31/05/2022

Good morning, Neuchâtel (2)

20220308_1137355.jpg

 

20211211_1706388.jpg

Hiver d'amours roses atomiques sur plage tropicale

 

29/05/2022

Good morning, Neuchâtel

20220219_17522888.jpg

 

 

28/05/2022

Faire confiance aux armes?

Dans la jungle, si vous ne porter pas au minimum un fusil ou un poignard pour vous défendre contre les animaux sauvages, vous êtes potentiellement un homme mort sauf à avoir les capacités d'hypnotiser le lion ou le tigre affamé qui voudrait vous manger.

Comme nous vivons dans la jungle des hommes et de leur enfer du mal, Donald Trump suggère à l'Amérique qu'elle s'arme encore plus, à titre privé comme collectif, seule et unique façon de se défendre des criminels et de nous laisser une chance de survie.

C'est dire combien la démocratie ne croit plus en elle et en ses qualités de progrès vers une société humaine non-violente, égalitaire, fraternelle, et heureuse de ses lois édictées pour protéger nos libertés et les droits humains. C'est dire combien nos démocratie sont tombées bien bas depuis que l'ultra-libéralisme provoque des ravages incommensurables, tout cela sous le regard plus que complaisant et même largement complice des médias mainstream.

Vouloir renforcer le marché des armes au détriment du contrôle drastique de la possession d'armes à feu, c'est donner toute liberté à la folie humaine de s'exprimer et d'ôter toute valeur aux capacités citoyennes de défendre la non-violence comme outil le plus fondateur et novateur de progrès humain afin de défendre les libertés de toutes et de tous.

C'est donner du coup beaucoup de valeur à la violence comme logique d'auto-défense contre la criminalité alors que nous savons tellement que la violence entraîne la violence et avec elle tous les abus qui sont autorisés. Nous entrons dans le cercle infernal de la loi archaïque "oeil pour oeil, dent pour dent" qui existait avant l'avènement des démocraties et des tribunaux de justice. C'est la grande porte ouverte à l'arbitraire, au droit de se faire justice soi-même, de dépasser le cap de la légitime défense pour devenir soi-même un agresseur. Car si un homme vous vole directement ou vous escroque, alors pourquoi pas se faire justice soi-même en lui tirant une balle dans la tête? Quelle différence y-a--t-il entre un homme qui visite votre maison et vous cambriole en croyant que vous êtes absent ou endormi et un cybercriminel qui cambriole votre sphère privée sur Internet et vous dérobe votre argent? Ni l'un ni l'autre n'est venu dans l'intension de vous tuer. Ce qui l'intéresse ce sont vos valeurs matériels. Pas votre vie. Hors, pour Trump, on peut froidement tuer pour cela comme on peut tuer tout être qui donnerait l'impression de vouloir vous faire du mal sans être bien certain qu'il ait vraiment l'intention de vous faire du mal. Je te tue avant que tu me tues même si ton intention n'était pas du tout de me tuer.

Ouvrir les portes grandes ouvertes au port d'armes, en faire un super-marché hyper attractif et actif comme en Amérique ,condamne l'être humain à vivre en permanence dans la peur et la défiance envers l'Autre. Plus aucun espace sociétal n'est laissé à la confiance mutuelle. L'Autre est, de fait, d'abord mon ennemi, le prédateur dans la jungle venu pour me tuer, me violer, me voler, celui qui peut m'agresser mais aussi celui que je peux agresser et mortellement blessé s'il a des intentions suspectes. ou que j'interprète ainsi. Hors la couleur de peau est suspecte, la pauvreté est suspecte, l'ethnie est suspecte, le délit de sale gueule est suspect tandis que la blancheur est gage d'honnêteté, la richesse est gage de bon type, la classe sociale est gage de sécurité...

C'est ainsi que le port d'arme favorisera toujours les personnes considérées comme du bon côté de la société, les gagnants, les bien-portants, ceux du camp prétendument du bien qui s'opposent à la lèpre de la pauvreté et de son mal endémique en créant des lois encore plus discriminatoires et injustes, plus dures et nauséabondes.

