10/08/2022

Succomber aux totalitarismes

Sous prétexte d'anti-américanisme peut-on faire les yeux doux aux régimes qui bafouent les libertés démocratiques et commettent des crimes contre l'Humanité?

L'Humanité souffre de mille maux mais aucun de ces maux ne justifie qu'on laisse installer l'arbitraire et la tyrannie sous prétexte que la démocratie serait pire que la tyrannie et qu'elle enfanterait une humanité déviante, contre-nature, très éloigné de l'ordre naturel du monde qui serait d'abord un ordre voué à la dictature avec des maîtres pour asservir les peuples et des peuples pour servir des tyrans, des rois, des empereurs, des tsars.

Les révolutions qui ont secoué les régimes de type autocratique aux XVIIIème siècle avec le siècle des Lumières ont transformé la perception du pouvoir, offert des chances aux classes populaires vers l'accès aux hautes études et aux richesses matérielles et surtout permis la liberté de conscience, la possibilité de choisir sa vie et de contester les injustices flagrantes des gouvernements et des lois.

Si ces révolutions ont d'abord eu lieu en Occident et que les démocraties se sont d'abord développées chez nous avec tous les soubresauts sombres de l'Histoire, les guerres entre les peuples, et des régimes monstrueux lors de certaines périodes qui ont failli détruire les démocraties, elles ont pourtant résisté au temps et se sont développées sur tous les continents de la planète, y compris en Asie avec le Japon (dévasté pourtant par l'Amérique démocratique et les deux bombes atomiques larguées sur Hiroshima et Nagasaki alors que son régime était de type impérial avec un empereur au pouvoir), la Corée du Sud, Hong-Kong, Singapour, par exemple.

La démocratie n'est donc pas à considérer comme étant un type de gouvernance occidentale que l'Occident voudrait imposer au monde. C'est le type de gouvernance par excellence qui permet aux peuples de s'émanciper et d'accéder aux libertés et aux droits humains. Ce qui n'en fait pas un régime parfait mais un régime qui peut progresser vers plus de justice ou régresser vers un style plus autocratique et conservateur. La démocratie est un work in progress alors que la dictature est statique, sclérosée, dogmatique, ne permettant jamais à l'élasticité de la pensée humaine de progresser dans la société et de se (re)définir à travers les individus qui la composent plutôt que par une idéologie, un petit livre rouge, un livre saint, valable pour toutes et pour tous pour tous les temps, sans contestation possible, sans questionnement, sans remise en question. Cela s'appelle la zombification et le formatage forcé des esprits à un régime autocentré, acquis de droit quasi divin, et c'est ce qui se passe tristement aujourd'hui en Corée du Nord, en Chine, en Russie, et dans bien des pays du monde.

Ce n'est pas parce que l'Amérique et ses façons détestables d'envahir économiquement, politiquement, culturellement, voir militairement, la planète nous troublent profondément et nous révoltent parfois qu'il faudrait renier pour autant les valeurs démocratiques et se tourner du côté des dictateurs en imaginant qu'ils sont devenus dictateurs à cause de l'Amérique. Non. Ils sont devenus des dictateurs parce qu'ils ont voulu être des dictateurs et imposer leur point de vue à leurs populations sans laisser aucune chance aux personnes et aux communautés de développer un esprit critique et une façon de vivre qui leur correspond au mieux en fonction de leur développement personnel et des épreuves de la vie auxquelles elles sont confrontées au quotidien.

En cela, on ne peut que contester les guerres d'invasion brutales, les désirs d'empire, la géo-politique du monde qui est soumise aux diktats des grandes puissances. Se surprendre à défendre des régimes tyranniques au détriment de la liberté des peuples et de la démocratie c'est déjà succombé aux attraits haïssables de toute tyrannie et remettre en question nos propres régimes démocratiques en fragilisant nos idéaux de liberté, d'égalité, de solidarité, et de fraternité. C'est en quelque sorte cracher sur la tombes de nos ancêtres qui se sont battu-e-s pour la démocratie et se sont sacrifié-e-s pour elle et nos libertés d'aujourd'hui.

Les pays qui veulent modifier aujourd'hui l'ordre du monde sont dirigés par des autocrates et des régimes tyranniques qui bafouent le droit des peuples à s'autodéterminer et à vivre l'alternance démocratique. La Chine, la Russie, la Corée du Nord, pour ne citer que ces trois nations qui possèdent l'arme atomique et abusent de cette arme suicidaire pour exercer un chantage permanent et terrifiant sur le reste du monde (ce que ne font ni l'Amérique ni la France par exemple), ne sont pas en train de créer une alliance et un pouvoir planétaire qui permettra aux peuples de vivre dans un monde plus libre, plus démocratique, plus égalitaire, et au final plus juste. Ils sont en train de former une coalition ayant la haine de l'Occident, structurant leurs peuples à considérer les démocraties comme des sociétés déviantes et néfastes, responsables de tous les maux de la planète, au même titre que les Juifs ont été considérés par Hitler comme peuple devant être rayé de la planète. Ces régimes ont le désir, avoué ou non, de nous détruire en tant que peuples démocratiques et de nous réduire soit en cendres soit en esclavage.

Être sous la domination économique de l'Amérique n'est pas quelque chose de très enviable, ce que nos enfants devront corriger dans les décennies à venir. Mais devenir une nation sous la coupe de régimes dictatoriaux est sans doute encore moins enviable pour les peuples libres qui se respectent et respectent les hautes valeurs humaines de la démocratie. Dépendre de la Chine "communiste" de Xi Jinping, de la Russie "tsariste" de Poutine, de l'Amérique "dynastique", despotique, et décadente de la famille Trump ne fait pas partie de mes rêves pour l'avenir de l'Humanité. Je n'ai donc pas à défendre ce type de régime sous prétexte que la démocratie me déçoit, qu'elle est pourrie et terriblement corrompue, et que seule la dictature pourrait soi-disant remettre de l'ordre légitime dans les affaires du monde.

Il y a éventuellement un espoir d'avenir pour des sociétés humaines démocratiques responsables de leurs devoirs et fières de leurs libertés. Il n'y en a aucun, avec les immenses problèmes climatiques et de ressources actuels, sous des régimes despotiques effrayants et cruels qui s'accaparent les richesses de la Terre et asservissent les peuples à leur bon vouloir dans des actes de censure, de violence, de déportation, de génocide, et de tortures psychologiques et physiques inimaginables.