30/09/2022

Vendredi Noir sur toute la planète Terre

Vladimir Poutine a prononcé son discours d'annexion des régions du Donbass et environs.

Le moins que l'on puisse écrire c'est qu'il a fait le procès de l'Occident et de sa propension, selon ses propres termes, à coloniser le monde entier et d'exploiter les populations autres qu'Occidentales au profit entier de l'Occident.

Le délire poutinien est à son comble. Nous voilà les suppôts de Satan, les destructeurs de la Russie et de la famille, les exploiteurs de l'Humanité, les abominateurs et les racistes, les salauds et les fornicateurs, les ennemis de Dieu et de l'orthodoxie russe.

L'Occident, un bloc de sauvages qui pillent et violent, torturent et soumettent, prennent par force les territoires et s'accaparent toutes les richesses que la communauté humaine produit tandis que nous sommes les parasites qui nous prélassons dans nos canapés avec les milliards qui tombent du ciel des pauvres exploités de la Terre vivant un enfer carcéral sous notre domination impériale.

Vladimir Poutine a une image de l'Occident tellement démente que sa démence à lui risque bien de le pousser à commettre l'irréparable et à déclencher un conflit nucléaire sous prétexte de protéger les territoires ukrainiens qu'il vient d'annexer par la force militaire.

Il n'y a plus de paix possible avec cet homme qui est sorti des rangs de la communauté internationale. Ce tyran est un criminel de guerre paranoïaque qui doit être arrêté dans sa course folle au lancement de l'arme nucléaire.

L'ONU a-t-elle les capacités morales d'être quasi unanime à condamner le discours grotesque et fallacieux de Vladimir Poutine?

Si tel n'est pas le cas, pouvons-nous avoir encore une chance d'échapper à un conflit nucléaire apocalyptique et comment?

Le questionnement est abyssal et ce Vendredi Noir, à travers le discours du dictateur russe, est une des journées les plus atroces de l'Histoire de notre Civilisation moderne. Nous sommes devenu-e-s, sous les mots et le discours du tyran russe, les Juifs de Poutine. Son discours ressemble en bien des points au discours tenus par Adolf Hitler le 30 janvier 1939 devant le Reichstag en prophétisant l'anéantissement des Juifs d'Europe.

https://cicad.ch/fr/extrait-du-discours-de-hitler-du-30-j...

Nous voilà prévenu-e-s. Les Européens et les démocraties du monde ne se laisseront pas conduire en camp d'extermination nucléaire sans nous défendre et défendre la liberté.

L'hiver sera peut-être nucléaire et mortel pour l'Humanité ou alors le monde deviendra de plus en plus libre et démocratique ou ne sera plus jamais.

 

Sommes-nous encore vivants

où déjà bien morts?

Avons-nous la mort ou l'amour aux trousses,

le désir de rendre libres nos vies,

de donner notre vie à la liberté,

ou alors la frousse du lâche

qui s'écrase devant la dictature

d'un seul homme

qui met l'Humanité entière

en danger de disparition?

 

La Russie, ce n'est pas Vladimir Poutine.

La Russie, c'est un peuple avec toutes ses différences.

Et la Russie n'a pas à vouloir l'anéantissement de la planète

ni vocation à porter le poids et l'accusation de la disparition

de notre Civilisation.

 

A vous, ami-e-s Russes de trouver la parade

pour sortir le fou de l'estrade.

 

 

Les cryptomonnaies neuf fois plus pollueuses que l'extraction de l'or

Notre civilisation prétend vouloir faire mieux en matière de protection du climat. Elle fait pire, toujours pire.

Les cryptomonnaies, ces prétendues monnaies plus éthiques qui tentent d'échapper au système bancaire traditionnel pour se rendre indépendants des intermédiaires véreux et qui pratiquent l'usure, sont non seulement entourées d'une obscurité affolante et super spéculative mais aussi d'une production énergivore hors de toute proportion décente.

Faire du fric avec ça, parce que c'est en réalité son unique but, semble plus criminel que l'extraction de l'or d'un point de vue de la protection du climat!