Nous sommes dans la jungle. Et pour Donald Trump tous les coups sont permis. Surtout le permis de tuer tout ce qui ne lui ressemble pas et s'oppose à son idéologie. Donald Trump est une brute épaisse sous le vernis de la respectabilité bourgeoise et de la richesse qui fait force de loi en assurant la toute-puissance légitime des pires prédateurs... Ce type entraîne toute l'Amérique dans la chute de la démocratie pour instaurer le vertige de sa dictature comme en Russie avec Vladimir Poutine. Le pire, c'est que beaucoup de gens en Amérique croit en ses délires et veulent qu'il remonte sur le trône.

On est mal. Mais le marché des armes est florissant partout sur la Terre. La spirale de la violence est engagée et c'est l'inflation de la violence qui nous est proposée sur les plateaux TV, les réseaux sociaux, et dans les journaux. La folie nous conduira-t-elle jusqu'à l'utilisation de l'arme ultime, l'arme atomique, ultime moyen de "légitime défense" auto-proclamée, pour montrer que l'Autre est l'incarnation du Mal et qu'untel (Poutine ou Trump) est le Bien suprême du haut de son idéologie mensongère et monstrueuse?

Mon fusil contre ton arme atomique. T'es d'accord, Vladimir? T'es d'accord, Donald?

 

 

 

 

25/05/2022

Il n'y a pas pire mensonge que la guerre

La guerre en Ukraine et son annexion par la Russie va perdurer tandis que cette dernière subit les sanctions et le boycott international jusque dans ses pires égarements.

L'Ukraine ne reconnaît plus à la Russie le droit d'exister chez elle sous aucune forme que ce soit. Les milieux culturels russes, y compris ceux hostiles à la politique du Kremlin et à son dictateur, ne sont plus les bienvenus en Ukraine qui fait pression sur l'Occident pour bannir toute forme d'acceptation de ressortissant-e-s russes dans les représentations internationales de la culture et du sport. Il en va de même pour les acteur et actrices économiques.

Si Poutine est en train de rayer les villes et villages ukrainien-ne-s de la carte, l'Ukraine, et l'Occident qu'elle entraîne avec elle, rayent humainement de leur univers mental tout ce qui est russe, fait russe, parle le Russe, écrit le Russe, cultive le Russe. Dans les deux camps ont use du vocabulaire de la guerre sans vouloir le dire. Le G7 vient de feindre que nous sommes en guerre contre la Russie et la Russie considère son invasion de l'Ukraine comme une opération spéciale sensée chasser les néo-nazis du pouvoir ukrainien. Il ne manque que l'étincelle qui nous fera basculer et précipiter dans la guerre totale avec engagement des forces armées occidentales sous l'égide de l'Otan.

L'Occident a choisi, mais avait-il un vrai choix?, de bannir la Russie et de la placer dans les pays infréquentables de la planète à l'instar de la Corée du Nord. Les deux camps prétendent être du côté du Bien et de la Vérité. Hors il n'y a pas pire que la guerre pour oser l'impensable et affirmer avec force et foi que tout le monde s'est précipité dans le mensonge et la propagande afin d'assurer la mainmise psychologique sur les peuples et leur goût du sacrifice à la nation alors que les femmes, les enfants, les hommes, se sacrifient et sont sacrifié-e-s au nom d'une idéologie, de structures géopolitiques et géoéconomiques qui poussent leurs pions mécaniques et leur destruction de l'homme par l'homme pour obtenir la victoire totale et leur domination du monde.

