10/10/2011

Vol au-dessus d'un nids d'amour

 

 

D'ici quelques heures, je serai de mon plein gré hospitalisé en milieu psychiatrique afin d'assumer jusqu'à la déraison l'amour que j'ai pour mon épouse Imen. Je demande à toutes et tous, vous chères lectrices et lecteurs, de garder respect et dignité dans vos éventuels commentaires. Ce premier jour de longue tristesse automnale est dédié à tous les amours bafoués, à toutes les personnes qui ont été trahi dans leurs sentiments, dans leur volonté absolu et romantique de rendre beau, doux, et merveilleux l'amour malgré la période cynique dans laquelle nous baignons tous.

Il n'y a rien de plus juste et de plus spirituel que le combat pour l'amour. Amour de l'humanité, de la vie, de son ou sa partenaire. J'ai donné, depuis presque deux dernières années, l'essentiel, l'intégralité de mes sentiments à mon Imen, mon épouse que j'ai eu l'honneur et le bonheur d'épouser le 5 avril de cette année 2011. Depuis 3 mois, elle vit avec moi en Suisse. Elle rencontre des difficultés d'intégration comme toute personne venant d'ailleurs et se retrouvant catapulter sans sa propre famille dans un pays étranger. Je l'ai soutenue et appuyée dans ses recherches d'emploi, emploi qu'elle a aujourd'hui pour la plus grande satisfaction de ses clients et de son patron. Nous avons connu des crises, des incompréhensions, et aussi une jalousie parfois maladive de ma part pour cause de ses sorties nocturnes improvisées et fréquentes ses dernières semaines.

Je n'en dirais pas plus sur notre vie privée qui nous regarde.

Je laisse le soin à chacune et chacun d'apprécier ou non ma démarche ultime en l'honneur de l'amour que je porte à mon épouse, mes convictions personnelles et spirituelles de l'avoir épouser en tout bien tout honneur, de l'avoir protégée. Je me suis engagé auprès d'elle pour lui donner bonheur et prospérité malgré ma situation précaire. Je me suis engagé auprès de sa maman, mère vivant seule et sans autres enfants qu'Imen, à prendre soin de sa fille ainsi que soin de ses propres intérêts matériels afin qu'Imen et moi ne l'oublions jamais dans sa terre natale de Tunisie.

Si Imen a pris la direction d'un autre choix de vie, c'est son droit. Mon droit est de défendre notre union devant l'adversité et les tentatives de corruption organisées par les forces négatives de notre monde.

L'amour ne peut être bafoué de telle façon grotesque et horrible. Imen, devant Allah tu as promis amour et fidélité à l'homme que je suis. Imen, devant Allah tu as exigé conversion et circoncision de ma part. Imen, je t'aime et aucun homme ne peut contrecarrer cet amour que je te porte.

Ton Ali, ton Pacha

09:21 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (2) |

08/10/2011

Des perles de pluie sur notre amour

 

Tu dors.

A jamais tu dors.

L'hiver arrive,

témoin de tes dérives.

Mon coeur chavire.

Tu as quitté le navire.

Capitaine au grand coeur,

j'ai le mal de mer, ô ma soeur.

 

Je vais boire,

puis vomir,

puis partir,

puis finir.

Tu n'avais pas le droit

de me faire autant souffrir,

moi ton frère, ton fidèle ami,

ton secours, ton soutien,

ton amour, ton bébé,

ton bambino, ton malade d'amour.


 

 

15:36 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (2) |

07/10/2011

Les experts de l'Univers

7.JPG

Qui sommeille en elle

quand je la prends sous mon aile?

Qui veut abuser d'elle

quand elle se prend du plomb dans l'aile?

 

Un ange d'Allah peut-il devenir démon

en croisant sur sa route la dive bouteille et Mamon?

Un ange d'Allah peut-il faire le mal

de ses mouvements célestes de plumes

pareils à l'aile du papillon

provoquant les tristes partouzes dans les corps?

 

Les rats d'égouts sortent tous la nuit.

Jusqu'au dégoût, ils iront chercher ta bouche,

puis tes rondeurs généreuses, puis ta pluie généreuse...

Te risqueras-tu à faire tomber la veste de Lucifer

pour assouvir l'énergie sombre de toi-même?

