13/04/2010

Pseudos et transparence, anonyme lâcheté

Un être humain vivant en société démocratique n'a aucune raison de se cacher. A moins de commettre des choses illicites. A moins d'être soi-même un petit dictateur en puissance qui aimerait bien tordre le cou à toutes celles et ceux qui ne pensent pas comme elle ou lui.

On me rétorquera: « Et le risque de perdre sa place de travail? » Oui. C'est hélas possible car tout reste de l'ordre du possible dans ce monde brutal et sans pitié. Mais alors si je ne veux pas prendre le risque, je m'abstiens de tous commentaires...car le silence est d'or.

On me rétorquera; « Et ma crainte que mes proches connaissent mon identité sexuelle? » Oui. Tout est dangereux en ce monde. La liberté est dangereuse. Mais si tu es libre, pourquoi te mettre des chaînes par rapport à ta propre famille et tes amis?

On me rétorquera: « Je refuse de me marginaliser. Alors je me cache sous un pseudo ». Oui, c'est une attitude compréhensible, encore que. Si tu te caches, tu avoues que tes idées sont faibles, qu'elles prennent la poudre d'escampette devant les idées dominantes. Tu aimerais changer le monde? C'est foutu. T'as déjà perdu. Cela ne sert à rien de commenter. Tu perds ton temps. Va plutôt t'amuser sur la plage.

On peut en rajouter encore. Mais ça suffit. Je n'aime pas l'anonymat sauf dans des situations extrêmes où la vie de personnes peut être mise en danger de mort.

Alors un petit effort de tous et peut-être que les blogs auront la chance un jour de voir la Société des Anonymes fondre comme neige au soleil. Cela pour le plus grand bien d'une communauté adulte et responsable de ses paroles comme de ses actes.

 

12/04/2010

Les favelas de Clichy-sous-Bois

 

Adieu démocratie. On t'aimait bien.

 

Perdre tout.

Perdre tout. Et se faire gruger par l'Etat,

par des patrons et des propriétaires abuseurs,

par des messieurs et des dames millionnaires.

 

Perdre tout.

Et encore être responsable des pertes des riches.

Des milliards des Etats donnés aux banques, aux traders,

déjà tous riches, plus que riches.

Et plus rien pour les ouvriers mineurs,

les désoeuvrés pécheurs,

les rejetés fraudeurs,

les exclus tricheurs.

 

Et puis les politiciens...

Ils disent encore et toujours

« Votez pour nous! Car on va tout changer! ».

Et rien ne change jamais.

Sauf que l'Europe se dégrade,

ressemble de plus en plus au Brésil,

à l'Afrique, au pays de l'Est sous le communisme jadis,

et sous l'ultra-libéralisme aujourd'hui.

Non. Rien ne change jamais.

 

Aucune révolution n'a changé le monde.

Le monde change et s'échange des biens,

des idées cyniques , des valeurs économiques.

 

Mais les valeurs humaines sont en forte en baisse.

On dégraisse de plus en plus l'Etat de sa graisse

et on offre le lait en vrac aux boursicoteurs

alors que la vache à lait

est accusée par les riches et les très riches

d'offrir sa vergogne à l'ivrogne.

 

Bientôt les coupons réapparaîtront

quand la Bourse tombera à zéro,

quand son électroencéphalogramme sera plat.

Alors les planqués et le pognon iront tous bronzés sur les îles

tandis que les autres crèveront pour survivre dans la ville.

 

Et alors on se fera tous la guerre,

une guerre juste entre nous les prolétaires,

pour oublier notre grande misère.

 

C'est ça, l'avenir cosmopolite de la France?

C'est ça, le métissage des cultures du monde?

 

Faillite des politiques.

Victoire des monarques et des oligarques,

des maniaques du pognon, des rois de l'arnaque.

 

« C'est ça l'avenir de la France? »

taimeboubou *

 

« Favela, c'est un mot brésilien, sale bouffon.

Approprie-toi plutôt des noms arabes. »

taimeboubou*

 

Adieu démocratie.

On t'aimait bien.

 

P.S. Voir aujourd'hui le blog de Jean-François Mabbut, « Vu du Salève »

 

*taimeboubou, commentaires lus sous la vidéo présentée ici:

 

 

Tous le même sang

Tous le même gang

Tous le même bang

issu d'une femme et d'un amant

comme nos propres enfants


11/04/2010

Deuil national en Pologne et en Russie

Un avion tombé dans les arbres, un peuple choqué qui a perdu son président ainsi que des dizaines de personnalités du pays. Des familles en deuil, des enfants qui ont perdu un ou deux parents. La Pologne souffre et pleure ses morts. Nous nous associons à la douleur de ce peuple de l'Est dont l' Histoire a déjà connu de très nombreux épisodes tragiques. Ces images faites ce dimanche 11 avril et cette chanson en hommage aux populations en deuil.

 

Photos-0042_333.jpg


Photos-0041_33333333.jpg


Photos-0041_3333333.jpg


Photos-0041_333.jpg


Photos-0041_333333.jpg


Photos-0041_3333.jpg


Photos-0042_33333.JPG


20:09 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (2) |

10/04/2010

De l'art de suspendre notre cochon d'Inde à un ordinateur

 

La dispute sur l'art et sa valeur marchande n'aura jamais de fin (lire le dernier billet de Hommelibre). Ci-dessous, je mets en interrogation notre addiction à l'Internet, et notre manière de sauter de l'avion en parachute quand nous n'arrivons plus décrocher de notre écran. Sorte de nuit et brouillard intime quand l'approche de l'aéroport familial nous devient quasi impossible et permanent...

Attention le crash! N'oublions pas la vraie vie, hommes et femmes libres...

Quatre tableaux qui attendent le nombre des années pour prendre de la valeur... Je partagerai les royalties avec vous, John:)))))

 

 

Photos-0040_22.jpg

Photos-0040_22222.JPG

Photos-0040_2222.JPG

Photos-0040_2222222.JPG
P O R T A B L E

E T

P R Ê T

A

P O R T E R   S E S   F R U I T S   E T   V I C T U A I L L E S ?

O U

I N S U P P O R T A B L E

E T

P R Ê T

A

D E T R U I R E   L E   F R U I T   D E   N O S   E N T R A I L L E S ?

 

17:03 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |

09/04/2010

La Place Rouge, Natalie, émois

Un rythme hypnotique transcendental, un pays de rêve où les filles s'amusent après des décennies de communisme, de camps de rééducation, de goulags. Un pays qui me prend les tripes même sans l'avoir jamais visité. La Russie nous accompagne ce soir pour la sortie et les vodkas en tous genres. Et c'est encore DJ Vini qui vous offre un tube mémorable... Celles et ceux qui n'aiment pas l'électro house bouchent leurs oreilles mais regardent les filles... Bon week-end à tous.

Let's go to the Trip City, Moscow!

23:52 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |