29/10/2021

Servir ses intérêts, la convergence des pouvoirs

L'UDC refait parler d'elle à travers son président de parti valaisan, Donald Moos.

Ce dernier a lancé des propos considérés comme complotistes et "inacceptables" pour certains responsables politiques suisses qui voient là une tendance à sortir du cadre démocratique à travers des propos "mensongers", des fake news plus communément admis aujourd'hui.

D'abord, il pense que Donald Trump a été volé de la victoire lors de la dernière élection présidentielle américaine. Il a le droit de dire cela même si c'est parfaitement contestable d'un point de vue de la réalité objective. Il y a très longtemps, les papes qui affirmaient que la Terre était plate et qu'elle était fixe au centre de l'univers se trouvaient tout en haut de la hiérarchie gouvernementale et religieuse. C'était plus que contestable et même archi-faux. Pourtant, ils tenaient les rennes du pouvoir. Copernic, Galilée, et quelques autres savants ont démonté cette façon de penser par des preuves scientifiques incontestables.

Ensuite, il voit dans la convergence des pouvoirs une vaste alliance d'intérêt pour dominer le monde et le soumettre à des décisions supra-nationales. Il considère même que le SARS-COV2 a été fabriqué en laboratoire afin de contaminer le monde et le rendre plus dangereux grâce à ce virus au point de créer un état de surveillance permanent, une police de la pensée unique, et de développer la suspicion et la délation au bénéfice de leurs intérêts au sein des populations, enfin d'imposer leurs produits pharmaceutiques, genre d'antidote vaccinal et prévus de longue date, au monde entier. Rien de très nouveau sous le soleil dans cette façon de soupçonner les méfaits supposés des gens régnant en haut de la pyramide. L'ultra-libéralisme nous confronte chaque jour à ce genre de situation où les peuples semblent perdre le contrôle démocratique des pouvoirs, y compris celui médiatique, garant de la liberté d'expression. Même si tout cela est contestable et absolument pas prouvé avec toute la rigueur scientifique requise, Donald Moos a le droit de développer ses propres thèses et son propre système de croyances et de défiance face aux pouvoirs monstrueux de l'argent qui corrompt tout et achète tout, y compris le silence et les thèses scientifiques biaisées qui confortent leurs propres intérêts. Qu'il soit nommé président de l'UDC valaisan ne change en rien à son droit de "mal penser" même si sa pensée est largement déviante de la ligne officielle des autres partis politiques de notre pays.

Ne dit-on pas que les gens ont le droit à toute leur liberté d'expression en démocratie tant qu'elle ne diffame pas des personnes? Et que même le plus zinzin des personnages a le droit de développer ses thèses les plus folles puisque la "vérité" saurait de toute façon bien éclater au grand jour sous les régimes démocratiques? Hors, dans l'état actuel du monde, les démocraties ont fort à faire pour prouver que leurs dirigeants et dirigeantes travaillent encore en faveur du peuple et non pour leurs propres intérêts privés et au service du Grand Capital. Cela est incontestable. La méfiance envers les élites grandit jour après jour et les restrictions de liberté scandaleuses pour les personnes qui ne se conforment pas aux décisions des Etats du monde entier concernant la vaccination ne fait qu'amplifier le problème du manque de confiance envers nos autorités. Ne pas imposer la vaccination tout en l'imposant de manière détournée n'arrange pas du tout la situation. Au contraire, elle ne fait qu'empirer les choses et jette le discrédit sur nos autorités qui n'assument pas du tout leurs responsabilités en cas de grave complication de la santé des personnes suite à la vaccination. C'est trop facile de demander l'accord des personnes avant vaccination alors qu'en réalité c'est l'Etat qui impose l'acte vaccinal par toutes sortes de chicanes et de restrictions digne d'un apartheid organisées contre les personnes encore non-vaccinées et qui n'avaient pas l'intention de s'y soumettre. D'autre part, les accords signés entre les pharmas et les Etats qui se voient libérer de toute obligation de dédommagement en cas d'infirmité ou de mort de personnes suite à la vaccination, amplifient encore largement la sensation de complotisme entre puissants pour soumettre durablement les gens ordinaires à leurs produits révolutionnaires sortis comme des champignons de leurs laboratoires sans tenir compte de la démocratie et de la liberté de se protéger et de se soigner comme on le désire en toute liberté et sans contrainte.

Des gens comme Donald Moos peuvent fleurir et conquérir le pouvoir grâce à la nébuleuse des pouvoirs actuels et des soutiens qu'ils obtiennent dans les médias sans véritable critique journalistique digne de ce nom. Les journaux appartenant eux-même aujourd'hui à une chaîne de milliardaires, on comprend les conflits d'intérêts entre une presse vraiment libre et une presse soumise à certaines réserves éditoriales...

La Suisse est en pleine tourmente. A Berne et dans les partis helvètes, on devrait prendre en considération cette forte minorité de la population qui s'agite et ne se retrouve plus dans son discours officiel. Il risque d'y avoir beaucoup de casse à trop vouloir jouer d'un seul violon et en rejetant la musique discordante des sonneurs de cloches dans les cordes.

La vérité est ailleurs. Le monde est effectivement soumis aux pouvoirs des puissances de l'argent. Cela est incontestable y compris d'un point de vue scientifique. La démocratie existe encore pour contester "les forces obscures qui gouvernent le monde" et remettre en question les décisions fédérales qui semblent aller trop loin dans la direction unique d'une concentration des pouvoirs et d'une concertation entre puissants sous l'influence de lobbies de plus en plus envahissants. Une partie du peuple se trouve exclu et mis à part. Cela est très mauvais pour la bonne gestion d'une démocratie ouverte et vivante.

A Berne de comprendre les enjeux du 28 novembre prochain lors de la votation sur le pass sanitaire qu'on a voulu imposer de force à celles et ceux qui ne se soumettent pas et ne se soumettrons jamais aux directives trop totalitaires de la vaccination pour toutes et pour tous.

https://www.letemps.ch/suisse/valais-stupeur-apres-propos...

 

Les commentaires sont fermés.