13/07/2011

« Les premiers adversaires de la vérité se sont les pères et les maris »

 

Nanfadima Magassouba, citoyenne guinéenne d'origine malinké et Présidente de la coalition nationale pour les droits des femmes parle ainsi de la culture de l'impunité du viol qui règne encore aujourd'hui dans les pays africains.

L'affaire DSK est devenue l'affaire Nafissatou Diallo en Guinée. C'est elle qui est au centre de l'intérêt national de tout un peuple divisé en trois ethnies principales. C'est elle que l'on maltraite désormais verbalement où que l'on défend avec force et conviction. Les hommes eux-mêmes sont très partagés quand à savoir si Nafissatou est dans son bon droit de parler ou aurait du à jamais se taire sur la relation sexuelle forcée ou consentie qu'elle a vécue avec DSK.

La triste réalité du silence et du tabou autour des viols et attouchements exercés régnant dans les cercles familiaux reste d'actualité. Incestes et pédophilie exercée par le père, l'oncle, le cousin; prises d'assauts sexuelles clandestines exercée sur de jeunes femmes laissées seules un instant dans un lieu trop discret; femmes et jeunes filles mariées ou non, consentantes ou non, l'homme ne regarde même pas, ne se questionne jamais sur son acte de nature criminelle ou licencieuse. Il prend et abandonne, laisse la femme à sa honte, ses remords, le cerveau laminé et embrouillé par les souvenirs. L'a-t-elle recherchée? L'a-t-elle désirée? L'a-t-elle anticipée, cette relation honteuse? Ce sont ces questions-là qui trottent dans sa tête et non l'envie de traîner en justice et de cracher au visage sur celui qui à oser la forcer. Comme si, de fait et dans les actes quotidiens, la femme avait moins de valeur que l'homme, était un objet de satisfaction purement visuel et sans cerveau, ni coeur ni âme, un instrument de plaisir aux mains du pouvoir des hommes qui se permettent tout, y compris le droit de cuissage envers leurs propres filles.

Cette petite phrase qui donne le titre à mon billet ressemble à ce qui se passe lors d'une guerre. Si les médias n'étaient pas présents pour constater et chercher la vérité, tout ne serait que mensonges et duperies sur les violences et les tortures exercées réellement envers les perdants et perdantes du moment. La femme africaine est en situation de guerre. Et l'Européenne, avec Anne Sinclair en leader incontestée de la femme dominante qui accepte sans broncher les égarements de son mâle dominant, soutient la cause de toutes les formes de machisme. Honte à un certain journalisme...

Avec le siècle des Lumières. on se croyait peu à peu en territoire libérée du joug masculin. Avec DSK et son épouse nous sommes retombés trois siècles en arrière où la puissance était maîtresse en toute situation de la conquête sexuelle. Le french lover DSK s'apparente simplement à l'image de la brutalité et de la bestialité. Et si certains citoyens et citoyennes français se reconnaissent dans le couple DSK-Anne Sinclair, la petite phrase de Madame Magassouba destinées à ses compatriotes guinéens peut-être appliquées à une certaine France profonde et rétrograde.

Beurk l'amour. Le french kiss s'est pris du plomb dans les ailes du désir en ce début d'été. Et le Général DSK, Chef des armées masculines semble vouloir profiter de la torpeur estivale pour endormir et congeler les droits des femmes à se défendre en cas d'agression.

Mais dans les tranchées, les journalistes et autres blogueurs veillent à ne pas faire de la soldate du balai un ramassis d'ordures, une femme sale, vénale, perverse, rejetée de toute sa communauté, perdant de surcroît son travail et sa santé à cause d'un abuseur machiavélique s'attaquant à la fragilité et à la précarité d'une perdante ordinaire. Le FMI se retrouve sur la sellette...avec DSK.

 

http://www.guineetv1.com/wp-content/uploads/2011/07/Le_visage_de_Nafissatou_Diallo.jpg

Peut mentir occasionnellement;

peut se tromper occasionnellement,

peut vivre une relation sentimentale douteuse;

a le droit inaliénable de refuser une relation sexuelle sous la contrainte.

10:51 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) |

10/07/2011

Nouvelles du front: DSK n'a pas encore gagné...

 

...et même s'il gagne par l'annulation de son procès, ô scandale détruisant le droit d'une victime à se faire entendre, ce sera pour lui la retraite de New-York dans un froid glacial malgré la canicule de l'été.

