10/06/2022

Vladimir Poutine, la machine à enrayer le temps

Le Président russe se raconte des histoires et essaye de justifier sa guerre d'invasion en Ukraine en remontant l'Histoire jusqu'à Pierre Ier Le Grand tout en rayant l'Histoire moderne, dont la chute du Mur de Berlin, pour envoyer dans les oubliettes de nos consciences les relations Est-Ouest de ces 30 dernières années qui auraient dû accrocher le wagon russe au train démocratique sans le déraillement provoqué par une mondialisation dévouée au pouvoir de l'argent et à l'ultralibéralisme achevée par la montée au pouvoir d'un néo-tsar russe qui nous veut tant de mal.

Vladimir Poutine commet, en plus de cet acte historique manqué, un révisionnisme historique grossier au sujet de la volonté de Pierre Le Grand en niant le projet de ce dernier de rapprocher la Russie de l'Occident dans les moeurs comme dans l'économie. Pierre le Grand est passionné de technologie et d'art militaire. Il va chercher des inspirations en Occident et y trouve, entre autres, le Suisse Lefort qui devient un formateur de jeunes cadres et officiers de l'armée russe. Il veut s'éloigner de la "barbarie asiatique" et rejoindre les rangs d'une grande puissance occidentale influente et moderne. Nous vivons alors au temps des empires avec des systèmes politiques qui n'ont rien à voir avec les systèmes politiques post-révolutionnaires qui sont apparus après la chute de la royauté française dans les années 1790 et la volonté des peuples occidentaux de s'émanciper du joug des rois et des empereurs. Pour la Russie, il faudra attendre la chute des tsars en 1917 suite à la révolution communiste et à la prise de pouvoir par Lénine.

La volonté de Poutine de rompre avec le fil de l'Histoire pour créer son propre mythe historique à travers un délire de grandeur et de romantisme passéiste montre à quel point le chef du Kremlin a la volonté d'enrayer le temps historique, de le tordre et de le soumettre à sa vision personnelle à travers les passions mortifères et criminelles qui l'animent. Son rêve vaut bien la mort de dizaines de milliers de personnes innocentes ukrainiennes, la déportation de millions de femmes, d'enfants, de vieillards forcé-e-s à l'exil pour ne pas risquer les viols collectifs par ses soldats usant de toutes les barbaries, et l'enlèvement des plus jeunes et des femmes ou la mort pour les "inutiles", les handicapé-e-s, les personnages âgées. Son rêve vaut bien les risques de famines que vont subir des dizaines de millions de personnes à travers le monde. Peu importe l'ampleur du drame pourvu qu'il ait l'ivresse des territoires reconquis et repris, la jubilation de soumettre à son joug des populations, des nations, qui ont voulu s'émanciper du joug soviétique puis moscovite après la chute du Mur de Berlin.

Poutine, à travers ses déclarations tonitruandes (j'ai bien écrit cela à la place de tonitruantes) et ses discours négationnistes et haineux envers l'Occident, n'est plus en phase avec notre époque. Il a délibérément pris l'option de créer un bug historique qui risque de nous plonger toutes et tous dans l'obscurité et la barbarie la plus effroyable. Cela peut aller jusqu'au conflit atomique et à la fin de l'Humanité. Son rêve de grandeur est fou, anachronique, et en parfait décalage avec le cours de l'Histoire et la modernité aux multiples ramifications technologiques, spirituelles, et culturelles, de notre temps.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Ier_le_Grand

 

Les commentaires sont fermés.