06/05/2011

13 décembre 2001, mort supposée du leader d'Al-Qaïda

 

L'Amérique nous annonce qu'al-Qaïda viendrait aujourd'hui confirmer la mort d'Oussama Ben Laden dimanche dernier.

Hors, tout le monde se souvient du mois de décembre 2001 où la même organisation annonçait la mort et l'enterrement du leader islamiste du côté des grottes de Tora Bora.

Extraits de l'analyse approfondie de David Ray Griffin qui a fait son enquête sur cette affaire Ben Laden:

"Comment Ben Laden, en fuite dans des grottes au milieu de montagnes enneigées, aurait-il pu utiliser la machine (indispensable pour effectuer les dialyses nécessaires, ndlr) que beaucoup s’accordent à considérer comme essentielle pour le maintenir en vie ? Des médecins cités par Griffin sur ce sujet pensent que ce devait être impossible.

Il aurait fallu qu’il reste dans un lieu avec une équipe médicale, des conditions d’hygiène et un programme de maintenance régulier pour l’unité de dialyse elle-même.

Et quid de cette information, une brève parue le 26 décembre 2001 dans le journal égyptien Al-Wafd ? Elle disait qu’un haut responsable du gouvernement taliban afghan avait annoncé qu’Oussama Ben Laden avait été enterré le 13 décembre ou vers cette date.

« Il souffrait de graves complications et il est décédé d’une mort naturelle et paisible. Il a été enterré à Tora Bora, en présence de trente miliciens d’al-Qaïda, de proches parents et d’amis talibans. Selon la coutume wahhabite, aucun signe distinctif n’a été laissé sur la tombe, » disait l’article.

Le responsable taliban, dont le nom n’était pas cité, déclarait triomphalement avoir vu le visage de Ben Laden dans son linceul. « Il avait l’air pâle, mais calme, détendu et confiant. »

C’était Noël à Washington et à Londres et l’article fut à peine mentionné. Depuis, des enregistrements de ben Laden sont sortis avec la régularité d’un métronome et des centaines de millions de dollars ont été dépensés et beaucoup de sang versé dans la traque dont il fait l’objet. »

Qui est à la tête d'al-Qaïda? Qui a la permission de la parole officielle du mouvement? Qui des chefs d'a-Quaïda ont enterré Ben Laden le 13 décembre 2001? Pourquoi ce silence sans fin sur la vérité de la disparition du chef?

Et dans la maison au Pakistan, va-t-on nous montrer la machine à dialyses, les membres du staff médical nécessaire à la survie de cet homme? Membres qui alors auraient suivi à la trace Ben Laden pour lui prodiguer les soins essentiels. Ben Laden était surnaturel. C'est pourquoi il est mort en 2001, qu'il a ressuscité dans les esprits du gouvernement américain pour en faire une menace permanente, vécu encore dix ans, et que finalement Barack Obama l'a élevé au ciel grâce à ses hélicos afin de dire au monde que désormais la Révolution de Jasmin a remplacé l'idéologie djihadiste pure et dure avec la disparition du chef des terroristes. On ne dira pas que la vérité est ailleurs, bien que Superman soit né sur la planète Kripton...

Si " Superman " devient Muslim . Croyez vous qu'il y aura un changement important dans la politique Américaine?

Superman a beau être un extraterrestre arrivé sur terre, encore enfant, de la planète Kripton... l'homme d'acier reste une icône culturelle américaine, incarnant les valeurs du pays. Pas étonnant qu'il porte un costume rouge et bleu. Mais aujourd'hui, incarner les valeurs américaines semble une tâche compliquée, même pour le superhéros, lit-on sur Comics Alliance. La bande dessinée reflète les évènements actuels et remet en cause une moralité trop schématique. Ainsi, dans le numéro d'Action Comics publié mercredi 27 avril 2011, Superman fait part de son intention de renoncer à sa citoyenneté américaine lors d'un discours prononcé devant les Nations unies, explique Le Point.

