15/03/2013

Syrie: ce soir, 19heures, tous en poésie avec la Vague blanche

Un goéland – ou était-ce une mouette? – s'est posé sur la cheminée vaticanesque. D'où venait-il? Où allait-il? Nous a-t-il parlé à tous, cet oiseau descendu du Ciel? En tout cas, tous les oiseaux sur Twitter ont parlé de lui. Et puis voilà. Le nouveau pape élu le soir même de l'apparition volatile, s'appellera donc François, en référence au saint qui parlait aux oiseaux. Dieu, que vous y croyiez ou non, nous a lancé un sacré défi. Faire la paix, réussir le lien fraternel, indestructible, d'amour planétaire, entre tous les peuples de la Terre.

Que vous soyez croyants ou non-croyants, ce soir, 19 heures ou un peu plus tard si vos activités vous obligent, lisez à vos enfants, à la lueur d'une bougie, ce texte extraordinaire de Victor Hugo, notre grand poète incroyable. Et puis, priez en silence avec vos mômes pour tous les vivants morts déchiquetés par des guerres absurdes, ignobles, scandaleuses. Aujourd'hui, Dieu nous lance un sacré défi. Celui de faire de la Terre un Royaume d'amour au service de l'Humanité et de la Création.

 

Partager

 

 

Stella

 

Je m'étais endormi la nuit près de la grève.
Un vent frais m'éveilla, je sortis de mon rêve,
J'ouvris les yeux, je vis l'étoile du matin.
Elle resplendissait au fond du ciel lointain
Dans une blancheur molle, infinie et charmante.
Aquilon s'enfuyait emportant la tourmente.
L'astre éclatant changeait la nuée en duvet.
C'était une clarté qui pensait, qui vivait ;
Elle apaisait l'écueil où la vague déferle ;
On croyait voir une âme à travers une perle.
Il faisait nuit encor, l'ombre régnait en vain,
Le ciel s'illuminait d'un sourire divin.
La lueur argentait le haut du mât qui penche ;
Le navire était noir, mais la voile était blanche ;
Des goëlands debout sur un escarpement,
Attentifs, contemplaient l'étoile gravement
Comme un oiseau céleste et fait d'une étincelle ;
L'océan, qui ressemble au peuple, allait vers elle,
Et, rugissant tout bas, la regardait briller,
Et semblait avoir peur de la faire envoler.
Un ineffable amour emplissait l'étendue.
L'herbe verte à mes pieds frissonnait éperdue,
Les oiseaux se parlaient dans les nids ; une fleur
Qui s'éveillait me dit : c'est l'étoile ma soeur.
Et pendant qu'à longs plis l'ombre levait son voile,
J'entendis une voix qui venait de l'étoile
Et qui disait : - Je suis l'astre qui vient d'abord.
Je suis celle qu'on croit dans la tombe et qui sort.
J'ai lui sur le Sina, j'ai lui sur le Taygète ;
Je suis le caillou d'or et de feu que Dieu jette,
Comme avec une fronde, au front noir de la nuit.
Je suis ce qui renaît quand un monde est détruit.
Ô nations ! je suis la poésie ardente.
J'ai brillé sur Moïse et j'ai brillé sur Dante.
Le lion océan est amoureux de moi.
J'arrive. Levez-vous, vertu, courage, foi !
Penseurs, esprits, montez sur la tour, sentinelles !
Paupières, ouvrez-vous, allumez-vous, prunelles,
Terre, émeus le sillon, vie, éveille le bruit,
Debout, vous qui dormez ! - car celui qui me suit,
Car celui qui m'envoie en avant la première,
C'est l'ange Liberté, c'est le géant Lumière !

http://www.poesie.webnet.fr/lesgrandsclassiques/poemes/vi...

Les voeux d'amour de Bachar à Assad en passant par François

Le président syrien nage dans un océan de sang et veut répandre l'amour et la coopération à travers le monde. Il souhaite au passage plein succès à François pour l'aider dans sa démarche d'évangélisation des foules afin que cesse la haine, la torture, les massacres, les divisions!

Bachar aimerait devenir un saint. Il faut l'aider dans sa nouvelle vision et l'inviter à rejoindre un lieu saint, lui et sa famille. Il pourra alors se mettre lui aussi à parler aux oiseaux, un rêve qu'il a fait. Bachar a sa part intime qui le rappelle à Allah. Peut-être sa part d'ange va-t-elle l'emporter sur ses démons. Lisons ce qui a poussé Saint-François à se consacrer à Dieu :

« Il (François) vit, comme tous les jeunes de son âge et de son époque, diverses expériences : les fêtes, les escapades et même la guerre durant laquelle il est fait prisonnier et souffre de maladie. Durant sa convalescence, il ressent une insatisfaction profonde face à la vie. Il cherche, il regarde autour de lui mais il reste sans réponse...

Un jour en écoutant un passage de l'Évangile, il lui vient une réponse à ce qu'il cherche : passer sa vie à aimer toute la création. Il transforme alors sa vie, il se fait pauvre, se soucie d'annoncer les messages de joie, d'espoir et d'amour contenus dans la Bible, et de porter la paix aux gens et à toute la Création. Il s'habille d'un vêtement gris et se ceint la taille d'un cordon. Il porte ainsi le vêtement du pauvre de son époque. »

http://www.franciscain.org/pages/qui_est_saint-francois.h...

