25/06/2022

L'art disbruptif de Margrit Wirth (5)

IV Les âmes blessées

Quelle vie a bien pu avoir Margrit Wirth? Quelles épreuves a-t-elle traversées? Quels amours fous et désespérés? Seule, en haut sur sa montagne valaisanne, comment a-t-elle trouvé des visions aussi prégnantes sur mon coeur et mon esprit? C'est à un voyage en exil, voir en terre asile ou en asile de fous, que nous convie Margrit Wirth. L'impression de traverser les époques à bonne distance de nos réalités quotidiennes et pourtant tellement proches de nous. Se croire dans un tableau à l'époque de Marcel Proust avec cette jeune fille maladive, un autoportrait sans doute, mi-alitée mi-debout, qui nous fixe ardemment et nous propulse sur la toile deux orchidées géantes sorties d'une de ses jambes apparemment amputée. Puis se faire happer par cette famille, sans père, avec ses regards profonds et tristes, effrayés, qui en disent long sur son exil intérieur et qui, par les temps qui courent, ne peuvent que nous rappeler la conditions de centaines de milliers de familles ukrainiennes condamnées à l'exil. Des âmes mutilées, blessées, ne sachant quand ni comment elles retrouveront leurs vies d'avant la catastrophe. Des âmes qui vont devoir recomposer avec leur nouvelle condition d'existence pour repartir avec espoir et détermination vers un futur si peu sûr et paisible. Il faut pourtant à tout prix éviter le cercle diabolique de la dépression et du dessèchement des coeurs et des esprits. Et c'est dans un autre tableau que Margrit nous convie. Le risque de se perdre à tout jamais dans la folie et le non retour à une existence heureuse. L'art existe pour nous le rappeler.

Ces trois tableaux sont d'une profondeur et d'une beauté mélancolique à couper le souffle. Un jour, connaîtrons-nous l'existence, sans doute tragique, de cette artiste que personne ne semble connaître et qui, à travers ses toiles, s'est promenée incognito sur le Marché aux Puces de Plainpalais durant quelques temps avant de venir me rencontrer et de continuer son chemin en ma compagnie? 

Retrouver le fil rouge qui  m'unit, et nous unit, à elle en retraçant le parcours de son art et de sa vie, c'est ainsi que les humains qui ne se connaissent pas se rencontrent métaphysiquement au-delà de la distance et de la mort.

 

20220527_083221.jpg

 

20220527_080544.jpg

Sans titre

 

20220527_0707088.jpg

Le Cercle diabolique

 

20220527_0729455.jpg

Âmes blessées

 

Je ne vous connais pas

mais je sais que vous existez.

Vous, les naufragés de la vie,

vous, les exclus de la société d'abondance,

vous les errantes et les sans abris,

vous les personnes sans plus aucune identité,

sans permission d'exister

une vie autre que votre terrible solitude.

Je vais à votre rencontre,

je me perds avec vous,

un jour, peut-être,

je serai complètement avec vous et parmi vous,

isolé sur une île,

dormant à la belle étoile,

parlant aux fleurs et aux oiseaux,

criant en direction de l'océan

des mots d'amour,

des mots maudits,

des mots adressés au ciel,

des mots abandonnés aux vents.

Alors je saurai

que j'aurai terminé

mon parcours sur cette Terre

en vous rejoignant vous toutes,

vous tous les maudit-e-s de ma chère planète bleue.

 

Les commentaires sont fermés.