23/10/2011

Le centre se renforce; l'UDC régresse

 

Une gifle douce pour l'UDC. Après le matraquage à grands frais dans les médias avec des publicités des plus détestables, l'UDC n'a pas réussi son pari de dépasser les 30% d'électorat. En recul de 2,5 point, l'UDC n'imposera pas sa ligne politique en Suisse. C'est une victoire pour la démocratie et tout à l'honneur des citoyennes et citoyens de ce pays qui ne désirent pas voir un parti xénophobe, aux propos extrêmes dans certaines situations, continuer à progresser. Après 20 ans d'une vague qui ne finissait plus de grandir et d'embarrasser nos ambassadeurs dans le monde entier, l'UDC reflue.

Merci la Suisse.

Une vague verte libérale plutôt qu'une vague brune. Un bon signe pour notre pays. Flake in Switzerland.

 

medium_vagueverte.jpg

Paroles et traduction de Flake

Flake (Flocon)

I know she said it's alright
Je sais qu'elle a dit que tout allait bien
But you can make it up next time
Mais tu pourras apaiser les choses la prochaine fois
I know she knows it's not right
Je sais qu'elle sait que ce n'est pas bien
There ain't no use in lying
Cela ne sert à rien de mentir
Maybe she thinks I know something
Peut-être pense-t-elle que je sais quelque chose
Maybe maybe she thinks it's fine
Peut-être, peut-être trouve-t-elle ça bien
Maybe she knows something I don't
Peut-être sait-elle quelque chose que je ne sais pas
I'm so, I'm so tired, I'm so tired of trying
Je suis tellement, je suis tellement fatigué, je suis tellement fatigué d'essayer

[Chorus]
[Refrain]
It seems to me that "maybe"
J'ai l'impression que "peut-être"
It pretty much always means "no"
Veut presque toujours dire "non"
So don't tell me you might just let it go
Alors ne me dis pas que tu pourrais ne plus en parler
And often times we're lazy
Et nous avons souvent des moments de détente
It seems to stand in my way
On dirait que ça me bloque le passage
Cause no one no not no one
Parce que personne non personne
Likes to be let down
N'aime être abandonné

I know she loves the sunrise
Je sais qu'elle aime le lever du soleil
No longer sees it with her sleeping eyes
Elle ne le voit plus avec ses yeux ensommeillés
And I know that when she said she's gonna try
Et je sais que quand elle a dit qu'elle allait essayer
Well it might not work because of other ties and
Eh bien ça pourrait ne pas marcher à cause d'autres liens et
I know she usually has some other ties
Je sais que d'ordinaire elle a d'autres liens
And I wouldn't want to break 'em, nah, I wouldn't want to break 'em
Et je ne voudrais pas les briser, non, je ne voudrais pas les briser
Maybe she'll help me to untie this but
Peut-être m'aidera-t-elle à dénouer tout ça mais
Until then well, I'm gonna have to lie too
Avant cela, eh bien, je vais devoir mentir moi aussi

[Chorus]
[Refrain]

The harder that you try baby, the further you'll fall
Plus tu essaies chérie, de plus haut tu tomberas
Even with all the money in the whole wide world
Même avec tout l'argent du monde
Please please please don't pass me
Je t'en prie, je t'en prie, je t'en prie, ne m'ignore pas
Please please please don't pass me
Je t'en prie, je t'en prie, je t'en prie, ne m'ignore pas
Please please please don't pass me by
Je t'en prie, je t'en prie, je t'en prie, ne m'ignore pas

Everything you know about me now baby you gonna have to change
Tout ce que tu sais de moi chérie, maintenant tu vas devoir changer
You gonna have to call it by a brand new name
Tu vas devoir appeler ça par un tout nouveau nom
Please please please don't drag me
Je t'en prie, je t'en prie, je t'en prie, ne me rabaisse pas
Please please please don't drag me
Je t'en prie, je t'en prie, je t'en prie, ne me rabaisse pas
Please please please don't drag me down
Je t'en prie, je t'en prie, je t'en prie, ne me rabaisse pas

Just like a tree down by the water baby I shall not move
Tout comme l'arbre tout proche de l'eau, je ferais mieux de ne pas bouger
Even after all the silly things you do
Même après toutes ces choses stupides que tu fais
Please please please don't drag me
Je t'en prie, je t'en prie, je t'en prie, ne me rabaisse pas
Please please please don't drag me
Je t'en prie, je t'en prie, je t'en prie, ne me rabaisse pas
Please please please don't drag me down
Je t'en prie, je t'en prie, je t'en prie, ne me rabaisse pas...