Tandis que l'or est un marqueur universel des civilisations qui nous ont précédés et de notre civilisation actuelle, la cryptomonnaie ne représente rien d'autre qu'une source de profit facile, sans aucune symbolique, sans aucune créativité dans le monde de l'art et des monnaies, sans aucune mémoire et affectes liés à notre époque. Une catastrophe absolue dans l'Histoire de l'humanité. Toute l'archéologie issue des découvertes de ces cinq derniers millénaires s'arrête là où les monnaies virtuelles commencent et détruisent toute mémoire historique de notre temps concernant nos échanges commerciaux et artistiques. En un mot, la cryptomonnaie est un non-sens archéologique et ne se rattachera jamais aux traces humaines laissées pour les générations du futur.

Savoir qu'en plus elles participent davantage encore que l'extraction de l'or à la destruction de notre biosphère complète largement le tableau très négatif que j'ai de cette façon spéculative de s'enrichir pour échapper à tout contrôle étatique et démocratique sous prétexte d'échapper au "vol" des banques et de l'Etat de notre argent.

Je préfère mille fois les aventures des fausses monnaies qui ont fait de notre Farinet valaisan une légende savoureuse et dramatique de l'Histoire de ce canton aux faux Farinet en col blanc de notre temps, spécialisés dans l'informatique et donc privilégiés par rapport aux analphabètes ou peu formés de ce domaine, qui bidouillent sur leurs écrans pour s'enrichir très vite et trop facilement au détriment de la protection du climat et peut-être même qui échappent trop facilement aux ressources collectives et solidaires de notre société.

Il serait bien de tirer un bilan de ce que les profiteurs et profiteuses de ces monnaies virtuelles font de leur argent pour améliorer le bien-être collectif de nos sociétés actuelles et améliorer la justice comme le partage des ressources dans ce monde... Etre son propre banquier n'amène pas forcément et automatiquement à plus d'éthique et de bons comportements en société.

https://www.letemps.ch/economie/cinq-ans-bitcoin-coute-au...

 

28/09/2022

Poutine choisit la politique du pire, définitivement

Le très probable sabotage de l'autoroute du gaz au large des côtes danoises en mer Baltique et les référendums forcés dans la partie conquise par les Russes accompagnés d'une montée claire de la menace nucléaire par Poutine actent, de façon irréversible, la politique du pire du tyran russe.

Le monde est désormais en extrême danger de désintégration nucléaire et il serait primordial que les derniers grandes nations, comme la Chine ou l'Inde, soutenant la dérive mortelle du dictateur, se refusent désormais à apporter leur soutien à cet homme qui menace toute l'Humanité à travers son discours belliqueux et obsessionnel.

Il est temps que les nations unies n'autorisent plus ce tyran à menacer la planète toute entière. C'est tout simplement la survie de notre Civilisation qui est en jeu. Que les peuples se rendent enfin compte que notre survie est en grave danger et qu'ils appliquent les sanctions les plus fermes afin de faire tomber un régime en train de s'effondrer sur lui-même en entraînant les peuples de la Terre vers un conflit nucléaire d'une atrocité et d'une dévastation sans précédant.

Vladimir Poutine ne peut plus continuer à régner sur la Russie à travers sa politique de Terreur. Si les peuples ne sont pas solidaires pour lutter contre cette terreur, nous aurons au final un troisième conflit mondial de l'ordre de l'insoutenable et de l'inimaginable.

Il est temps que l'ONU disent non à Vladimir Poutine.

 

26/09/2022

Les ultimes années de travail obligatoire

Les femmes sont désormais égales à l'homme en matière d'âge de la retraite.

Beaucoup de femmes sont amères au lendemain de la votation fédérale qui vient d'acter l'égalité pour tous et toutes devant l'obligation de travailler pour subvenir à ses besoins essentiels.

Voir le travail comme une obligation et  un sacrifice et non comme un droit et un bénéfice pour l'être humain est une vision négative de celles et ceux qui souffrent d'une mauvaise considération, d'une non moins mauvaise rétribution salariale et d'un travail dont la pénibilité est très souvent élevée et qui ne reçoit aucune compensation en terme d'années gagnées sur la retraite permise.