Attention à la guerre et aux soutiens des peuples pour celle-ci. La guerre ne permettra pas à l'Humanité de survivre plus longuement mais elle va entraîner sa disparition plus rapide de la planète Terre.  La guerre ne permettra pas à nos enfants de retrouver la lumière de l'espérance mais elle va nous précipiter dans les profondeurs d'un abîme encore jamais connu et vécu par l'Humanité. La guerre n'est pas un jeu virtuel sur une game box. C'est la pire des expressions de l'Humanité, la défaite de l'amour et de l'amitié, la victoire des salauds, des criminels, des violeurs, des pilleurs. La guerre devrait être déclarée plus grande décadence et déchéance de l'Humanité. Toute personne saine d'esprit ne peut tolérer l'échec de la paix au profit du conflit armé qui précipite les peuples dans la folie et l'hystérie collective.

Je ne suis pas anti-russe. Je suis anti-Poutine. A force de tout confondre, volontairement ou involontairement, nous ajoutons du chaos au chaos. Les Russes et leur culture ne peuvent pas être éradiqués de nos vies par nos ligues de vertu qui se prétendent les gardiennes du Bien. Sinon c'est donner du grain à moudre à Vladimir Poutine et à sa fumeuse théorie du combat contre le "nazisme et le fascisme" occidental destructeur de la culture russe. Si nous devons soutenir et respecter la colère et le désespoir ukrainien, nous devons refuser de suivre, partout et sur les pires terrains de la propagande nauséabonde, leurs dirigeants qui ont perdu leur objectivité à cause du malheur et des pertes subies et ceci sans aucun recul et esprit critique de notre part. Je ne suis pas d'accord que l'on mette au banc des accusé-e-s des artistes et des sportifs russes qui se placent résolument du côté de la paix et condamne la guerre actuelle menée par Vladimir Poutine. Et je ne suis pas d'accord non plus que l'on interdise, à ceux qui préfèrent garder leur opinion pour eux, de travailler, de vivre chez nous, de partager avec nous leur humanité et leurs compétences alors même que leur silence ne les rendent pas automatiquement complices de Poutine et de la guerre mais leur permette de protéger leur famille restée en Russie des agressions arbitraires du régime totalitaire. Ce qui est un choix plus qu'honorable dans le but de protéger les siens de l'emprisonnement et des sévices subis à cause de la paranoïa du régime poutinien.

On n'a hurlé contre les nazis quand Hitler a obligé le port de l'étoile jaune et le "J" sur les passeports des Juifs. Nous ne pouvons pas nous considérer comme meilleur qu'Hitler si nous faisons systématiquement des Russes des êtres sans valeur, méritant leur damnation et leur châtiment terrestre et cette chasse aux sorcières dont ils et elles font l'objet, y compris dans les milieux culturels et sportifs. Les intégrer à notre système de pensée est notre ultime recours pour ne pas déclarer militairement la guerre à la Russie. Couper tous les ponts avec le peuple russe, c'est nous condamner à la guerre génocidaire et aux massacres des innocent-e-s, celles et ceux qui se battent pour sauver les peuples de la violence infâme, de cette guerre abominable qui n'a jamais laissé que le malheur et la mort sur son territoire qui est celui de la victoire de Thanatos et des démons qui vivent en nous.

La guerre est le pire des mensonges inventé par l'homme pour imposer au reste du monde sa domination, sa façon de penser, son idéologie. La guerre n'est pas de mon parti. Seule la légitime défense devrait être notre guide. La guerre ne doit pas être un prétexte pour abattre et humilier un peuple victime de son dictateur. Seule la conservation des liens d'humanité et d'amitié permet de chasser la guerre et de propager la paix partout autour de nous. Associer tout le peuple russe aux horreurs créées par son dictateur, c'est comme dire des Allemands qu'ils sont toujours sous l'empire nazi d'Hitler et les chasser de notre horizon mental sous toutes les formes possibles et imaginables. C'est d'une grossièreté d'esprit et d'un fascisme sans nom.

Sus à la guerre. C'est mon appel et paradoxalement mon cri de guerre. Nous nous devons à nous et à nos enfants de réussir la paix pour éviter le conflit mondial et une guerre nucléaire fatale à l'espèce humaine.

