22/09/2022

OK boomer: cause toujours vieux con

Ce soir, l'émission Temps Présent a mis les pieds dans le plat de notre jeunesse qui ne supporte plus l'humour des vieux mâles, blancs, dominants, hétérosexuels de plus de 60 ans.

Comme j'ai le privilège de cocher toutes les cases citées, je suis potentiellement un vieux con qui a beaucoup profité de la situation pour m'imposer médiatiquement sur la plate-forme 24 heures. La jeunesse pourrait se sentir qualifiée pour m'insulter gratuitement par un label "OK boomer ferme ta grande gueule d'ancêtre avant d'avoir écrit quelque chose de bien discriminant et de bien dégueulasse sur ton blog".

A part exprimer ma liberté d'expression, ce que je recommande à tout le monde y compris et surtout à la jeunesse, je n'ai rien fais de bien scandaleux qui pourrait me désigner comme un coupable idéal prêt à brûler comme Jeanne d'Arc sur le bûcher médiatique pour hérésie et blasphème. Je prends toujours la liberté d'écrire comme je respire avec une sensation de grande liberté en essayant le plus possible de repousser l'auto-censure le plus loin possible de ma pensée. Si je blesse, par l'humour ou sans humour mais sérieusement, des hommes puissants qui font des trucs aussi bizarre que la guerre, le crime, la corruption à grande échelle, et autres saloperies que je condamne, cela me semble le devoir d'un citoyen responsable de défendre les opprimés, les sans-voix, les minorités, les femmes, les enfants. Cela même si je corresponds aux stéréotypes précités. Je suis donc un vieux de plus de 60 ans moins con, je l'espère, qu'il n'y paraît sur l'étiquette. Je ne suis ni dominant, et de très loin, mais pourtant né homme Blanc d'une mère Blanche catho, ni transgenre ni gay mais défendant les LGTBQIA+ bien que le H pour hétérosexuel soit exclu de la communauté des minorités regroupée sous cette appellation. Du coup, je me sens minoritaire exclu de la minorité parce que je ne suis en réalité pas un vieux Blanc H dominant qui rejette, comme Vladimir Poutine par exemple, la communauté "décadente" des gays et Cie hors de la planète Terre et que par conséquent ma sexualité H à moi, qui n'est pas représentée auprès des LGTBQIA+, pose un grave mais vrai problème de discrimination et d'intégration parmi elles.

Le fond du problème, c'est qu'il faut savoir encaisser le second degré même si cela fait parfois mal à notre sensibilité personnelle. Et si je fais partie de cette catégorie d'âge cataloguée "OK boomer" par les jeunes, je cherche à comprendre ce qui motive la jeunesse à s'attaquer à la génération de leurs parents, voir grands-parents, et à un humour qui leur paraît déplacé et largement daté tout en insistant auprès de cette jeunesse révoltée sur le fait que la liberté d'expression doit être respectée puisque c'est grâce à cette liberté d'expression que les minorités peuvent aujourd'hui s'exprimer à découvert et lutter pour leur propre cause.

Faire la chasse aux sorcières des humoristes et des dessinateurs-dessinatrices de presse c'est le début du fascisme et du communautarisme. Cela attise toutes les haines et tous les conflits entre communautés. Les jeunes, vous devriez comprendre que l'humour, même dérangeant votre sensibilité, et le dessin de presse font partie intégrante  de la démocratie, de notre respiration profonde, et de nos libertés individuelles. Le second degré n'est pas le premier degré. Il faut savoir décrypter l'humour même furieusement grinçant et dérangeant parfois. Ce n'est pas l'humour qui est blessant. C'est la société  et une certaine majorité dominante qui refuse les changements et faire de la place aux minorités parce qu'elles seraient dérangeantes, voir une menace grave pour leur position dominante, voir source de troubles sociaux et de guerres. 

Je ne me sens pas un OK boomer mais simplement un homme qui essaye de parcourir l'existence avec les yeux grands ouverts sur l'univers en général et l'humanité en particulier.

 

Les commentaires sont fermés.