Pour beaucoup de personnes, le travail, même après 65 ans, n'est pas une corvée mais un plaisir si on peut en choisir le temps qu'on y consacre et des propositions de challenges et d'horaire partiel intéressant-e-s. Mais pour beaucoup d'autres c'est une grande souffrance et un pensum. Allonger d'une année le temps de travail imposé peut paraître extrêmement injuste pour certaines femmes et certains hommes qui savent combien les dernières années de dur labeur sont parfois pénibles pour diverses raisons comme le manque d'attractivité et de performances (surtout dans les métiers où le physique est mis hautement à contribution) pour l'employeur, la fatigue quasi chronique et quotidienne, la crainte de mourir au travail avant d'avoir pu goûté à une retraite paisible et si possible heureuse.

Une année de travail en plus peut paraître une éternité. Les dernières années sont longues et les patrons ne sont pas trop regardants pour protéger les plus anciens, anciennes, en exigeant moins d'eux. T'es pas assez rentable, dégage! C'est un peu ça le marche ou crève de notre société actuelle déshumanisante et obnubilée par les profits. Même certain-e-s collègues peu charitables, qui refusent de porter l'éventuel poids du fardeau sur leurs épaules, pressent "l'ancêtre" à se remuer ou à se faire démissionner par le boss ou qu'il et elle démissionnent par eux-mêmes pour laisser la place à la jeunesse. La solidarité est fragile dans les métiers dits pénibles.

Alors pourquoi le peuple a dit "oui" du bout des lèvres à cette réforme sur l'âge de la retraite? Tout simplement parce que l'égalité fait sens si nous sommes tous et toutes vraiment égaux quant à notre condition humaine. Les femmes et les hommes doivent batailler ensemble pour obtenir l'égalité et non tenter de tirer la couverture du "sexe" à soi. C'est ainsi qu'on obtient la paix et non les sempiternelles guerres sexistes dommageables pour tout le monde.

Pour ma part, je trouve que ce oui à l'âge de la retraite des femmes à 65 ans permettra vraiment d'acter l'égalité entre les femmes et les hommes et que tous les combats futurs ne pourront plus faire valoir la soi-disant gratification faite aux femmes d'un départ à la retraite anticipée d'une année pour justifier des différences salariales et des statuts contrastés, par exemple.

Maintenant la femme helvète est vraiment l'égale de l'homme helvète. Il faut se battre pour qu'elle puisse être pleinement reconnue dans son droit à la maternité et à éduquer ses enfants sans en subir de terribles conséquences au moment où elle se retirera de la vie active salariée.

Je crois que l'on peut malgré tout saluer et fêter ensemble, femmes et hommes, cette avancée décisive vers l'égalité intégrale au lendemain de ce vote même si cela peut paraître à priori amer à beaucoup de femmes.

Maintenant au combat pour un second pilier plus juste et protégeant les plus démuni-e-s devant son fonctionnement assez bizarre pour être vraiment honnête et juste envers les moins favorisé-e-s.

 

L'appel à la liberté de conscience, d'idéaux, et de religion

C'est toujours la faute à l'Occident, à l'Amérique en particulier.

Dès qu'en Russie, en Iran, au n'importe où du côté des régimes autocrates ou théocrates, des émeutes populaires éclatent dans la rue d'un pays par désir irrépressible de plus de liberté individuelle et collective, c'est l'Occident qui essuie les pots cassés ou plutôt les crimes des régimes sanguinaires.

C'est toujours la faute à l'Occident.

Dès qu'un peuple réclame que le joug de la dictature tombe, il y a le Satan occidental qui s'en est mêlé. Il pleut sur Téhéran et les jeunes sont emprisonné-e-s, pire même, meurent sous les balles, pour obtenir enfin la lumière et le soleil sous le ciel noir de l'obscurantisme, c'est le diable qui bat sa femme et la nuit qui restera encore, encore, et encore.

