30/09/2022

Les cryptomonnaies neuf fois plus pollueuses que l'extraction de l'or

Notre civilisation prétend vouloir faire mieux en matière de protection du climat. Elle fait pire, toujours pire.

Les cryptomonnaies, ces prétendues monnaies plus éthiques qui tentent d'échapper au système bancaire traditionnel pour se rendre indépendants des intermédiaires véreux et qui pratiquent l'usure, sont non seulement entourées d'une obscurité affolante et super spéculative mais aussi d'une production énergivore hors de toute proportion décente.

Faire du fric avec ça, parce que c'est en réalité son unique but, semble plus criminel que l'extraction de l'or d'un point de vue de la protection du climat!

Tandis que l'or est un marqueur universel des civilisations qui nous ont précédés et de notre civilisation actuelle, la cryptomonnaie ne représente rien d'autre qu'une source de profit facile, sans aucune symbolique, sans aucune créativité dans le monde de l'art et des monnaies, sans aucune mémoire et affectes liés à notre époque. Une catastrophe absolue dans l'Histoire de l'humanité. Toute l'archéologie issue des découvertes de ces cinq derniers millénaires s'arrête là où les monnaies virtuelles commencent et détruisent toute mémoire historique de notre temps concernant nos échanges commerciaux et artistiques. En un mot, la cryptomonnaie est un non-sens archéologique et ne se rattachera jamais aux traces humaines laissées pour les générations du futur.

Savoir qu'en plus elles participent davantage encore que l'extraction de l'or à la destruction de notre biosphère complète largement le tableau très négatif que j'ai de cette façon spéculative de s'enrichir pour échapper à tout contrôle étatique et démocratique sous prétexte d'échapper au "vol" des banques et de l'Etat de notre argent.

Je préfère mille fois les aventures des fausses monnaies qui ont fait de notre Farinet valaisan une légende savoureuse et dramatique de l'Histoire de ce canton aux faux Farinet en col blanc de notre temps, spécialisés dans l'informatique et donc privilégiés par rapport aux analphabètes ou peu formés de ce domaine, qui bidouillent sur leurs écrans pour s'enrichir très vite et trop facilement au détriment de la protection du climat et peut-être même qui échappent trop facilement aux ressources collectives et solidaires de notre société.

Il serait bien de tirer un bilan de ce que les profiteurs et profiteuses de ces monnaies virtuelles font de leur argent pour améliorer le bien-être collectif de nos sociétés actuelles et améliorer la justice comme le partage des ressources dans ce monde... Etre son propre banquier n'amène pas forcément et automatiquement à plus d'éthique et de bons comportements en société.

https://www.letemps.ch/economie/cinq-ans-bitcoin-coute-au...

 

Les commentaires sont fermés.