01/09/2021

Le pass hospitalier arrive avec Natalie Rickli

La réserve d'Indiens se précise.

Natalie Rickli, conseillère d'Etat zürichoise, propose que les non-vacciné-e-s renoncent sur l'honneur à leur droit d'être soigné-e-s à l'hôpital en cas d'infection à la covid. C'est au nom de la responsabilité qu'elle fait cette proposition quelque peu indécente.

Elle s'abstient tout de même d'exiger l'exclusion hospitalière des personnes non-vaccinées mais on en n'est réellement plus très loin. Comme je l'ai écrit, le saucisson a une certaine longueur et on peut toujours en rajouter une tranche jusqu'à ce que finalement, les non-vacciné-e-s, à l'insu de leur plein gré, deviennent une secte dangereuse et qu'ils et elles finissent confiné-e-s, par force obligatoire de la loi de la majorité, dans une réserve d'Indiens comme au bon vieux temps de jadis à l'époque des colons Blancs d'Amérique. Les Indiens avaient leurs chamans, leurs médecines, leurs chefs spirituels, leurs plantes médicinales, etc... et ils ne se rendaient pas dans les hôpitaux des Blancs. Un peu comme les Noirs de Nelson Mandela. Mais bon. Un ami socialiste, que j'apprécie par ailleurs, n'y croit pas à cette fable. Pour lui, j'utilise des mots que je ne devrais pas comme le mot "apartheid". Donc disons que j'exagère grandement...

Je demande qu'une seule chose à Natalie Rickli. Le principe de réciprocité. Si je ne vais pas à l'hôpital pour m'y faire soigner en cas d'infection par la covid, je demande le remboursement des quelques fr.200.000.-- que les caisses maladie m'ont pris depuis que je suis un adulte majeur et vacciné, ces fr.200.000.-- durement acquis par mon travail quotidien qui ont servi jusqu'ici à d'autres personnes tombées malades ou accidentées. Par exemple, fait divers fictif, un jeune alpiniste de haute montagne qui a mis sa vie en danger en fréquentant l'ivresse des cimes, grand bien lui fasse, mais qui hélas a du être secouru par une colonne de secours dont  un membre s'est retrouvé pris sous une petite avalanche et est malheureusement décédé sur place lors du sauvetage. Quant à lui, ce jeune homme qui pratique un sport à risques comme tant d'autres sportifs émérites ou amateurs, il a du être opéré à l'hôpital car souffrant d'engelures importantes qui lui ont finalement coûté deux orteils. N'ayant jamais du signer un formulaire exigeant qu'il renonce à l'hôpital en cas d'accident dans la pratique de son sport, mais étant, conformément aux saintes écritures fédérales, vacciné contre la covid19, il a eu droit à tous les bons soins du personnel médical bien qu'il soit indirectement responsable de la mort d'un sauveteur qui était en pleine force de l'âge, était marié de surcroît, et avait quatre enfants qui désormais sont dans le deuil d'un époux et d'un père de famille aimant et portant secours à autrui dans la vie de tous les jours.

Je sais, cher Matthieu, que je ne devrais pas utiliser de mots à mauvais escient. Mais tu vois, chaque jour je constate que le bout de saucisson de la dernière torée neuchâteloise se réduit en fumée pour les non-vacciné-e-s et que bientôt nous devrons nous regrouper entre nous pour pratiquer nos rites et notre culture parallèle, tout cela par la faute des Blancs qui ont voulu peindre le diable sur la muraille en nous transformant en Noir-e-s chassé-e-s des paradis exotiques, des lieux culturels, des restaurants...des transports publics et des hôpitaux. Là tu vois, cher Matthieu, je vois comme un cheveux gluant sur la soupe démocratique et je me dis que le mot "apartheid" n'est plus exagéré du tout et qu'au final mon sens de la liberté n'est pas si faussé que ça.

 

Courir après une immunité impossible

Personne ne peut se prévaloir d'être immunisé contre la bêtise et la connerie humaine.

A un moment donné ou un autre, nous avons des attitudes de cons ou de gros bornés. Actuellement, et pour l'immense majorité du corps médical, politique, et médiatique, les gros cons et les gros bêtas ce sont les personnes non-vaccinées qui mettent en danger la société pour son immunisation contre le SARS-COV2.

Hors, nous le savons déjà, le super puissant variant delta contraint déjà à l'oubli de ce rêve. Pire, il attaque nos enfants qui peu à peu se contaminent entre eux et se retrouvent de plus en plus souvent à l'hôpital tandis que nos vieux et nos vieilles (on dit personnes âgées pour être poli mais je trouve que vieux et vieilles sonnent plus poétique et respectueux de l'état du vieil arbre dont on ne dit jamais qu'il est un arbre âgé mais plutôt vénérable) qui ont été vacciné-e-s l'hiver dernier devront sans doute reprendre une 3ème dose vaccinale vu ce qui se passe de catastrophique en Israël ces derniers jours (jamais autant de cas et de décès liés à la pandémie ces tous derniers jours avec des réinfections graves de personnes vaccinées). 

