25/05/2022

Il n'y a pas pire mensonge que la guerre

La guerre en Ukraine et son annexion par la Russie va perdurer tandis que cette dernière subit les sanctions et le boycott international jusque dans ses pires égarements.

L'Ukraine ne reconnaît plus à la Russie le droit d'exister chez elle sous aucune forme que ce soit. Les milieux culturels russes, y compris ceux hostiles à la politique du Kremlin et à son dictateur, ne sont plus les bienvenus en Ukraine qui fait pression sur l'Occident pour bannir toute forme d'acceptation de ressortissant-e-s russes dans les représentations internationales de la culture et du sport. Il en va de même pour les acteur et actrices économiques.

Si Poutine est en train de rayer les villes et villages ukrainien-ne-s de la carte, l'Ukraine, et l'Occident qu'elle entraîne avec elle, rayent humainement de leur univers mental tout ce qui est russe, fait russe, parle le Russe, écrit le Russe, cultive le Russe. Dans les deux camps ont use du vocabulaire de la guerre sans vouloir le dire. Le G7 vient de feindre que nous sommes en guerre contre la Russie et la Russie considère son invasion de l'Ukraine comme une opération spéciale sensée chasser les néo-nazis du pouvoir ukrainien. Il ne manque que l'étincelle qui nous fera basculer et précipiter dans la guerre totale avec engagement des forces armées occidentales sous l'égide de l'Otan.

L'Occident a choisi, mais avait-il un vrai choix?, de bannir la Russie et de la placer dans les pays infréquentables de la planète à l'instar de la Corée du Nord. Les deux camps prétendent être du côté du Bien et de la Vérité. Hors il n'y a pas pire que la guerre pour oser l'impensable et affirmer avec force et foi que tout le monde s'est précipité dans le mensonge et la propagande afin d'assurer la mainmise psychologique sur les peuples et leur goût du sacrifice à la nation alors que les femmes, les enfants, les hommes, se sacrifient et sont sacrifié-e-s au nom d'une idéologie, de structures géopolitiques et géoéconomiques qui poussent leurs pions mécaniques et leur destruction de l'homme par l'homme pour obtenir la victoire totale et leur domination du monde.

Attention à la guerre et aux soutiens des peuples pour celle-ci. La guerre ne permettra pas à l'Humanité de survivre plus longuement mais elle va entraîner sa disparition plus rapide de la planète Terre.  La guerre ne permettra pas à nos enfants de retrouver la lumière de l'espérance mais elle va nous précipiter dans les profondeurs d'un abîme encore jamais connu et vécu par l'Humanité. La guerre n'est pas un jeu virtuel sur une game box. C'est la pire des expressions de l'Humanité, la défaite de l'amour et de l'amitié, la victoire des salauds, des criminels, des violeurs, des pilleurs. La guerre devrait être déclarée plus grande décadence et déchéance de l'Humanité. Toute personne saine d'esprit ne peut tolérer l'échec de la paix au profit du conflit armé qui précipite les peuples dans la folie et l'hystérie collective.

Je ne suis pas anti-russe. Je suis anti-Poutine. A force de tout confondre, volontairement ou involontairement, nous ajoutons du chaos au chaos. Les Russes et leur culture ne peuvent pas être éradiqués de nos vies par nos ligues de vertu qui se prétendent les gardiennes du Bien. Sinon c'est donner du grain à moudre à Vladimir Poutine et à sa fumeuse théorie du combat contre le "nazisme et le fascisme" occidental destructeur de la culture russe. Si nous devons soutenir et respecter la colère et le désespoir ukrainien, nous devons refuser de suivre, partout et sur les pires terrains de la propagande nauséabonde, leurs dirigeants qui ont perdu leur objectivité à cause du malheur et des pertes subies et ceci sans aucun recul et esprit critique de notre part. Je ne suis pas d'accord que l'on mette au banc des accusé-e-s des artistes et des sportifs russes qui se placent résolument du côté de la paix et condamne la guerre actuelle menée par Vladimir Poutine. Et je ne suis pas d'accord non plus que l'on interdise, à ceux qui préfèrent garder leur opinion pour eux, de travailler, de vivre chez nous, de partager avec nous leur humanité et leurs compétences alors même que leur silence ne les rendent pas automatiquement complices de Poutine et de la guerre mais leur permette de protéger leur famille restée en Russie des agressions arbitraires du régime totalitaire. Ce qui est un choix plus qu'honorable dans le but de protéger les siens de l'emprisonnement et des sévices subis à cause de la paranoïa du régime poutinien.

On n'a hurlé contre les nazis quand Hitler a obligé le port de l'étoile jaune et le "J" sur les passeports des Juifs. Nous ne pouvons pas nous considérer comme meilleur qu'Hitler si nous faisons systématiquement des Russes des êtres sans valeur, méritant leur damnation et leur châtiment terrestre et cette chasse aux sorcières dont ils et elles font l'objet, y compris dans les milieux culturels et sportifs. Les intégrer à notre système de pensée est notre ultime recours pour ne pas déclarer militairement la guerre à la Russie. Couper tous les ponts avec le peuple russe, c'est nous condamner à la guerre génocidaire et aux massacres des innocent-e-s, celles et ceux qui se battent pour sauver les peuples de la violence infâme, de cette guerre abominable qui n'a jamais laissé que le malheur et la mort sur son territoire qui est celui de la victoire de Thanatos et des démons qui vivent en nous.

La guerre est le pire des mensonges inventé par l'homme pour imposer au reste du monde sa domination, sa façon de penser, son idéologie. La guerre n'est pas de mon parti. Seule la légitime défense devrait être notre guide. La guerre ne doit pas être un prétexte pour abattre et humilier un peuple victime de son dictateur. Seule la conservation des liens d'humanité et d'amitié permet de chasser la guerre et de propager la paix partout autour de nous. Associer tout le peuple russe aux horreurs créées par son dictateur, c'est comme dire des Allemands qu'ils sont toujours sous l'empire nazi d'Hitler et les chasser de notre horizon mental sous toutes les formes possibles et imaginables. C'est d'une grossièreté d'esprit et d'un fascisme sans nom.

Sus à la guerre. C'est mon appel et paradoxalement mon cri de guerre. Nous nous devons à nous et à nos enfants de réussir la paix pour éviter le conflit mondial et une guerre nucléaire fatale à l'espèce humaine.

 

Les commentaires sont fermés.