03/12/2021

Il y aura les bars à 2G et ceux à 3G

Des bars exclusivement pour personnes vacciné-e-s, des restaurants aussi, peut-être.

Pour faire la fête sur les dancefloor, il faudra le vaccin, cet hiver. Pour les autres qui le refusent, plus rien qu'à se consoler avec des ami-e-s antivax à la maison.

Le Conseil fédéral frappe fort mais subtilement. Aucune obligation à la vaccination mais pas de joies nocturnes dans les bars de nuits. Pour consommer debout et au bar, pour draguer la fille d'à côté, pour autant que la drague se passe encore dans le réel d'une rencontre physique plutôt que virtuellement sur un site de rencontre, il faudra le vaccin. Finis les tests PCR ou antigéniques. Les non-vaccinée-s seront puni-e-s plus sévèrement pour leur refus de se vacciner, de se protéger, et de protéger au mieux son voisin ou sa voisine, sa famille ou ses ami-e-s, sa petite amie ou son boy friends.

J'irai consommer dans un bar 2G parce que si j'ai envie de consommer debout, il faudra passer par là et que, seul, je n'aime pas consommer à table dans un bar de nuit. Au bar, il y a toujours la possibilité d'une rencontre improbable bien que je n'en recherche pas la probabilité. Je suis amoureux d'une fille que je ne vois plus depuis un an pour cause de bébé en solo. Mais je n'arrive pas imaginer une autre fille dans mon coeur, et donc dans mon lit aussi, sans penser que je trahis un peu mon grand amour absent. Romantique un jour. Romantique toujours. C'est pas ma faute. C'est maman qui m'a fait comme ça.

Bon. Trêve de parler de soi. La Confédération agit tout en souplesse avec la caresse qui côtoie la gifle donnée aux têtes à claques qui ne veulent pas comprendre que cette fois la vaccination n'est plus une option mais réellement une responsabilité de tout un-e chacun-e. Méritée cette seconde gifle d'aujourd'hui donnée aux antivax? Probablement. Il est temps de se réunir autour de la table de Noël en étant vacciné-e-s. C'est la grand-mère qui doit contrôler que son petit-fils et sa petite-fille tiennent toujours à elle et que le vaccin, bien qu'il reste insuffisant pour sauver tout le monde, protège au mieux la tablée familiale. Jésus ou pas, l'antivax qui giflera Borsetlino ou Parmelinpinpin sur la joue droite le jour du 25 décembre pour leur adhésion papale à la vaccination urbi et orbi, osera-t-il en claquer une sur la joue gauche de nos Conseillers fédéraux devant sa mère-grand?

Un peu d'amour et de paix sur cette Terre ferait tellement de bien. J'offre un booster poétique à celle et celui qui se vaccinera. Une jolie petite médaille de ma collection. C'est peu de chose. Quoique. Un cadeau à celui ou celle qui vous déteste parce que vous êtes désormais vacciné, c'est mieux que de se faire la guerre et de monter aux barricades.

Si tu veux la fête et la 2G, c'est le moment de te faire vacciner et de permettre au pays, aux infirmiers et infirmières, médecins, et autre personnel hospitalier de souffler un peu, aux bistrots et autres lieux culturels de passer l'hiver sans crevotter encore une fois durant les fêtes et tout l'hiver. C'est assez! 

Un miracle vaccinal peut-il avoir lieu?