Quand les lumières seront éteintes, il y aura du sang de vierge dans le coeur des filles et beaucoup, beaucoup d'amour. Me laisser partir avec elle, mon bébé d'amour, m'envoler au coeur de son univers...et laisser ce monde de mensonges et d'idéologies qui rongent les âmes et corrompt les esprits. Dieu est Grand dans Son amour.

16:18 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (3) |

05/05/2011

Superman a fait la connaissance de Canary Bay

 

Vous avez reçu votre scoop sur notre blog avant tout le monde. Depuis la disparition du Capitaine Nemo, alias Geronimo, alias Oussama Ben Laden, Superman était en mission au Pakistan et il en est revenu tout chamboulé en voulant abandonner sa nationalité américaine au profit de l'étiquette « citoyen du monde ». Et pourquoi cela? Examinons son cas:

Dans un billet publié sur son blog, l’écrivain Jonathan Last s’interroge ainsi sur les convictions de Superman maintenant que ce dernier semble avoir tourné le dos aux Etats-Unis. “Croit-il au Liberté, égalité, fraternité ou à la charia ? Croit-il en l’interventionnisme britannique ou à la neutralité suisse ?”, écrit-il. “Vous voyez où je veux en venir : si Superman ne croit pas en l’Amérique, alors il ne croit en rien.”

Mais si. Superman croit désormais à l'Amour. Enfin! Au vrai, au grand, à l'éternel amour. C'est pour cela qu'il a vaincu idéologiquement parlant Captain Nemo, son double euphorisant, le pacha du Pakistan qui vivait avec ses épouses et ses enfants, sans aucun autre garde du corps viril, sans fusil, sans grenade ,ni tomahawk, ni gaz de combat. Rien que des fleurs, de l'amour, des femmes, des enfants. Le révolutionnaire Oussama Ben Laden avait décidé, après le 11 septembre 2001, d'opter pour la non-violence absolue et fumait le calumet de la paix tout seul dans son coin fortifié depuis une décennie entouré d'amour et d'eau fraîche. Jusqu'au jour où ce grand dad de Barack décide de faire le ménage dans la maison. « Non mais. Ça va pas la tête, Monsieur le terroriste. Vous avez voulu détruire le rêve américain et voilà que vous jouez les Apaches hippies au Pakistan?  Too late for to deal your dream, Mister Ben Laden. To pay cash, now ».

Et la crème de la crème des boys américains spécialisés dans les interventions les plus délicates et musclées sont tombés, telle la foudre, sur les belles colombes voilées de Mister Oussama Ben Laden. Boum sur les filles! Et pataboum sur l'Amérique. Quand on vous dit que Pachakmac a toujours un coup d'avance dans la tête des autres, il faut le croire et le lire.

Merci au post.fr

Ben oui, faudrait qu'on vous dise maintenant pourquoi on a baptisé " opération Géronimo " le fait d' Armes exceptionnel qui a permis la capture d' Oussama Ben Laden! C'est que notre fugitif vivait reclus entouré de 9 femmes et 23 enfants! Fallait donc envoyer une équipe très spéciale à cause des femmes et des enfants. Pour Ben Laden, on avait prévu juste de lui balancer une flèche avec un bon produit calmant. C'est là qu'on a déconné car le préposé à la seringue a du se gourrer de produit et ça a rendu notre Ben Laden complètement euphorique! Il a cru voir un bison et il a balancé sa torche! Pas de bol, c'était un de nos Hélicos et en plus c'est tombé dans la cabine! On a pas eu le temps de maitriser et on a effacé l' hélico, puis on a mis une camisole  à oussama et hop dans la boite et on s'est cassé! mission accomplie. Bon, maintenant, Obama y se débrouille avec le Monde!


Merci à mon espionne préférée, Canary Bay qui m'ammène toujours sur des buzz incroyables que peu de monde lisent. Et pourtant, c'est de la science exacte. En relativité, Einstein dirait que ce type avance plus vite que le temps. Une énigme. Soit. Gardez le secret, les filles. On n'a pas fini de jazzer autour de l'opération Géronimo. Au fait c'est bizarre que Géronimo, cela fait presque Nemo. Des fois, je me demande si Superman, le citoyen du monde tout neuf, ne voyage pas aussi dans la tête du Président Obama pour savoir avant le monde des médias officiels tellement de précieuses infos sensibles.