Soit. Nous voilà mal pris. Si la covid reprend son travail de sape dans les maisons de retraite, nous allons très vite devoir refermer toutes sortes d'activités courantes. Et ce ne seront pas seulement les non-vacciné-e-s, qui se sont déjà habitué-e-s aux quolibets et discriminations en tous genres, qui trinqueront et boiront une tasse beaucoup plus amère après avoir participé à l'effort vaccinal national.

D'autres variants semblent nous attendre dans le bois. MU est prêt à bondir et à causer de nouveaux ravages. Il ne craint apparemment pas les vaccins messagers et il a déjà échappé à son Mexique natal où il s'y développe lentement mais sûrement depuis janvier dernier. Ce sera le piment infernal mexicain. Olé! Le Jarabe Tapatio qui résiste à la vaccination et qui fera toujours porter le chapeau de la contamination sur le dos des non-vacciné-e-s. Car nous avons bon dos...

Il faut se rendre à l'évidence. Aussi longtemps que nous ne contrôlerons pas nos déplacements à travers la planète, le SARS-COV2 trouvera des terrains idéaux pour prospérer et muter. Vous ne l'avez peut-être pas remarqué mais les Chinois-e-s ne voyagent plus en Suisse, pays qu'ils et qu'elles adorent. Malgré leurs bons résultats apparents, le gouvernement ne veut et n'accepte ni tourisme intérieur ni tourisme extérieur. Les Chinois et Chinoises savent rester chez eux comme de grands sages bouddhistes.  Ils attendent que le virus s'épuise par lui-même et disparaisse du paysage comme le virus responsable de la grippe espagnol. Cela prendra peut-être cinq ans ou plus. Tant pis. Pas de Suisse au programme des vacances pour les habitants et habitantes de ce pays.

Et si nous savions faire comme eux, hein? Arrêter de croire que malgré une pandémie planétaire et grâce au divin vaccin, nous pouvions tout continuer comme avant et profiter de notre pognon pour voyager comme bon nous semble, nous amuser comme au bon vieux temps d'avant la guerre faite au covid pour le vaincre? Mais le vaccin a tout compromis. Maintenant, la science a trouvé la parade. Vaccinons-nous et les voyages deviendrons plus easy, pardon plus faciles et décontractés comme la campagne mémorable de notre chère Confédération. Rendre la vie plus légère et insouciante grâce à la piqûre et gagner la course et l'accès au paradis de la liberté. Pour cela, j'en connais qui se dopaient et se dopent facilement au Tour de France en croyant que tout est anodin dans le dopage et qu'aucune maladie tardive ne viendra les surprendre alors qu'ils pètent de forme et de santé et qu'ils gagnent le maillot jaune de la connerie humaine et la reconnaissance mondiale.

Je n'ai retenu qu'une leçon mémorable de cette crise. Le virus nous impose une vision et un mode de vie drastiquement plus spartiate qu'avant le virus. Nous devons profiter de ce virus pour muter et changer nos comportements habituels. Nous devons mutuellement nous entraider dans ce changement de perspective assez radical et révolutionnaire. Nous devons trouver de nouvelles solutions économiques pour contrer la chute de certaines entreprises liées aux voyages et au tourisme. Faire de la propagande positive pour nous diriger vers un autre monde ou tout ne sera pas interdit mais assez drastiquement limité pour tout le monde avec des permissions et des bons pour voyage, des kilométrages de circulation limités pour les loisirs. Cela ne fait plaisir à personne. Surtout pas à celles et ceux qui ont des moyens financiers importants. Mais au lieu de nous rabâcher que nous seront des bons et bonnes citoyen-nnes en nous vaccinant et que nous pourrons tous et toutes vivre comme avant alors que nous savons parfaitement ce qu'il en coûte et en coûtera en termes de dérèglement climatique et de désastres planétaires, nous ferions mieux de rentrer dans cette nouvelle philosophie de vie qui nous attend et que nous impose les résultats des études scientifiques sur le climat.

En attendant, le virus progresse encore s'appuyant peut-être sur les vaccins pour nous frapper encore plus fort bientôt. Ce qui ne tue pas rend plus fort. Cela doit aussi être valable pour les virus...

S'il vous plaît, essayons de réfléchir ensemble de manière positive et sereine au lieu de nous déchirer sur ce foutu vaccin qui visiblement ne remportera pas la victoire sur le virus. C'est le dernier moment. Et le virus nous pousse forcément à réfléchir et penser autrement. L'égoïsme le plus flagrant se trouve peut-être parmi les vacciné-e-s qui refusent de déroger à leurs sacro-saintes libertés de consommer et de voyager en paix...sans être imposé-e-s par cette dictature verte qui voudrait établir des quotas concernant nos droits à polluer et à détériorer nos conditions de vie pour le bien de la communauté planétaire et de notre bonne vieille Terre qui crève de mal sous nos déchets et pollutions en tous genres.