23/09/2022

Porno et prostitution, quelle hypocrisie!

Les actrices et acteurs du porno aiment à se distinguer du monde de la prostitution.

Les Etats en font de même. La prostitution est bien souvent interdite alors que le porno est largement toléré et même promu sous prétexte que les actrices et acteurs sont consentant-e-s alors que les personnes qui s'adonnent à la prostitution auraient forcément des maquereaux derrière elles, en conséquence de la traite d'êtres humains.

En réalité, le monde du porno est parfois bien plus sordide et dangereux que le monde de la prostitution choisie de plein gré avec des êtres humains qui semblent prendre plaisir à tout montrer de leur corps et de leur sexualité à un grand public de fans. L'industrie du porno est la plus grande industrie du cinéma en terme de chiffres d'affaires...

En se prostituant, une femme ou un homme qui le fait en toute indépendance garde la maîtrise de son corps et de son image. Elle/il monnaye une prestation sexuelle, rien de plus. Le contrôle de sa vie privée lui appartient. En prenant un rôle d'actrice ou d'acteur dans un film X, la femme comme l'homme perdent le contrôle de leur image et c'est très grave. Si cela peut-être souvent flatteur pour l'homme envié par des millions d'hommes, Rocco Sifredi peut en dire quelque chose, c'est tout le contraire pour une femme qui, quand elle devient mère surtout, se rend soudainement compte que son corps continue à être exploité et manipulé à travers le temps avec des hommes, voir des femmes, qui ont joué des scènes de sexe avec elle. La prostituée qui quitte le métier peut mettre à l'ombre son passé et se mettre à l'abri des voyeurs et surtout éviter qu'une éventuelle progéniture puisse se retrouver un jour ou l'autre en face à face avec une vidéo porno de sa mère. Cela ne peut que faire paniquer toute femme qui a abandonné le porno pour une vie rangée et tranquille de mère de famille.

Il serait temps que les producteurs de porno soient obligés de respecter des règles très strictes du droit à l'image concernant leur acteurs et actrices. C'est absolument intolérable que des femmes doivent payer des dizaines de milliers de francs un producteur de X pour que celui-ci daigne retirer du marché un film sur demande des acteurs et actrices concernées. Les acteurs et actrices ne sont payés qu'au cachet et n'ont aucun droit de diffusion et de rétribution sur leurs oeuvres. Il est dès lors facile de mettre une clause dans le contrat dans laquelle tout acteur et toute actrice ont le droit de faire retirer un film X sur demande. L'argent généré par le X est énorme. La production d'un film X ne coûte pas cher. Il est donc très vite rentabilisé pour ses propriétaires. Retirer un film ne devrait pas devenir source de faillite pour un boss de l'industrie du X.

La moindre des choses quand on devient boss du X serait de respecter et de protéger ses actrices et acteurs. Hélas, ce monde-là est dirigé par des cyniques et des gens qui exploitent les faiblesses des êtres humains. Une révolution dans le X est possible. Mais cela se fera sans doute par les femmes elles-mêmes car les hommes sont décidément trop cons et surtout trop peu respectueux des conditions pour un tournage pornographique à l'écoute des libertés et des désirs réels des femmes. Exposer sa nudité est dangereux pour son image et sa vie privée. La nécessité de pouvoir retirer sans condition et à tout moment un film sur demande des personnes concernées doit devenir prioritaire dans le monde du X.

Les actrices et acteurs de ce monde-là doivent se battre pour cela.

https://www.liberation.fr/societe/police-justice/jacquie-...

 

Les commentaires sont fermés.