24/05/2022

La démocratie est notre écosystème

Face aux violences, sous toutes ses formes, perpétrées par l'espèce humaine au cours des millénaires, naquit petit à petit le partage du pouvoir issu des luttes révolutionnaires menés par les peuples contre les tyrans.

La démocratie ne date pas de hier. Est-ce vraiment la Grèce antique qui en inventa le principe? Quoiqu'il en soit, la démocratie reste un écosystème fragile qui a, de tous temps, été menacé par la violence des prédateurs guerriers aidés dans leurs plans de conquêtes et de dévastations par une partie du peuple soumis à la verticalité de l'ordre et du pouvoir préférant le confort facile de la soumission à l'exigence farouche de la liberté.

La démocratie s'apprend par l'éducation et l'instruction. Elle n'est pas innée chez l'être humain. Tout petit, l'enfant explore déjà ses instincts de conquête, de contrainte, de domination, sur un autre enfant qui peut être, la plupart du temps, son frère ou sa soeur, premiers contacts existants à son niveau de développement au sein de la famille. Ce sont les parents, dans un premier temps, qui ont la charge principale d'éducation et d'apprentissage à la démocratie ( le partage des jeux et des câlins, le langage doux et les gestes amicaux participatifs plutôt que le langage violent et les gestes agressifs et possessifs).

La démocratie, pour qu'elle s'exerce vraiment entre les peuples et parmi la nation, ce n'est pas une exposition obscène, fusse sur la montagne magique chère à Thomas Mann, de puissances extravagantes, de captation des richesses par quelques oligarques hyper riches, des mesures de protection militaires et policières inouïes, des médias conquis alignés couverts au bon vouloir des prestigieux invités qui "font" mais aussi et malheureusement défont la démocratie à travers le monde en saccageant les vertus de la démocratie pour préférer le vice de la domination et de la force, la super puissance militaire comme policière.

Si l'Ukraine est l'invitée d'honneur du WEF en cette année 2022, il ne faut pas oublier que la Russie de Poutine a été longtemps courtisée dans tous les sens du terme et que les fiesta organisées par les Russes mais aussi les autres invités du club, du côté de Davos, s'apparentent plus à des cours de Versailles ou des salons du tsar avec top model en beauté servant d'appâts sexuelles pour les agapes branchées de ces beaux messieurs milliardaires courtisés et admirés. Cela, les journalistes ont vraiment tendance à l'oublier quand ils nous présente Davos comme le forum mondial de la démocratie...

La démocratie, ce n'est ni le poutinisme ni l'ultralibéralisme. C'est tout autre chose. Et cette autre chose n'a plus vraiment la cote de nos jours. Il se résume en ces trois mots gaspillés et galvaudés à satiété: liberté, égalité, fraternité.

Liberté entre nous avec droit de parole et de décision partagé. Egalité entre chaque être humain, entre les femmes et les hommes, avec absence volontaire de construction pyramidale et de captation des richesses permettant de soumettre et d'asservir les échelons inférieurs. Fraternité entre toutes et tous, sans distinction de couleur, de hiérarchie, de couches sociales, d'ethnies.

Je crois sincèrement que lorsque les grands de ce monde montent là-haut sur la montagne magique avec leurs jets, leurs limousines de luxe, leurs suites royales, et leurs chalets monumentaux, il ne se rendent pas vraiment compte de la distance et de l'éloignement qui les séparent de la vraie démocratie exercée par tous et toutes et pour toutes et tous sur la planète Terre...

De là, sans doute, notre enfer actuel et cette guerre du Tsar Poutine en Ukraine basé sur un optimisme largement surfait, de sa part comme de la nôtre, pour endormir les foules et les maintenir soit dans l'illusion béate des bienfaits de l'ultralibéralisme, côté occidental, soit dans la volonté de renverser l'ordre du monde et sa prétendue démocratie du côté du dictateur Poutine et de la Chine.

https://www.lematin.ch/story/ignazio-cassis-notre-environ...

Les commentaires sont fermés.