 

24/05/2022

La démocratie est notre écosystème

Face aux violences, sous toutes ses formes, perpétrées par l'espèce humaine au cours des millénaires, naquit petit à petit le partage du pouvoir issu des luttes révolutionnaires menés par les peuples contre les tyrans.

La démocratie ne date pas de hier. Est-ce vraiment la Grèce antique qui en inventa le principe? Quoiqu'il en soit, la démocratie reste un écosystème fragile qui a, de tous temps, été menacé par la violence des prédateurs guerriers aidés dans leurs plans de conquêtes et de dévastations par une partie du peuple soumis à la verticalité de l'ordre et du pouvoir préférant le confort facile de la soumission à l'exigence farouche de la liberté.

La démocratie s'apprend par l'éducation et l'instruction. Elle n'est pas innée chez l'être humain. Tout petit, l'enfant explore déjà ses instincts de conquête, de contrainte, de domination, sur un autre enfant qui peut être, la plupart du temps, son frère ou sa soeur, premiers contacts existants à son niveau de développement au sein de la famille. Ce sont les parents, dans un premier temps, qui ont la charge principale d'éducation et d'apprentissage à la démocratie ( le partage des jeux et des câlins, le langage doux et les gestes amicaux participatifs plutôt que le langage violent et les gestes agressifs et possessifs).

La démocratie, pour qu'elle s'exerce vraiment entre les peuples et parmi la nation, ce n'est pas une exposition obscène, fusse sur la montagne magique chère à Thomas Mann, de puissances extravagantes, de captation des richesses par quelques oligarques hyper riches, des mesures de protection militaires et policières inouïes, des médias conquis alignés couverts au bon vouloir des prestigieux invités qui "font" mais aussi et malheureusement défont la démocratie à travers le monde en saccageant les vertus de la démocratie pour préférer le vice de la domination et de la force, la super puissance militaire comme policière.

Si l'Ukraine est l'invitée d'honneur du WEF en cette année 2022, il ne faut pas oublier que la Russie de Poutine a été longtemps courtisée dans tous les sens du terme et que les fiesta organisées par les Russes mais aussi les autres invités du club, du côté de Davos, s'apparentent plus à des cours de Versailles ou des salons du tsar avec top model en beauté servant d'appâts sexuelles pour les agapes branchées de ces beaux messieurs milliardaires courtisés et admirés. Cela, les journalistes ont vraiment tendance à l'oublier quand ils nous présente Davos comme le forum mondial de la démocratie...

La démocratie, ce n'est ni le poutinisme ni l'ultralibéralisme. C'est tout autre chose. Et cette autre chose n'a plus vraiment la cote de nos jours. Il se résume en ces trois mots gaspillés et galvaudés à satiété: liberté, égalité, fraternité.

Liberté entre nous avec droit de parole et de décision partagé. Egalité entre chaque être humain, entre les femmes et les hommes, avec absence volontaire de construction pyramidale et de captation des richesses permettant de soumettre et d'asservir les échelons inférieurs. Fraternité entre toutes et tous, sans distinction de couleur, de hiérarchie, de couches sociales, d'ethnies.

Je crois sincèrement que lorsque les grands de ce monde montent là-haut sur la montagne magique avec leurs jets, leurs limousines de luxe, leurs suites royales, et leurs chalets monumentaux, il ne se rendent pas vraiment compte de la distance et de l'éloignement qui les séparent de la vraie démocratie exercée par tous et toutes et pour toutes et tous sur la planète Terre...

De là, sans doute, notre enfer actuel et cette guerre du Tsar Poutine en Ukraine basé sur un optimisme largement surfait, de sa part comme de la nôtre, pour endormir les foules et les maintenir soit dans l'illusion béate des bienfaits de l'ultralibéralisme, côté occidental, soit dans la volonté de renverser l'ordre du monde et sa prétendue démocratie du côté du dictateur Poutine et de la Chine.

https://www.lematin.ch/story/ignazio-cassis-notre-environ...