But drag me up

19:29 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (2) |

The Artist: un muet qui laisse sans voix

 

Un drame romantique à l'époque où disparaît le cinéma muet au bénéfice du cinéma parlé. Il faut aller le voir. C'est bouleversant et même l'amour ni peut rien...sauf in extremis. Un Roméo et Juliette splendide qui pourrait finir mieux que par le suicide des héros malheureux? Tout le monde a le coeur qui bat pour eux, cette jeune actrice magnifique qui grimpe vers le chemin du succès triomphant et ce grand séducteur sur le retour qui perd tout par impossibilité de faire sa propre révolution et par le rejet des producteurs qui ne le pensent pas apte à tourner dans un film parlé. Dans sa légende muette, l'acteur reste ancré et s'enfonce. Elle arrive sur la scène avec son envie de changer le cinéma et de le donner en cadeau aux jeunes générations.

Au final, et sublime paradoxe pour le public habitué au cinéma parlé, tout le monde a peur du muet car « cela risque d'être emmerdant à suivre et ce genre de film date d'une autre époque ». Exactement comme dans la trame du film. En réalité, le public d'aujourd'hui adore ce muet et ne voudrait pas que cela devienne bavard et sonore... sauf au moment crucial où la révolution commence pour nos deux tourtereaux amoureux. Rires de femmes, ustensiles qui font soudain leurs bruits d'usage...avant de repartir pour le reste du film...en muet.

Aimez les artistes. Ils sont capables de tant et tant d'émotions enfuies au fond de leurs âmes. Ce film est un géant du cinéma moderne.

 

 

Photos-0306_1.jpg

 

 

Photos-0305_11.JPG

La vérité sort de la bouche des enfants.

Car eux seuls ont le don de rester muets tout en parlant

(bar de toi, 22 octobre 2011)

10:35 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) |

22/10/2011

Sophia Aram... ou Halal?

Une artiste menacée. En présentant un spectacle humoristique ayant pour thème les trois religions du Livre, le spectacle de l'artiste Sophia Aram présenté à Saint-Genis-Pouilly a été saboté par des inconnus.

Triste monde où le dogme gagne du terrain . Triste société qui demande plus de justice et de droit d'expression et qui en même temps se réfugie vers Dieu pour faire des interdits des tabous absolus. Le Livre saint est sacré. Mais il vaut mieux des humains pacifiés qui tolèrent la différence dans l'approche de Dieu que des humains enragés qui croient détenir la vérité au Nom de Dieu. Car les premiers aimeront d'abord Dieu en protégeant la vie des humains alors que les seconds saccageront des vies et la planète au nom de leurs convictions personnelles, ce que Allah ne recommande nullement.

09:30 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (2) |

La solitude de l'artiste

 

Elle n'a aucun visage, celle qui se pare de silence dans la nuit des tombes. Au cimetière, elle hante tous les ossements délavés de leurs chairs putréfiées. Dans la rue, elle se couche avec les SDF ou les détraqués mentaux. Ou même les artistes à la dèche qui planquent leurs talents sous des artifices particuliers afin d'épargner à leur entourage des dégâts d'images irréparables, comme on dit lorsque l'indiscrétion se fait tout public. Les images intimes possèdent leurs artistes de l'ombre. Elles ne peuvent apparaître car elles sont condamnées à disparaître telles des fantômes défilant devant les gens en donnant frissons et chair de poule au secret public venu prendre connaissance au chevet de leurs âmes avant de s'évanouir on ne s'est trop où pour dix, vingt ou cent ans où elles réapparaîtront alors grand public avec explication de texte, débats, et autres sorties littéraires. Au mieux de l'art. Ou, au pire, l'artiste n'avait point de talent en s'étant persuadé d'en avoir et toute son énergie développée, tout son amour à la chose, aura été vaine et inutile. Orgueil et vanité de l'être humain. Chaos d'un être humain pas fait pour souffrir autant dans sa chair, pas fait pour créer avec du talent.

