26/09/2022

Les ultimes années de travail obligatoire

Les femmes sont désormais égales à l'homme en matière d'âge de la retraite.

Beaucoup de femmes sont amères au lendemain de la votation fédérale qui vient d'acter l'égalité pour tous et toutes devant l'obligation de travailler pour subvenir à ses besoins essentiels.

Voir le travail comme une obligation et  un sacrifice et non comme un droit et un bénéfice pour l'être humain est une vision négative de celles et ceux qui souffrent d'une mauvaise considération, d'une non moins mauvaise rétribution salariale et d'un travail dont la pénibilité est très souvent élevée et qui ne reçoit aucune compensation en terme d'années gagnées sur la retraite permise.

Pour beaucoup de personnes, le travail, même après 65 ans, n'est pas une corvée mais un plaisir si on peut en choisir le temps qu'on y consacre et des propositions de challenges et d'horaire partiel intéressant-e-s. Mais pour beaucoup d'autres c'est une grande souffrance et un pensum. Allonger d'une année le temps de travail imposé peut paraître extrêmement injuste pour certaines femmes et certains hommes qui savent combien les dernières années de dur labeur sont parfois pénibles pour diverses raisons comme le manque d'attractivité et de performances (surtout dans les métiers où le physique est mis hautement à contribution) pour l'employeur, la fatigue quasi chronique et quotidienne, la crainte de mourir au travail avant d'avoir pu goûté à une retraite paisible et si possible heureuse.

Une année de travail en plus peut paraître une éternité. Les dernières années sont longues et les patrons ne sont pas trop regardants pour protéger les plus anciens, anciennes, en exigeant moins d'eux. T'es pas assez rentable, dégage! C'est un peu ça le marche ou crève de notre société actuelle déshumanisante et obnubilée par les profits. Même certain-e-s collègues peu charitables, qui refusent de porter l'éventuel poids du fardeau sur leurs épaules, pressent "l'ancêtre" à se remuer ou à se faire démissionner par le boss ou qu'il et elle démissionnent par eux-mêmes pour laisser la place à la jeunesse. La solidarité est fragile dans les métiers dits pénibles.

Alors pourquoi le peuple a dit "oui" du bout des lèvres à cette réforme sur l'âge de la retraite? Tout simplement parce que l'égalité fait sens si nous sommes tous et toutes vraiment égaux quant à notre condition humaine. Les femmes et les hommes doivent batailler ensemble pour obtenir l'égalité et non tenter de tirer la couverture du "sexe" à soi. C'est ainsi qu'on obtient la paix et non les sempiternelles guerres sexistes dommageables pour tout le monde.

Pour ma part, je trouve que ce oui à l'âge de la retraite des femmes à 65 ans permettra vraiment d'acter l'égalité entre les femmes et les hommes et que tous les combats futurs ne pourront plus faire valoir la soi-disant gratification faite aux femmes d'un départ à la retraite anticipée d'une année pour justifier des différences salariales et des statuts contrastés, par exemple.

Maintenant la femme helvète est vraiment l'égale de l'homme helvète. Il faut se battre pour qu'elle puisse être pleinement reconnue dans son droit à la maternité et à éduquer ses enfants sans en subir de terribles conséquences au moment où elle se retirera de la vie active salariée.

Je crois que l'on peut malgré tout saluer et fêter ensemble, femmes et hommes, cette avancée décisive vers l'égalité intégrale au lendemain de ce vote même si cela peut paraître à priori amer à beaucoup de femmes.

Maintenant au combat pour un second pilier plus juste et protégeant les plus démuni-e-s devant son fonctionnement assez bizarre pour être vraiment honnête et juste envers les moins favorisé-e-s.

 

Les commentaires sont fermés.