05/10/2021

La "désinformation" est d'abord sortie des officines officielles...

L'OFSP s'alarme de la trop nombreuse désinformation circulant sur les réseaux sociaux.

C'est un fait, toute info ou infox n'est pas forcément douée d'une réflexion ou d'une inspiration lumineuse depuis le début du covid.

Il faut avoir le courage de dire quand on s'est planté et qu'on a distillé, semaine après semaine, des discours contradictoires sur le port du masque, les tests, les distances à respecter, et finalement la vaccination. Le seul secteur qui n'a jamais perdu de sa vérité salvatrice et totalement recommandable, c'est celui de la désinfection et de la fameuse mise en application dans les hôpitaux puis dans tous les lieux publics sous les très bons conseils du Docteur Didier Pittet, inventeur en chef dans ce domaine-là.

Depuis le début de la crise covid, infos et contre-infos circulent jusque dans les plus hautes instances médicales et politiques. On se rappelle du masque pas indispensable voir nocif si on ne sait pas l'utiliser avec précaution. Puis des tests pas indispensables voir pas fiables et donc contre-productifs avant de devenir systématiques. Et surtout des vaccins qui ne devaient être réservé en priorité qu'aux personnes âgées et aux personnes fragiles et accessoirement aux volontaires en pleine santé qui craignaient une infection par le virus. Avant de devenir des produits indispensables pour toutes et tous, des plus jeunes aux plus vieux sous prétexte que l'immunité de groupe ne pourrait se faire qu'à cette seule condition entraînant un pass covid qui ne devait jamais arrivé selon les politiciens qui estimaient alors ce genre de passeport discriminatoire et donc impossible d'appliquer en démocratie. On a vu le résultat final de ces info qui étaient des infox...

Donc l'OFSP devrait d'abord balayé devant sa propre porte avant d'accuser les discours de celles et ceux qui n'accordent pas une très grande confiance à la réussite vaccinale globale et planétaire. Tout le monde peut se tromper surtout avec des vaccins expérimentaux. Pour le moment, la réussite partielle semble être au rendez-vous bien que des jeunes et moins jeunes gens sont morts des suites de la vaccination et non de la covid. Il faut peut-être le rappeler à l'OFSP, elle qui ne veut pas s'étaler sur les risques de la vaccination mais qui aime sans cesse rappeler les dangers du virus bien que l'écrasante majorité des personnes n'a jamais été mise en danger dans sa santé par ce méchant virus qui s'attaquent effectivement gravement pour 2% à 5% de la population mondiale. C'est déjà énorme. Mais je crois que la grippe coutumière touche aussi gravement 1% à quelques pourcents les populations qui en sont atteintes. Et certains en meurent aussi, malheureusement.

Le prosélytisme fédéral fait peine à voir. La plupart des gens qui ont refusé de se faire vacciner jusqu'à présent ne céderont pas malgré la discrimination sociale. Il faudrait que le virus devienne infiniment plus méchant pour que les personnes non-vaccinées et en bonne santé offrent leur bras à la vaccination afin de contrer le variant qui commencerait pour de bon à décimer les populations. Il faut savoir être raisonnable et redire aux personnes vaccinées qu'elles sont sensées s'être protégées et immunisées contre la maladie. Alors pourquoi en vouloir tant à celles et ceux qui ont gardé leur droit de réserve sur l'option vaccinale?

Les variants ne viendront pas forcément de celles et ceux qui ont refusé le vaccin. Les variants pourront aussi se développer grâce à leurs nouvelles capacités de résistance face aux gens qui se sont faits vaccinés. Donc prudence dans ce domaine aussi.

En attendant de voter le 28 novembre, nous avons près de deux mois pour observer ce qui se passe dans la réalité. C'est le moment où jamais de bien réfléchir aux conséquences du pass sanitaire sur le moyen et le long terme. Une fois la votation passée, il sera trop tard pour dire non aux autorités qui nous dirigent et semblent parfois nous mener en bateau à travers des fondations pas très nettes de vérité et d'infos absolument vérifiables par des cénacles neutres et indépendants des big pharma... Quand des centaines de milliards de dollars sont en jeu, c'est la vérité qui prend un sale coup sur la tronche.

 

 

Commentaires

Merci pour ce tableau si bien développé!
En fait, on ne dit pas assez que ce n'est pas la covid qui tue mais que le coronavirus est révélateur d'un état de santé déficient. Il est comme des mouches qui viennent sur une table où sont des miettes!
A quoi s'ajoute le fait que bien des morts pendant cette période n'étaient pas dues au virus couronné alors qu'elles lui ont été attribuées.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 06/10/2021

Les commentaires sont fermés.