21/09/2022

Fais-moi mâle chéri, chéri, chéri

"J'aime pas les hommes trop gentils, les hommes trop tendres, les hommes qui ne sont pas assez agressifs et qui ne luttent pas des coudes pour obtenir le pouvoir. J'aime les hommes virils, un peu brutaux mais pas trop, les hommes qui en ont et qui n'hésitent pas à impressionner l'adversaire, à monter dans l'arène en écrasant les autres. J'aime l'homme alpha qui n'hésitera jamais à faire la guerre devant un ennemi, J'aime un homme conditionné pour affronter la violence de face et détruire physiquement et psychiquement celui qui sera une menace."

Voilà ce que bien des femmes pourraient imaginer comme homme idéal pour la "protéger" des menaces extérieures. Mais voilà aussi quel genre d'homme violent (mais qui ne l'était pas avant quand le couple roucoulait en paix) elle risque de devoir affronter dans la vie quand tout ira plus mal dans leur couple et que le mâle perdra pied et son épouse ou sa concubine.

Il faut être très ferme avec la violence des hommes envers les femmes. Il faut répéter encore et toujours que ce sera toujours inacceptable et punissable devant la loi. il n'y pas de mais ni d'excuse. Une gifle c'est un gifle. Un viol c'est un viol. Personne n'a le droit de porter la main au visage de quelqu'un sans risquer une plainte pénale. Mais la gifle d'un homme envers une femme est-elle une agression punissable alors que la gifle d'une femme envers un homme n'est-elle qu'une simple réponse à un homme qui l'a bien méritée? Le goujat qui insulte une femme peut se faire tabasser et même chaudement applaudit par les proches qui assistent à la scène parce que l'homme mérite largement sa claque et sa remise en place alors que devant la femme qui insulte et agresse verbalement son compagnon l'homme doit rester stoïque et encaisser les insultes sans jamais agresser physiquement la personne qui l'insulte pour la "remettre à sa place"?

Des millénaires et le patriarcat ont condamné la femme à se taire et à se soumettre à l'homme. Les mouvements MeToo et BalanceTonPorc ont réveillé l'humanité et décidé de faire changer les choses de façon durable et pérenne. L'égalité passe par la dénonciation des actes violents envers les femmes et la plainte pénale devant la justice. Et c'est très bien ainsi. Cependant, face aux stéréotypes des comportements des femmes et des hommes, il est tout aussi dur de lutter et de voir du changement dans les attitudes et dans la recherche d'un partenaire masculin. La vision de l'homme sur la femme doit changer, celle de la femme sur l'homme doit aussi changer. L'homme gentil n'es pas aussi fade que cela et il sait bravement se battre dans la vie. Mais ses armes sont différentes et pas toujours appréciées dans un monde hyper compétitif. Un homme qui prône plus de justice et d'égalité est forcément un mâle qui prône moins de capitalisme et plus de partage. Dans une place de travail, il fera d'abord entendre sa voix pour défendre un système moins hiérarchique et pyramidale. Il prônera aussi un certain partage des bénéfices entre tous et toutes et prendra à coeur de défendre le boss si celui-ci connaît des difficultés avec la bonne marche de l'entreprise. La solidarité dans les deux sens... Plus d'égalité et de justice ce n'est pas vouloir la fin de la différenciation des revenus. C'est juste rétribuer plus justement les gains entre tous. Pour cela, il faut des hommes plus attirés par la coopération et les compétences de tous que par la course à la hiérarchisation extrême des salaires entre ceux, les cadres, qui "méritent" d'énormes rétributions et les subalternes qui ne "méritent" parfois même pas un salaire décent pour nourrir leurs familles alors que l'entreprise fait des millions voir des milliards de bénéfices.

Les hommes agressifs et ultra-compétitifs ne tombent pas du ciel. Ils ont été formatés comme de bons et braves petits soldats dès l'enfance par maman et papa pour acquérir des positions dominantes en sachant soumettre les autres à leurs exigences. Et bien trop souvent cela se termine à la fin dans une relation de couple sado-masochiste où la femme se réveillera un beau matin en se disant que son homme commet des choses inacceptables sur elles mais qu'elle a subi l'humiliation durant des années sans mot dire avant d'oser affronter le sujet en justice.

Ce sont tous nos comportements humains qu'il faut voir évoluer vers moins d'agressivité et plus de non-violence à la fois verbale et physique. C'est compliqué et ce n'est pas juste une histoire de violence masculine. Cette affaire nous concerne tous, femmes et hommes confondus. L'éducation et l'instruction de nos enfants sont primordiales pour réussir à vaincre le cycle infernal de la violence. Et les femmes doivent se mettre à considérer un brin différemment l'homme gentil, l'homme qui prend soin des autres à la façon des femmes, l'homme qui n'aime pas dominer son prochain, l'homme qui aime partager plutôt qu'accaparer les richesses pour lui...

En attendant, je crois savoir que l'ultra-libéralisme prône tout autre chose comme éducation pour nos enfants. Alors voyons aussi si les femmes modernes sont prêtes elles aussi à moins rechercher l'homme alpha, à abaisser leurs exigences de réussite sociale, et à lutter en amour pour avoir des compagnons moins performants mais plus "gentils" avec le reste du monde, plus secouristes et partageurs que bon petit soldat au service du grand capitalisme et de l'exclusivité du droit de richesse et de domination.

La violence ne tombe pas de nulle part. Elle est dans nos gênes, dans notre éducation, dans la façon dont la société prône la réussite et se comporte très durement avec celles et ceux qui connaissent l'échec financier. Si la société change réellement, alors l'homme changera lui aussi réellement et les femmes auront des compagnons plus aimables et plus doux. Jusqu'à preuve du contraire et d'une volonté collective de changer le monde et nos conditionnements, il sera très difficile de lutter efficacement contre la violence faite aux femmes. La dénonciation, la répression, les juges, les avocats, la prison, après l'agression masculine sur leur compagne ce n'est sans doute pas la meilleure chose que les enfants puissent retenir de leurs parents. Il est forcément bien mieux de savoir prévenir ce genre de stéréotypes qui sont encore très vivaces dans nos sociétés issues du patriarcat.

Donner plus de responsabilités et de postes de pouvoir aux femmes seraient déjà le début d'un vrai changement sociétal. Et puis, il faut dire aux femmes qu'une façon assez simple existe pour enlever aux hommes toute envie de leur faire du mal physiquement voir psychiquement. Bannir de leur couple les injures et les insultes ainsi que toute violence physique sous peine que la femme quittera l'homme le jour ou cela arrivera dans leur relation amoureuse. Difficile et douloureux à réaliser quand l'attache sentimentale est là et que la famille existe mais sans doute indispensable et courageux pour que la femme et l'homme puissent se débarrasser une bonne fois pour toute du cycle infernal de la violence et de la réconciliation sur l'oreiller.

   

 

Les commentaires sont fermés.