Car rappelons aux Américains et au reste du monde qu'une justice de vainqueur, en démocratie et dans un monde se prétendant libre, c'est d'abord la justice du plus juste contre l'oppresseur le plus abject qui prime. Cela ne signifie en aucune façon que l'Etat ou l'individu le plus juste, le plus naïf, le plus innocent, est sans tache, irréprochable, parfait. Cela signifie tout simplement que lorsque l'on veut protéger la liberté, la démocratie, l'égalité homme-femme, le droit à disposer de soi selon ses propres désirs et ses propres critères de jugement, l'Etat en question défend d'abord la victime (qui peut se révéler ne pas être une sainte, exception quasi inexistante dans notre monde moderne) avant de protéger par le justice les droits élémentaires de l'agresseur présumé.

Dans cette affaire du Sofitel, la seule chose irréfutable que l'on puisse affirmer c'est qu'il y a eu bel et bien rapport sexuel entre les deux personnages et que la femme a déposé une plainte pour agression sexuelle. La moindre des choses, dans un monde libre, c'est que ce procès ait bien lieu dans le cas où la femme de ménage refuse de retirer sa plainte. Sinon qui ira encore se plaindre à la police d'avoir été violée? Vous, Madame, qui savez que votre vie comporte des zones d'ombre; que vous utilisez parfois le paradoxe et l'incohérence de propos dans vos explications; que vous vous savez aussi complexe et parfois ambigüe dans vos choix d'existence; qu'il vous est arrivée d'avoir des relations extra-conjugales; que vous aimez le sexe et que cela se sait dans votre entourage; qu'un de vos amants a été condamné pour escroquerie à l'assurance; que vous usez parfois du petit mensonge avec vos enfants, votre mari, vos amis, vos connaissances, pour la paix du ménage et de bonnes relations sociales; que vous travaillez le samedi au black comme femme de ménage ou autre en sus de votre activité à 100%; que vous êtes poursuivie par le fisc et que vous ne déclarez pas votre revenu du week-end pour offrir des vacances à la mer à vos enfants; que vous trimez dure comme tous les travailleurs pauvres de la planète afin de vous assurer un minimum de confort à vous et votre famille; oui, vous Madame, citoyenne ordinaire d'une démocratie, si Nafissatou Diallo ne peut pas être en droit de reconnaissance par l'ouverture du procès de Dominique Strauss-Kahn, alors l'impunité du viol pourra être inscrit au front de la démocratie.

Pourra-t-on alors encore écrire que la démocratie défend l'égalité des êtres humains devant la justice?

 

Le baiser de Vancouver

 

Photos-0270.jpg

 

08:20 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (5) |

08/07/2011

Ces Français qui voteraient Strauss-Kahn

 

Ils ont aimé le roi Sarkozy Ier. Ils adoreraient l'empereur Strauss-Kahn. Les Français ont la fascination et la nostalgie des grands rois et généraux de France.

Sinon comment expliquer qu'un homme aussi brutal dans sa relation aux femmes peut encore être admiré d'une bonne partie de la population? Sinon comment admettre en démocratie qu'un violeur présumé, empêtré dans plusieurs affaires sordides de contraintes sexuelles, soit encore un type respectable pour gouverner un pays démocratique et surtout qu'il soit si respecté de ses électeurs et électrices?

La France fait trop de peine à voir. Un tiers de ces citoyens voteraient pour une xénophobe, une femme contre un hexagone multiculturel et multiracial; un autre donne sa voix à un pervers violent envers la gente féminine. Finalement, en 2012, Il faudrait que la France se réveille et vote pour Carla Bruni. Une top-modèle au pouvoir. Cela pourrait encore dire que la beauté du french kiss romantique à l'Italienne passe avant tout le reste...et surtout avant la politique du désastre autoritaire et corrompu.

En 1791, le jeune lieutenant Bonaparte, en garnison à Auxonne, écrivait, dans un Dialogue sur l'amour : « L'amour est nuisible à la société, au bonheur individuel des hommes, c'est une maladie, un délire. » A Sainte-Hélène, l'empereur déchu et prisonnier dit, comme en écho : « Je fus jadis amoureux... Je crois que l'amour fait plus de mal que de bien et que ce serait un bienfait d'une divinité protectrice que de nous en défaire et d'en délivrer les hommes. »

Malade, je suis complètement malade d'Elle... mais sans mon héroïne, la vie ne mérite pas d'être vécue dans ces temps modernes où deux tiers des confrères et consoeurs citoyens et citoyennes du monde libre donnent leur voix à une xénophobe ou à un agresseur sexuel. Et que le 3ème tiers pense d'abord économie et business et vote un président pour obtenir le plus de privilèges possibles...