Mais écoutons plutôt ce que Superman et Ben Laden se sont dit en compagnie de mon espionne préférée, Canary Bay, en fumant les trois ensemble, assis confortablement dans le bunker fortifié, et pour la première fois de l'islam et de la chrétienté réunis, le calumet d'une paix historique avant même que Oussama ne rejoigne officiellement la mer des morts et Superman le ciel des héros révolutionnaires américains bannis du conservatisme ambiant. Président Obama, Supermann a offert la fleur de la Révolution de Jasmin à Oussama. C'est pour cela qu'il n'est plus Américain depuis aujourd'hui!

16:48 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) |

03/05/2011

Ben Ladengate en vue pour Obama?

 

Une maison étrange, presque sans fenêtres, en pleine ville dans un monde pakistanais qui sait normalement tout de ce qui se trame d'à peu près conforme derrière chaque fenêtre.

Un bunker fantôme en face d'un bâtiment militaire de haute importance! Comme si l'Amérique voulait punir le Pakistan d'une faute grave afin de culpabiliser ce pays peu enclin à aider l'Occident dans sa chasse aux terroristes. Oussama Ben Laden a réussi, bien malgré lui, un dernier coup de génie: le Pakistan va se révolter. C'est clair, c'est net. Il ne voudra pas porter le poids de la culpabilité d'avoir fermer les yeux sur la présence de l'ennemi public numéro 1 à deux cents mètres d'une base militaire pakistanaise. Personne ne savait? Vraiment? Oussama aurait vécu là en toute tranquillité avec une partie de sa famille. Et même les ordures étaient brûlées pour ne pas mettre les déchets pour la voirie. Où alors, tout est faux, sauf l'existence de cette forteresse qui était un vaisseau fantôme, abandonné de toute âme qui vive, sans aucun habitant. Le gouvernement pakistanais, c'est clair, c'est net, va user de cette thèse pour sa défense face au monde et il accusera l'Amérique de propagande et de mensonge énorme. De quoi alimenter la filière terroriste et mettre de gros bâtons dans les roues huilées de Barack Obama. L'Etat de Grâce provoqué par la mort du leader d'Al-Qaïda ne va pas durer. Deux jours après sa prétendue disparition, nous voilà en face, aujourd'hui même, de l'énigme du super tuesday de cette année 2011. Mardi gras. Ben Laden mort dimanche soir, heure américaine, trois cents journalistes du monde entier cherchent soudainement des preuves de la présence de Ben Laden derrière les murs de cette forteresse. Pour l'instant, nada de chez Nada.

Aucune trace laissée par la famille Ben Laden. Surtout, aucune preuve réelle. Même pas celles de ses enfants tués avec lui. Tous immergés avec papa, sans doute, tous morts, aucun fait prisonnier ou blessé lors de ce drame fictif. Car c'est une belle fiction hollywoodienne à la hauteur de l'attentat du 11 septembre. A une différence de taille: le 11 septembre était bien réel. Comme mon fils âgé de 5 ans à l'époque qui devant le second avion s'écrasant dans la deuxième tour du World Trade Center s'exclama : « Wouahhh! Trop beau ce film » tandis que papa le serrait fort dans ses bras en lui disant, médusé par le spectacle et la réponse du fils: « Jean-François, c'est pas un film. C'est la réalité. L'Amérique est attaquée de la façon la plus abjecte qui soit ».

L'Amérique, regrettant à jamais de n'avoir pas su ou pas voulu défendre correctement New-York des ennemis de l'extérieur, l'Amérique qui a donné naissance au mythe hollywoodien ne pouvait pas créer une réalité aussi horrible et en direct devant des milliards de spectateurs ébahis. Ben Laden et ses acolytes ne vivaient pas au centre économique du monde, dans le nombril de la pomme. Obama et l'Amérique ont alors su trouver une sorte d'embrouille métaphysique à la hauteur de la stature de Ben Laden...et de Stanley Kubrick L'islam rigoriste tenait en Ben Laden son héros moderne. L'islam a désormais un personnage semblable au mythe de Jésus Christ grâce à l'Amérique. Personne ne sait et ne saura si on a vraiment tué le leader d'Al Quaïda d'une balle dans la tête en ce premier dimanche de mai. Au troisième jour, Oussama Ben Laden a un destin fabuleux. Il ressuscite dans le coeur de toutes celles et ceux qui feront de lui le prophète indestructible et apocalyptique voulant la disparition d'un monde refusant Dieu et préférant le dieu Dollars. Oussama hosanna au plus haut des Cieux! Obama hosanna au plus haut dans les sondages américains et planétaires.

