26/09/2022

L'appel à la liberté de conscience, d'idéaux, et de religion

C'est toujours la faute à l'Occident, à l'Amérique en particulier.

Dès qu'en Russie, en Iran, au n'importe où du côté des régimes autocrates ou théocrates, des émeutes populaires éclatent dans la rue d'un pays par désir irrépressible de plus de liberté individuelle et collective, c'est l'Occident qui essuie les pots cassés ou plutôt les crimes des régimes sanguinaires.

C'est toujours la faute à l'Occident.

Dès qu'un peuple réclame que le joug de la dictature tombe, il y a le Satan occidental qui s'en est mêlé. Il pleut sur Téhéran et les jeunes sont emprisonné-e-s, pire même, meurent sous les balles, pour obtenir enfin la lumière et le soleil sous le ciel noir de l'obscurantisme, c'est le diable qui bat sa femme et la nuit qui restera encore, encore, et encore.

La démocratie est la pire des injures pour tous les tyrans. Celles et ceux qui rêvent de régimes fascistes de quelques natures que cela soi, un peuple qui marche à la botte du tyran, que l'on appelle Dieu pour se cacher lâchement derrière la violence "légitimée" des religieux ou qu'il porte le nom d'un être humain qui assume sa tyrannie et ses ordres monstrueusement cruels, ou qu'il se cache encore plus sournoisement sous le visage anonyme et invisible de la toute-puissance financière, ces gens, qui rêvent de tyrannie pour rétablir un ordre qui ne plaise exclusivement qu'à leur vision étroite et identitaire de l'existence tout en permettant une répression féroce envers tout ce qui est déviant de leur idéologie officielle, ont tous comme point commun la lutte acharnée contre la démocratie, la liberté de vivre, la liberté de s'exprimer et le droit à la culture du débat contradictoire,

Pauvre monde. Pauvre société qui veut retrouver des régimes fascistes où l'Autre, le différent, la différente, finira par se faire conduire de force devant la justice et condamné à la prison ou à la mort pour comportements déviants et pensée dégénérée mettant en danger l'autorité et l'ordre établi par des chefs tout-puissants.

Une humanité sous tyrannie est un humanité condamnée à s'autodétruire et à s'automutiler sans cesse.

C'est la faute à l'Occident si le siècle des Lumières est né sous ses latitudes et qu'il a condamné toutes les tyrannies, toutes les visions de domination toute-puissante. Et c'est la faute aux hommes s'ils finissent par préférer les Ténèbres à la Lumière, le crime et l'abjection génocidaire à la vie et la beauté communautaire à travers la liberté démocratique.

Nous voilà dans un nouveau siècle plein d'incertitudes quant à la survie de nos démocraties. Et nous voilà contraint-e-s à subir toutes sortes d'abominations et de massacres, de mutilations sociétales, d'atrocités inhumaines et bestiales, de ténèbres funestes. Un poète comprenait mieux que tout le monde les féroces appétits du Mal.

Les Ténèbres

Dans les caveaux d'insondable tristesse
Où le Destin m'a déjà relégué ;
Où jamais n'entre un rayon rose et gai ;
Où, seul avec la Nuit, maussade hôtesse,

Je suis comme un peintre qu'un Dieu moqueur
Condamne à peindre, hélas ! sur les ténèbres ;
Où, cuisinier aux appétits funèbres,
Je fais bouillir et je mange mon coeur,

Par instants brille, et s'allonge, et s'étale
Un spectre fait de grâce et de splendeur.
A sa rêveuse allure orientale,

Quand il atteint sa totale grandeur,
Je reconnais ma belle visiteuse :
C'est Elle ! noire et pourtant lumineuse
 
Charles Baudelaire
 
Brûlez vos foulards noirs
et vos flammes fascistes!
La domination du mâle
est à jamais et sans fin malheureuse.
 
Patrie, famille, Dieu.
Mais si ta violence, ta domination,
ta pâle laideur lâche et hypocrite,
la soumission et la haine de tous les Autres,
l'obligation pour eux de souscrire à tes idées,
à tes croyances et à tes dogmes nocifs,
sont tes combats intimes à jamais
alors à quoi bon
patrie, famille, Dieu?
Pour créer des pogroms,
des camps de rééducation,
des génocides sans fin?
 
Brûlez les dogmes, les vérités carcérales,
les ordres établis, les discours assassins.
Fuyez jeunes filles!
Fuyez jeunes hommes!
les calvaires et les tombeaux
des hommes croque-morts
venant vous prendre votre jeunesse,
violer vos corps et vos coeurs,
zombifier vos cerveaux mous
pour en faire de macabres machines de guerre,
de meurtres, et de terreur.
 
Vous voilà à choisir
la tyrannie ou la vie,
la violence ou la liberté.
 
Ne vous trompez pas de combat.
L'Humanité n'y survivra pas
si la dictature l'emporte partout
et que la liberté n'est visible nulle part.
 
 

Les commentaires sont fermés.