 

Photos-0267_11.jpg

08:03 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (12) |

07/07/2011

Tristane de toi

 

Tristane Banon sauvera-t-elle la vertu de Nafissatou Diallo à défaut qu'un tribunal puisse prouver le viol et condamner Strauss-Kahn pour abus sexuels sur la personne de la Guinéenne?

Tout indique désormais que les incohérences et les mensonges de Nafissatou ont provoqué ce fameux « doute raisonnable » indispensable pour décider un jury de ne pas retenir les charges du procureur et les accusations de la victime présumée qui devraient condamner pour viol DSK.

Pourtant une femme en France, une écrivaine, aura peut-être les armes nécessaires entre ses mains pour faire condamner DSK. Ayant déclaré il y a quelques années, sur un plateau de télévision, la tentative de viol de DSK, ayant de surcroît comme maman une membre du parti socialiste qui lui aurait conseillé de ne point porter plainte à l'époque à cause de la puissance de Strauss-Kahn et des répercussions négatives pour le PS, Tristane semble crédible dans ses dires. De plus, à l'époque, elle avait comme amie une des filles de Dominique Strauss-Kahn. Ressortant finalement indemne de cette agression sexuelle grâce à « une lutte au tapis », elle avait préféré s'en tenir au demi-secret en ne dévoilant à personne l'identité de la personne qui l'avait agressé.

Aujourd'hui, tout remonte à la surface et Tristane Banon est complètement dingue de savoir que le sinistre personnage a déjeuné en toute quiétude avec sa douce moitié dont on ne sait toujours pas par quelle diablerie strausskahnienne elle a pu rester amoureuse et fière de lui.

Méphistophélès se promène-t-il quelque part?

 

Dîner chez Ardisson

08:17 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) |

06/07/2011

Ces téléphones portables qui nous trahissent

 

Toutes des bad girls et des bad boys? C'est un téléphone mobile qui a empêché Strauss-Kahn de s'envoler vers la France et de subir ainsi toute l'humiliation d'une arrestation policière et son passage devant la justice américaine.

Et c'est un autre téléphone mobile qui a anéanti la crédibilité de Nafissatou Diallo dans son accusation pour viol sur sa personne. « Je sais ce que je fais. Ce type est plein d'argent ». Déclaration faite seulement deux jours après l'agression présumée subie à son petit ami ou mari détenu dans un pénitencier. Deux téléphones qui, comme des témoins non humains mais hyper véridiques, confondent deux personnages, le premier issu de la caste des nantis, le second issu des déshérités du monde. Affaire de viol ambigüe qui sonne pareil aux trompettes de Jéricho à nos oreilles. Nos connections technologiques sont autant d'empreintes digitales signant le forfait de nos petits et grands crimes, mensonges, relations douteuses ou adultères. Les murs ont des oreilles et les réseaux sociaux nous confondent... DSK devait tomber sur Nafissatou afin que l'un comme l'autre découvre la part de vérité peu reluisante qu'ils se cachaient à eux-mêmes. Il n'y a pas de rencontres fortuites. Seulement de bonnes ou de mauvaises rencontres qui nous poussent vers l'abîme ou la rédemption. Maintenant que Nafissatou se révèle être une authentique bad girl, elle peut entrer dans le jeu d'égal à égal avec DSK. La presse, la culture, et tout le gratin intellectuel du monde vont enfin pouvoir prendre au sérieux Nafissatou Diallo et s'intéresser à elle non comme étant la pâle victime de DSK mais comme l'instigatrice principale d'une affaire sexuelle et judiciaire hors du commun. Cela change le film...

Le peuple ne demande plus la pitance des nantis. Il veut une authentique reconnaissance...ou alors, au minimum, la revanche sur celles et ceux qui les soumettent à leurs tyranniques volontés de profits au quotidien.

Nafissatou, une camarade de chambrée qui a eu la peau du patron du FMI... La guerre des tranchées au féminin-masculin actuel. Si c'était Waterloo, Strauss-Kahn aurait déjà compris. « Aussi, à 19h30, quand Napoléon fait donner la Garde sur les positions alliées, il est trop tard". Cette minuscule phrase pêchée sur Wikipédia nous rappelle une certaine réalité actuelle...

Strauss-Kahn va revenir en France...mais c'est déjà Saint-Hélène qui l'attendra. L'Empire a du soucis à se faire et la démocratie tout à y gagner.

 

Photos-02699.JPG

 

11:23 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) |