28/04/2022

L'oiseau Twitter accouche d'un étron

Elon Musk fait de son nouveau dada le point cardinal de la nouvelle liberté d'expression.

J'écris "nouvelle" parce que jusqu'ici, avant le temps des réseaux sociaux, il existait un consensus démocratique et médiatique pour bloquer les commentaires les plus ravageurs et inadmissibles. Pour maltraiter et arroser de mots cruels quelqu'un encore faut-il que la critique prouve que telle ou telle personne a mal agit, a mis en danger la société ou des individus, ou/et a produit du malheur autour d'elle. La liberté d'expression n'est pas un champ de foire où la gratuité de l'insulte est permise sans aucune conséquence pour les auteurs et les autrices. Tout le monde a le droit d'insulter un salopard qui met à feu et à sang un pays, réduit une population à une sorte de réduit national qui ne compte pas, ne réfléchit pas de la bonne manière, ne mérite pas sa place dans la société parce qu'elle n'a fait ni grandes études ni grand métier de prestige, ni n'appartient à la bonne "race" ou la bonne classe sociale.

La liberté d'expression ne peut pas être sabotée par des mots d'oiseau qui volent dans tous les sens, réduisant le discours à néant, mettant l'intelligence et la vérité au tapis et sous le boisseau de la haine et de l'invective en quelques mots scandaleux. Ainsi, on assassine la liberté de penser. Ainsi, on tue celui et celle qui dénonce la corruption, la dictature, le fascisme, la parole nauséabonde qui fracasse les sociétés et jette les populations les unes contre les autres jusqu'aux massacres et aux génocides.

Elon Musk est en train de détruire la liberté d'expression et il la jette dans les égouts de la pensée au profit des personnes qui savent dominer et bafouer du haut de leur mépris de classe les droits humains élémentaires.

Tout dire mais de façon argumentée. Oser les mots d'oiseau quand cela est nécessaire. Mais Twitter ne doit pas devenir le réseau qui permet de détruire n'importe quelle personne, sa pensée et sa façon d'agir en quelques mots haineux, voir carrément avec des mots de menaces de mort. Si on accepte cela, c'est que l'on accepte que demain, dans la rue, on se fasse agresser réellement par les personnes qui auront produit ce langage de haine. Les paroles inacceptables doivent être dénoncées et censurées. Les personnes responsables de réseaux sociaux qui autorisent ces paroles doivent être dénoncées et poursuivies pour non-modération de la plate-forme.

Monsieur Elon Musk, vos milliards vous permette de créer un étron à l'échelle planétaire. Permettez-moi pourtant de vous répondre qu'il pue et ne sent pas la rose. La liberté d'expression démocratique ne permet pas encore que l'on vive dans un monde de haine, de misère morale, de dénigrement systématique des autres, d'une communauté ou d'une autre, d'une minorité sexuelle ou toute autre, de violences psychiques exercées sur des personnes fragiles qui ne savent pas comment y répondre et qui peuvent souffrir de telles attaques condamnables en justice.

Twitter picore désormais dans la merde en laissant la rose de la liberté se mourir. Vous en êtes seul responsable, Monsieur Elon Musk, puisque du haut de vos milliards vous vous permettez déjà d'intimider vos employé-e-s jusqu'à les faire pleurer et cela promet de votre part une gouvernance de dictateur en chef sur ce réseau mondial permettant désormais aux fascistes, aux racistes, aux tueurs et aux salauds d'étaler toute leur "liberté d'expression" sur votre réseau.

Beau travail de sape de la démocratie. Entre dinosaures qui se comprennent bien, vous savez très bien créer la division et la haine entre les communautés et les personnes pour agrandir encore vos profits personnels déjà monstrueux et d'un gigantisme totalement scandaleux pour un seul homme vivant sur la Terre.

 

Les commentaires sont fermés.