11/08/2022

Les "dégénéré-e-s" et l'art officiel selon Vladimir Poutine

Comme Adolf Hitler, Vladimir Poutine se sert de la culture pour construire son discours nauséabond et séparer la culture en deux camps: celle qui serait respectable et défendrait les canons de la grande nation russe et celle qui serait abominable et qu'il faudrait chasser, ostraciser, voir anéantir à tout jamais (comme exemple archi connu mondialement, grâce au patriarche de Moscou et de Poutine lui-même, l'art musical anarchique des Pussy Riot).

Cette façon de faire par le président Poutine transmet un message funeste de la nation russe: "Nous sommes un peuple élu qui dédions notre vie à la haute culture russe qui sauvera à elle seule le monde et vous, les Occidentaux, vous n'êtes qu'une bande de dégénéré-e-s qui jetez la planète dans le chaos et la guerre, l'anarchie et le désordre".

Adolf Hitler est sur le pas de porte du Kremlin et salue son cousin Vladimir Poutine. Les deux sont des jumeaux spatio-temporels et ils toisent la culture de leur regard totalitaire. Il y a les bons artistes, ceux et celles qui suivent la ligne partisane d'une idéologie politique à la fois mythique, révisionniste, et quasi religieuse. Et il y a les mauvais artistes, ceux qui n'en sont d'ailleurs pas, ceux et celles qui contredisent cette construction mensongère, arbitraire, fasciste, d'un gourou au pouvoir.

Ce qui est fascinant, c'est de voir comment les peuples peuvent encore se laisser manipuler de la sorte malgré tous les livres d'Histoire, les témoignages, les films, les travaux sérieux des scientifiques sur le nazisme et le malheur qu'il a apporté sur la planète. Ces peuples préfèrent-ils s'illusionner et se sentir supérieurs aux autres qu'ils ont tellement le besoin d'héroïsme nationaliste et de se situer sur un piédestal en chassant l'étranger de leur territoire, de jeter en prison et de massacrer les déviants et les déviantes, de rééduquer la façon de penser de celles et ceux qui aurait subi "la lourde contrainte" d'exercer leur liberté de penser et de dévier ainsi des canons officiels de la dictature poutinienne?

Les miasmes de la peste fasciste envahissant les lieux culturels sont les mêmes que ceux qui, ensuite, provoqueront les guerres artificiels entre les peuples et les atrocités qui iront avec elles. C'est gravissime. Et la Russie en est à ce stade ultime de la préparation de la guerre totale contre les autres, les pays et les populations qui ne suivent pas la dogmatique russe selon Vladimir Poutine, le patriarche de Moscou Kirill, et les idéologues ultra-nationalistes de la grande nation russe.

Comment pourra-t-on éviter que le conflit s'étende plus loin si les Russes sont de plus en plus fanatisé-e-s et zombifié-e-s par Vladimir Poutine et son régime? Le Président russe saura-t-il s'arrêter dans sa propagande suicidaire faute de moyens financiers et guerriers pour aller plus loin? Où préférera-t-il user de l'arme ultime, la bombe atomique, pour ne pas perdre la face devant son peuple et montrer au monde toute sa puissance maléfique? Soutenu par le régime chinois, il pourrait finalement choisir la pire des options pour anéantir l'Occident et sa pensée déviante au risque de s'anéantir lui-même et la Russie avec lui.

La culture est plus que jamais nécessaire pour contrer ce projet funeste de réduire les sociétés humaines en dictatures fascistes qui organiseraient le monde selon des critères élitistes dont les peuples devraient obéir sans apporter de résistance. Les artistes devraient être beaucoup mieux soutenu-e-s par nos sociétés au lieu d'être si souvent conspués et renvoyés dans les cordes de l'anonymat et du rejet. Un artiste respectable ça pense énormément et ça ne trompe pas le peuple. La liberté est sa respiration, la conscience et la liberté de penser sont l'ultime refuge.

Soutenir un artiste dans sa démarche c'est déjà lui apporter un peu de réconfort. L'ignorer, le moquer, ou le conspuer, c'est lui donner une épreuve supplémentaire sur le difficile parcours qu'il s'est choisi pour apporter au monde un peu de lumière et de résistance face aux régimes qui nous enferment dans des camisoles de force.

Aimer les artistes libres. Ce sont eux et elles qui sauvent le monde au quotidien des attaques funestes de la dictature.

20220613_162233333333333.jpg

Secret story

 

Les commentaires sont fermés.