16/08/2022

Hadi Matar, les dérives d'un jeune homme comme les autres

4 ans sépare un voyage du jeune homme au Liban de sa tentative d'assassinat sur Salman Rushdie.

Personne au Liban ne souhaite faire de commentaires sur l'attentat. Pourtant, des gens, là-bas. savent très bien ce qu'ils ont fait de ce jeune homme sympathique et serviable, selon sa propre mère, pour le transformer en potentiel assassin au nom d'Allah et du Coran.

Comme partout dans le monde, la jeunesse est menacée par les extrémismes, les théories du complot, les dictatures désireuses d'asseoir leur pouvoir en se servant de la "maison de Dieu" ou d'une base idéologique quelconque. En Russie, Poutine et le patriarche Kirill se servent de l'orthodoxie chrétienne comme d'un fil rouge à la pureté de la "race" russe, virile, sans tache, prête à en découdre avec l'Occident démocratique et ses citoyens et citoyennes "dégéné-e-s" qui voudraient "envahir" la Russie et la rendre "malade" à travers une "épidémie" de démocratie permettant aux libertés individuelles de s'exprimer et de prendre leur place dans la société. Attention, la démocratie pollue et corrompt la jeunesse. C'est Socrate que Poutine veut condamner à boire la cigüe pour détournement de mineurs et perversions répétitives envers la jeunesse qui voudrait s'émanciper et vivre à l'"Occidental" en renonçant à l'idéologie d'une grande Russie éternelle posant sa main de fer sur toutes sortes de peuples présumés restés sous son influence.

De même, des pays d'obédience islamique voudraient empêcher toute libération et toute émancipation de leurs populations. Le Coran et la crainte d'Allah servent à leur légitimité pour défendre leurs intérêts particuliers. Mais les sectes coraniques se font la guerre pour le pouvoir temporel et spirituel depuis la mort du Prophète et au lieu de pays vivant en paix, nous avons des pays instables, ne connaissant que les conflits, les drames, les violences, les tortures, les décapitations, la haine éternelle. Comme preuve d'amour envers Allah et la communauté humaine, on pourrait mieux faire, n'est-ce pas? Mais la religion de ces personnes n'est pas l'harmonie et l'amour pour la communauté qu'elles défendent. Leur religion c'est la domination et la soumission des âmes et des corps à leurs propos sirupeux, fielleux, haineux, et criminels.

Hadi Matar a eu le malheur d'aller rendre visite à son père au Liban, un père qui n'a pas su le protéger contre les dérives sectaires et dangereuses de la religion. Il est revenu aux Etats-Unis transformé pour servir de bras armé aux ayatollah et autres dignitaires cherchant à asseoir la suprématie coranique sur la Terre et abattre les "chiens infidèles" qui ont pris la démocratie et la constitution laïque comme guide politique tout en laissant aux personnes le soin de s'occuper individuellement de leurs élans spirituels, artistiques, culturels, voir religieux si ses personnes ressentent un appel à servir Dieu d'une façon ou d'une autre mais toujours en Amour et non dans la haine de l'Autre.

Hadi Matar aurait pu rencontrer Salman Rushdie d'une toute autre façon. Mais son être, sans doute fragilisé par le divorce de ses parents,  une maman libérée de la religion mais n'ayant jamais su donner de bases saines à son fils quant à la question de la transcendance, de la vie, de la mort, ont créé un climat de dépendance fatale chez ce jeune homme en quête de spiritualité. Les hommes du Liban ont su détecter la faille et le manque de caractère chez lui en formant ce jeune homme pour qu'il devienne un jour le bras armé de la religion en perdant son insouciance et sa joie de vivre.

Une maman a perdu son fils comme d'autres mamans ont perdu leur fils en Russie à cause d'un dictateur qui a fait de sa propre cause une cause pour la nation russe. Nos cauchemars reviennent sans cesse et la dictature a encore de beaux jours devant elle tant que les femmes et les hommes libres et démocratiques ne sauront pas dire non une bonne fois pour toute et merde à toute dictature, sus aux dictateurs, qu'ils soient religieux ou athées, Russes ou Américains, Européens ou Africains, Iraniens ou Saoudiens.

Notre combat est quotidien et ce n'est pas le moment de céder aux tentations de la dictature. Renverser la dictature c'est se battre d'abord chaque jour contre ses propres désirs de domination et de soumission des Autres.

 

Les commentaires sont fermés.