27/11/2021

Omicron et la progression du zombisme

La pandémie prend une nouvelle tournure. Plus inquiétante et angoissante encore.

Il y a celles et ceux qui, depuis longtemps, savent que SARS-COV2 est dangereux pour l'Humanité entière, non seulement d'un point de vue sanitaire mais plus encore pour la cohésion de la société déjà bien mise a mal avant sa venue.

Et puis il y a celles et ceux qui disent que tout est mensonge et manipulation, qu'il ne faut plus prendre en considération les décisions gouvernementales et vivre sa vie comme si tout cela n'existait pas.

Il y a les hermétiques au discours officiel, les gourous au désir de se faire connaître et reconnaître, les sectes et tribus qui se créent et qui ne sont jamais d'accord entre elles pour s'opposer à la ligne ultra-libéral. Les extrêmes ne se rejoignent jamais. Elles s'éloignent l'une de l'autre chaque jour un peu plus. C'est pas bonnet blanc et blanc bonnet. Les idéaux sont diamétralement irréconciliables car ils n'ont pas la même racine d'humanité, la même sensibilité aux malheurs du monde.

Entre les extrêmes qui créent le fracas du monde, le centre mou est en train de s'effondrer sur lui-même. De moins en moins de colonne vertébrale. De plus en plus de zombisme, d'egos persuadés de connaître la Vérité alors que ce n'est guère plus que leur vérité personnelle et individuelle dont ils se persuadent de la pureté. Des groupuscules fanatiques se créent avec des convictions une et indivisibles sinon le traître ou la traîtresse est jeté-e du clan.  Il n'y a plus rien à faire pour les personnes qui pensent avec leurs cerveaux en tenant compte de tous les paramètres, de toutes les opinions, et d'un chemin, d'un destin communautaire et démocratique.

Omicron débarque et il entraîne déjà une belle panique. Il est minuscule mais on dirait une planète intersidéral, un film d'anticipation et de voyage dans l'espace aux confins de l'Univers avec la question métaphysique unique: What else?

What else que l'apocalypse? What else que la fin de notre Civilisation? Un Sauveur tombera-t-il du ciel pour sauver le monde? Que nenni. Le sauveur, la sauveuse, c'est toi et moi qui nous levons chaque jour et qui cherchons encore et encore des solutions à nos problèmes quotidiens, qui voulons encore de la réunion, de l'amour, de la fraternité, de l'amitié, de la démocratie, de la paix, de l'espoir qui sont seuls sources de solutions humaines et adéquates à une attaque de virus du genre Omicron et Delta. Pour cela, il faut aussi écouter les avis officiels même s'ils nous dérangent et qu'on les estime invalides sur la base de notre propre sensibilité et au vu des manipulations des pouvoirs de l'argent. Il faut surtout accepter que la majorité du peuple peut se tromper mais qu'en attendant elle a choisi un chemin collectif pour lequel nous devons tenir compte malgré nos révoltes intimes qui nous font penser que la majorité se trompe de route.

Qui ne se trompe jamais dans une vie entière? A part un ordinateur infaillible, donc une machine, aucun humain n'est infaillible et ne commet pas d'erreur. Donc il faut accepter l'erreur programmé au sein même de l'Humanité et accepter les fautes, les défauts, les approximations, les erreurs de jugement. Faire preuve de compassion ce n'est pas être faible. Au contraire, c'est montrer sa force d'humanité et sa confiance intime aux valeurs positives. Même si nous doutons, notre rôle est de continuer à y croire et à imaginer un avenir serein pour nos démocraties. Le zombisme ne doit pas devenir notre mode de pensée. Car c'est bien lui qui aura notre peau et détruira l'Humanité.

Alors si Omicron tombe sur la Terre comme une météorite aux temps des dinosaures, il faut lui faire la guerre en restant proches entre nous, les êtres humains et même les animaux menacés par un virus qui cherche à nous conquérir et à nous détruire en tant que société démocratique. Le combat est rude, violent pour nos coeurs et nos âmes. Mais il nous faut tirer à la même corde même avec nos désaccords. C'est notre seule chance de vaincre cette saleté de virus qui nous veut du mal.

 

Les commentaires sont fermés.