La solitude de l'artiste a un goût d'amertume et d'effroi. La famille du poète cherche sa normalité alors que ce dernier cherche sa folie créatrice enfuie à l'intérieur de lui-même. Comme il est ce rien qui perturbe et dérange, ce personnage étrange qui fascine un secret public ne le lâchant plus, il s'est condamné à un numéro de corde raide qui le précipitera brutalement un jour vers sa fin. Il a un discret talent, le poète solitaire. Dans la famille, on attendrait presque de lui qu'il se fasse minuscule et qu'il reconnaisse qu'il n'a aucune forme de don pour l'art tellement cette vie pour rien, ce don pour rien, ce silence de rien qui l'entoure fait de lui un être de l'obscur, un cas à part, un cas patent pour l'asile de fou, un cas hélas désespéré et désespérant qui fait souffrir la famille. Un cas tout simplement et radicalement insupportable.

La solitude de l'artiste, mes amis, mes soeurs, mes frères, a le goût du sacrifice au service de la communauté de bien. Il ne s'embrigade définitivement dans aucune demeure religieuse ou communauté d'intérêts. Il signe sincèrement avec Dieu pour la vie et parfois pactise avec le Diable pour établir le constat du monde, de ce monde tel qu'il le voit et le vit en lui-même. Car ne faire qu'avec Dieu en ignorant Satan le mènerait tout droit au monastère ou dans le désert. Il ne ferait plus alors que prier pour Lui, le Très-Haut, et laisserait son talent d'artiste galvaudé. Ce que Dieu, évidemment, ne veut pas pour l'artiste aussi longtemps que l'artiste est capable de tenir debout dans son rôle de vivant parmi les vivants. Sa solitude est pourtant celle d'un homme de Dieu s'emmurant derrière les façades d'un lieu sacré. Il ne porte déjà que des espadrilles aux pieds et se tient prêt à tous les départs vers l'inconnu de sa propre existence, libre de ses attaches sentimentales. L'artiste solitaire se place régulièrement sous le clair de lune de l'actualité en demandant aux étoiles de l'emporter ailleurs.

Car le poète solitaire reste un humain parmi les humains. Un homme fait de chair et de sang, d'un coeur et de sentiments. Il a besoin d'aurores fraîches et d'amours verticaux, de femmes chaudes et amoureuses qui le rassurent sur sa réalité et lui glissent à l'oreille qu'il est un don vivant et non un fantôme en train de hanter les tombes parmi tous les cadavres de l'humanité à travers une sorte de danse macabre qui l'emportera lui et son art. Le poète solitaire reste unique. Il n'a pas de doublon comme à l'usine ou au bureau. Le poète solitaire marche vers sa propre destinée en semant sa mie de pain. Les moineaux viennent alors lui picorer dans la main puis s'envolent ailleurs en ne l'oubliant jamais. Le poète est un ami. Il a pris un billet aller-simple et signé pour un voyage de non-retour à la normalité. Il n'a même pas besoin qu'on lui dise d'aller se faire soigner. Il guérit régulièrement et comme il peut ses blessures à l'ombre de lui-même.

L'artiste solitaire est un cas à part. Il a oublié trop de choses pour réussir à faire sa place dans la société.

 

« La solitude est le fond ultime de la condition humaine. L'homme est l'unique être qui se sente seul et qui cherche l'autre. » Octavio Paz, Le Labyrinthe de la Solitude

 

08:11 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (45) |

21/10/2011

Kadhafi: le visage de Satan

La mort du dictateur libyen a été salué partout dans le monde libre. Comme la disparition d'Hitler, la fin de Muammar Kadhafi produit un grand ouf de soulagement parmi les populations qui ne supportaient plus la tyrannie de cet homme, de son système pourri jusqu'à la moêlle, et ubuesque plus que Jarry lui-même pouvait le décrire dans son oeuvre le Roi Ubu.

Kadhafi c'était clairement l'image de Satan régnant sur la planète Terre. Le portrait d'un homme assoiffé de pouvoir et de gloriole qui n'hésitait pas à supprimer des innocents ou à en retenir d'autres en prison durant des années par simple décision arbitraire de sa part. Kadhafi est mort et jusque dans le portrait de sa mort, son image porte les marques de Satan. Cela peut effrayer. Mais cela peut aussi nous aider à avoir la Foi ou au moins le sentiment de se dire que le paranormal côtoie nos vies au quotidien et que nous nous devons de vivre en paix avec nous-mêmes et avec tous ceux et toutes celles qui ont envie de créer un monde meilleur, plus sensible et ouvert aux droits humains, à l'égalité et à la justice entre les hommes et les femmes de ce monde. Les forces du Mal sont en nous. Combattons-les avec les armes du Bien.

 

11:50 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) |