Où alors te risqueras-tu à jeter la foudre et le tonnerre

sur toutes ses foules infidèles

afin de plaire au Maître de l'Univers?

 

La force de ton vide quantique

déverse sur le dance-floor

des myriades d'étoiles scintillant

au firmament de ton univers.

Loin de moi, loin de nous,

je ne sais ce que tu vis

ni ce que tu fais

avec tous ces beaux garçons,

serpents charmeurs d'un soir.

 

L'inflation cosmique agrandit

la voute céleste de ton corps.

Tes courbes se dilatent sous l'expansion

de tes charmants envoûtements.

 

Une star a inondé la ville lumière

de sa carte céleste.

Elle s'affaissera

au mitan de sa vie

avant de retourner poussière d'étoile.

 

Je resterai là, immobile, parqué Rue des Etoiles,

à l'attendre dans mon vaisseau spatial,

ma casquette de pilote de ligne

vissée sur la tête.

Capitaine du vent, du silence,

de ton buisson d'Allah.

 

Mon nom est as-sahraa

Rejoins-moi Rue des Etoiles

pas loin de Djerba,

juste à côté de la station Maya,

pas loin de l'azur turquoise de notre mer,

de notre hôtel de comédie

ou la musique vivait au son de nos rendez-vous galants,

ou l'amour n'était alors ni assassin ni traître,

là où ta main généreuse avait croisé la mienne

par ce soir de Réveillon magique.

A toi, mon amour. mon coeur, mon bébé,

cette chanson à la vie à la mort.

 

Après notre pause, ma soeur,

ton frère a épousé une overdose.

Il n'a d'yeux que pour toi,

de coeur que pour toi,

de vie que pour toi.

 

Et si tu lui a jeté cette poudre aux yeux

alors il la respirera avec toi

jusqu'à son dernier souffle.

 

picture01777.jpg

 

10:25 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) |

06/10/2011

Pour qui je vis, pour qui je meurs

 

J'ai toujours confondu ma vie avec la mélancolie,

le ciel invisible avec la terre ferme,

les étoiles avec les trous noirs,

dans mes prières amoureuses

adressées à mon paradis sur Terre.

 

Pour qui je vis, pour qui je meurs?

Pour qui je ris, pour qui je pleure?

Pour qui je respire, pour qui j'ai peur?

 

Je rêve d'un autre monde avec elle

dodo l'enfant do

do ré mi famille

sol la si domicile

poser mon épaule sur son épaule

simplement sans penser à demain.

Jusqu'à l'aube de sa lumière

rejoindre son soleil et sa mer.

 

Si jamais notre amour était plus beau vu d'en haut de notre amour.

 

Pour qui je rêve, pour qui je tremble?

Pour qui je perds, pour qui je gagne?

Pour qui je m'endors, pour qui je me réveille?

 

Tant de choses qu'elle ne saura jamais de moi.

Tant de choses que j'ignorerai toujours d'elle.

 

Depuis notre première rencontre à la mer

J'ai confondu ma vie

avec ses yeux cernés,

son regard croisé fait d'innocence et de foudre.

Captant ses ondes,

respirant ses odeurs,

en m'envolant avec elle sur Vénus

 

Voici le journal de deux amoureux en détresse

perdus quelque part sur la planète Métamorphose.

 

Si Allah avait peint la Planète Bleu en Rose

Il aurait pu éviter toute la misère du monde et les guerres.

 

Tu vis comme Haruhi Suzumiya

toute entière tournée dans une bande dessinée.

Et nous formons ensemble

le mini-club « Brigade SOS Planète Terre ».

Photos-0301.jpg

14:23 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) |

Le foulard de DJ Dracula

Photos-01944.jpg

Au jeu du paradis,

perdrai-je mon pari?

Prince de Dracula

plusieurs fois mort et ressuscité

à travers l'amour des femmes.

 

Le sang coule dans mes veines

sources divines de tous les plaisirs charnels.

Elles furent mon Océan d'amour,

le bonheur joint au malheur d'aimer.

 

Dernière comédie musicale

du Prince des Ténèbres

avant sa très probable disparition.

 

Mais lorsque l'amour éternel

ne sera plus supérieur à la mort,

alors le monde sombrera dans la folie, la barbarie, et la haine.

 

06:26 Publié dans Lettres | Lien permanent | Commentaires (3) |