Quel monde! Quelle époque! Un conte moderne a été écrit durant cette décennie 2001-2011 des Humains et de cet actuel printemps arabe. Si les Hommes existent encore dans mille ans, Oussama Ben Laden sera encore une référence pour l'islam, malgré le drame, malgré l'horreur, malgré toute la violence commise. Que les jasmins poussent sur la mer afin de prouver la mort du prophète Ben Laden! Que Dieu nous montre par un miracle que cette histoire américaine est véridique et que le leader d'Al Qaïda a bel et bien été immergé depuis un porte-avion. Obama décolle, Oussama coule. Yes, We can! La bande annonce est lancée! Vivement le film! Suggestion pour le titre: "Oussama Ben Laden, Superstar"

Merci Canary Bay, mon espionne des services de renseignements ultra-secrets de l'inofficielle version de la disparition de Ben Laden!

 

16:47 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (1) |

02/05/2011

Oussama Ben Laden, mort depuis combien de temps?

 

Tué sur terre, immergé en mer. Telle est la version officielle des Etats-Unis sur la mort de la légende djiadiste concernant Oussama Ben Laden, le leader d'Al-Qaïda. Des années de disparition, des messages audio mais plus d'image sur l'homme de la nuit assassine. Et soudain l'homme de la source disparaît en eau salée.

La crédulité des médias du monde concernant la thèse officielle de cette disparition me laisse pantois. Soit les médias n'exercent plus leur oeil critique sur l'actualité brûlante, soit cela arrange tout le monde de dire que Ben Laden a enfin été éliminé.

Personnellement, je ne crois pas à cette fin-là, telle que décrite par le Pentagone et le gouvernement américain. Pourquoi immergés les corps de Ben Laden et ses lieutenants? Pourquoi ne pas chercher la preuve que l'on a bien à faire à la dépouille du chef de l'attentat du 11 septembre? Pour le Che Guevara, l'Amérique avait pris toutes les précautions pour s'assurer et rassurer le monde sur l'élimination de l'ennemi publique numéro 1 de l'Amérique, le révolutionnaire pur sucre qui n'a jamais pu mettre un terme à son combat armé. Pour Ben Laden, on nous raconte une histoire à dormir debout, que son corps a été immergé, on nous le fait disparaître corps et âme comme un capitaine de vaisseau fantôme qui n'existe pas. Soit sa résidence cachée était une sorte de sous-marin à la Capitaine Nemo, soit on nous ment comme des arracheurs de dents. Et bien sûr, c'est ma version, on nous ment. Car il faut chercher la mer au Pakistan, où l'île de Canari Bay, où les filles d'Indochine s'aiment en secret en protégeant le pacha Ben Laden, le maître de l'horreur, le génie destructeur des tours jumelles qui a fait vaciller l'Amérique avec des avions civils, pas même militaire.

Aucune admiration pour Ben Laden. Je n'aime pas du tout la violence. Che Guevara ne voyait aussi que la violence pour faire passer son idéologie égalitaire et surtout réussir le plan de la révolution. Cette dérive de la violence, je la hais. Mais il faut l'admettre. En ce monde, il y a deux types de révolutionnaires. Ceux qui combattent le fusil à la main, et les autres qui utilisent un stylo, un pinceau, une voix, une caméra, un appareil photo pour faire passer un message subversif face à la violence économique du monde.

