jusqu'alors dans un Etat de droits démocratiques.

Le marché est celui-ci: soit je me vaccine soit je ne suis pas près d'aller rendre visite à mes enfants et petits-enfants. Soit j'obéis au diktat macronien soit je serai comme un homme interdit de territoire pour X temps pour avoir commis un meurtre et cela sans jugement, et sans justice pénale

Je crois que je vais finir par porter une pancarte avec une grosse pomme sur ma tête et cette inscription un brin provocante tout en demandant à mon ami Helvète Guillaume Tell qu'il se serve d'un flèche covid et vise ma pomme sous le regard interrogateur de Berset et compagnie.

CERTIFIE  BIO,

SANS CHIMIE,

ET VACCINE

CONTRE LES CONS

ET LA DICTATURE

A chacun et chacune de définir son con et sa conne sous l'ère dictatoriale de la Covid...