La démocratie est la pire des injures pour tous les tyrans. Celles et ceux qui rêvent de régimes fascistes de quelques natures que cela soi, un peuple qui marche à la botte du tyran, que l'on appelle Dieu pour se cacher lâchement derrière la violence "légitimée" des religieux ou qu'il porte le nom d'un être humain qui assume sa tyrannie et ses ordres monstrueusement cruels, ou qu'il se cache encore plus sournoisement sous le visage anonyme et invisible de la toute-puissance financière, ces gens, qui rêvent de tyrannie pour rétablir un ordre qui ne plaise exclusivement qu'à leur vision étroite et identitaire de l'existence tout en permettant une répression féroce envers tout ce qui est déviant de leur idéologie officielle, ont tous comme point commun la lutte acharnée contre la démocratie, la liberté de vivre, la liberté de s'exprimer et le droit à la culture du débat contradictoire,

Pauvre monde. Pauvre société qui veut retrouver des régimes fascistes où l'Autre, le différent, la différente, finira par se faire conduire de force devant la justice et condamné à la prison ou à la mort pour comportements déviants et pensée dégénérée mettant en danger l'autorité et l'ordre établi par des chefs tout-puissants.

Une humanité sous tyrannie est un humanité condamnée à s'autodétruire et à s'automutiler sans cesse.

C'est la faute à l'Occident si le siècle des Lumières est né sous ses latitudes et qu'il a condamné toutes les tyrannies, toutes les visions de domination toute-puissante. Et c'est la faute aux hommes s'ils finissent par préférer les Ténèbres à la Lumière, le crime et l'abjection génocidaire à la vie et la beauté communautaire à travers la liberté démocratique.

Nous voilà dans un nouveau siècle plein d'incertitudes quant à la survie de nos démocraties. Et nous voilà contraint-e-s à subir toutes sortes d'abominations et de massacres, de mutilations sociétales, d'atrocités inhumaines et bestiales, de ténèbres funestes. Un poète comprenait mieux que tout le monde les féroces appétits du Mal.

Les Ténèbres

Dans les caveaux d'insondable tristesse
Où le Destin m'a déjà relégué ;
Où jamais n'entre un rayon rose et gai ;
Où, seul avec la Nuit, maussade hôtesse,

Je suis comme un peintre qu'un Dieu moqueur
Condamne à peindre, hélas ! sur les ténèbres ;
Où, cuisinier aux appétits funèbres,
Je fais bouillir et je mange mon coeur,

Par instants brille, et s'allonge, et s'étale
Un spectre fait de grâce et de splendeur.
A sa rêveuse allure orientale,

Quand il atteint sa totale grandeur,
Je reconnais ma belle visiteuse :
C'est Elle ! noire et pourtant lumineuse
 
Charles Baudelaire
 
Brûlez vos foulards noirs
et vos flammes fascistes!
La domination du mâle
est à jamais et sans fin malheureuse.
 
Patrie, famille, Dieu.
Mais si ta violence, ta domination,
ta pâle laideur lâche et hypocrite,
la soumission et la haine de tous les Autres,
l'obligation pour eux de souscrire à tes idées,
à tes croyances et à tes dogmes nocifs,
sont tes combats intimes à jamais
alors à quoi bon
patrie, famille, Dieu?
Pour créer des pogroms,
des camps de rééducation,
des génocides sans fin?
 
Brûlez les dogmes, les vérités carcérales,
les ordres établis, les discours assassins.
Fuyez jeunes filles!
Fuyez jeunes hommes!
les calvaires et les tombeaux
des hommes croque-morts
venant vous prendre votre jeunesse,
violer vos corps et vos coeurs,
zombifier vos cerveaux mous
pour en faire de macabres machines de guerre,
de meurtres, et de terreur.
 
Vous voilà à choisir
la tyrannie ou la vie,
la violence ou la liberté.
 
Ne vous trompez pas de combat.
L'Humanité n'y survivra pas
si la dictature l'emporte partout
et que la liberté n'est visible nulle part.