Ben Laden est mort. A défaut de corps, il restera l'âme d'un multi-milliardaire qui commerçait avec le « diable » américain avant de faire volte-face et de lire le Coran de manière dogmatique et définitive. L'Amérique devait mourir. L'idéologie d'un homme seul face à la puissance militaire et la propagande idéologique de peut pas gagner. L'Amérique a encore gagné cette bataille. C'est heureux pour la liberté. Mais là-bas, du côté d'Indochine, une puissance militaire autrement redoutable pourrait bien se révéler beaucoup plus dangereuse que Ben Laden. Menace numéro 2, le terrorisme. Menace numéro 1, l'impérialisme. Il ne faudra pas l'oublier ces prochaines années à l'heure de la Chine.

Ben Laden immergé dans le secret des traditions islamiques? Serait-ce que l'homme est indien? Mystère et boule de gomme. En tout cas, le prix de sa disparition n'a pas fini de faire couler beaucoup d'encre. Le mystère Ben Laden reste entier...et pour très longtemps. Ben Laden, une sorte de Capitaine Nemo épris de justice divine qui s'est pris un jour pour Dieu.

 

L’ultime entretien du Capitaine Nemo avec Cyrus Smith

Je vous ai observé, vous et vos compagnons, sur cette île depuis votre arrivée il y a trois ans. Je sais que je puis vous faire confiance et vais vous charger d’une mission. Tout au long de ces années de navigation et d’exploration avec le Nautilus, puis de réclusion sur cette île, j’ai eu le temps de réfléchir aux meilleurs moyens pour l’homme de découvrir la planète sur laquelle il vit. Cette curiosité me vint de la fréquentation que je fis il y a une vingtaine d’années à Paris de la « Société des Argonautes » de mon ami Jacques Arago, infatigable voyageur malgré une précoce cécité. C’est en pensant à lui que j’ai rédigé toute une série de mémoires sur les nouveaux moyens que la science va nous permettre de développer pour explorer et comprendre la planète qui nous héberge. Jacques Arago, malheureusement, est mort et je ne sais ce qu’il est advenu de la Société des Argonautes. Mais vous venez de m’apprendre que Monsieur Jules Verne avait fait un récit passionnant du séjour que firent à bord du Nautilus le Professeur Aronnax et ses compagnons. Le jeune Verne était assidu à la Société des Argonautes où je l’ai rencontré plusieurs fois. J’ai pu apprécier son talent de jeune écrivain, son enthousiasme pour les récits de Jacques Arago, sa curiosité pour les choses scientifiques et son amour de l’océan que nous partagions. Je pense qu’il saura faire le meilleur usage de ces quelques mémoires que j’aurais été chagriné d’entraîner avec moi dans la mort faute de pouvoir les confier à une personne de confiance. Je pense que la qualité et les performances du Nautilus à bord duquel vous êtes en ce moment vous convaincront qu’il ne s’agit pas d’élucubrations fantaisistes. Aussi, cher ami, vous serai-je reconnaissant, à votre retour, de bien vouloir transmettre en mains propres à Monsieur Verne l’enveloppe que vous trouverez dans ce coffre dont le code est ARGO. Je voudrais y joindre un mot à Monsieur Verne, passez moi s’il vous plaît une feuille de papier et l’encrier.

Le billet du Capitaine Nemo à Jules Verne

Cher ami,

Vous vous souvenez, je l’espère, du prince indien avec qui vous échangeâtes à la Société des Argonautes de Jacques Arago. J’ai l’intuition que narrant dans Vingt Mille lieues sous les mers les aventures du Professeur Aronnax vous avez reconnu qui se cachait derrière le Capitaine Nemo. Oui le prince Dakkar est devenu le Capitaine Nemo. Je vous demande de prêter foi au récit que l’Ingénieur Cyrus Smith, porteur de ce message, va vous faire de son aventure à l’île Lincoln et de notre rencontre. Il vous remettra aussi un pli contenant le fruit de mes réflexions durant ma réclusion solitaire à bord du Nautilus enfermé dans l’île Lincoln. J’eusse aimé vous en faire part moi-même mais j’arrive au terme définitif de mon voyage et n’en suis d’ailleurs pas mécontent. Je vous laisse toute liberté d’utilisation de ces mémoires, je sais qu’ils sont en de bonnes mains. Adieu.

Capitaine Nemo

 


 

15:09 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (3) |