Il reste à souhaiter à Bachar nos bons vœux de rétablissement et qu'il fasse enfin un geste d'amour pour son peuple, le seul qui puisse l'aider à se remettre de cette tragédie : démissionner et se retirer dans un lieux saint en se consacrant désormais à aider les plus pauvres et les plus démunis parmi son peuple. Les enfants, tous les enfants de Syrie ont besoin de ce geste d'amour de Bachar.

http://www.lepoint.fr/monde/bachar-el-assad-adresse-a-fra...

 

14/03/2013

La main de Dieu pour la Syrie « Habemus Infantem »

 « STOP ». Le monde est suspendu au cirque médiatique romain. Un nouveau papa est né. Félicitations à tous les croyants de la papauté. François a l'air sympa et plein d'humour. Il sera pauvre parmi les pauvres comme il l'a été durant toute sa vie. On ne sait pas comment il s'en sortira au sein du Vatican. C'est comme si la France avait élu un mendiant comme roi de France et qu'il habite tout soudain à Versailles. Les derniers seront les premiers dans l'autre réalité. Alors pourquoi pas si la Terre des Hommes décide de tout changer en ce monde.

Premier changement de décor à réussir : la Syrie.

Vendredi soir, 19 heures, la main de Dieu doit marquer un tournant dans les affaires sanguinaires syriennes. « STOP ».

Rendez-vous sur les lieux prévus à 19 heures ou poster votre « STOP » sur le site internet de votre choix afin de créer une gigantesque vague blanche partout, blogs compris.

http://www.categorynet.com/actu-des-medias/liberte-de-la-...

 

44444.JPG

« Il est des images auxquelles vous ne pouvez échapper... »

 

« S T O P »

 

 

http://www.slate.fr/grand-format/la-contestation-syrienne...

 

13/03/2013

Syrie libre!

 

L'arbre fertile repose sur ses racines

 

mais ses jeunes pousses naîtront

 

de la sève nouvellement divine.

 

 

 

Syrie d'un nouveau rendez-vous

 

pleurant ses libertés et ses amours entravés

 

par cette hideuse dictature sacrilège

 

ne recherchant jamais la part individuelle

 

de chaque être humain

 

mais appliquant sa volonté criminelle

 

par le fer planté et l'enfer imposé.

 

 

 

Orchestre macabre

 

des hommes qui torturent,

 

formant leurs immondices d'ordures,

 

annulant les consciences d'enfants,

 

de femmes, d'hommes soumis

 

au règne injustement cruel des ténèbres.

 

 

 

Pilleurs, saccageurs, violeurs,

 

tueurs, profanateurs,

 

de la part intime de l'Etre,

 

imposant le Néant

 

d'une pensée diabolique unique et inique.

 

 

 

Fascisme et terrorisme.

 

Voilà le secret des régimes laïques ou religieux

 

à l'esprit totalitaire.

 

 

 

Syrie, ta liberté ne s'achètera jamais,

 

ne se monnaiera jamais,

 

ne se vendra jamais.

 

 

 

Ta liberté est en recherche perpétuelle.

 

Elle creuse dans les livres,

 

elle expérimente par la vie,

 

la culture, l'art.

 

 

 

Ta liberté ne jette pas la pierre à Allah.

 

Elle est la pierre de patience du Coran

 

Syngué Sabour

 

 

 

Et si la pierre te parle d'aujourd'hui

 

c'est pour mieux te libérer de hier

 

et préparer ta liberté de demain

 

 

 

Allah n'est pas jaloux

 

que tu crées ton univers,

 

que tu te serves de ton imagination,

 

de ton savoir, de ta folie, de ta sagesse.

 

 

 

Allah veut ta propre liberté,

 

celle qui élève dans l'honneur les êtres humains

 

vers plus d'idéal divin et de détachement

 

des biens de notre monde.

 

 

 

 

 

Syrie: Al Nosra, le style et le genre Che Guevara

4'000 hommes de toutes nationalités tiennent tête à 300'000 hommes de l'armée régulière d'Assad. Ils ont tout laissé tomber pour combattre au nom de l'islam. Ils ont mis leurs biens en commun au service de la Révolution. Ils sont près à mourir pour libérer la Syrie et les pays du Golfe des tyrans en place. Ils ne pillent pas la population, l'aide à se relever des conséquences désastreuses des combats, soignent les plaies comme ils peuvent, et continuent leur chemin sur le sentier de la guerre. Ce sont des romantiques de l'islam des origines.

Ce sont les idéalistes de l'islam, version premiers temps sous la direction du Prophète. Les Brigades Internationales d'Allah font penser aux Brigades Internationales de Che Guevara. Seul l'idéal poursuivi compte et la vie n'a plus d'importance pour eux. Ils peuvent mourir en paix. Ils savent pourquoi ils luttent : un mirage qu'ils estiment véridique et juste. Et pour cela, ils sont prêts à mourir sans vouloir en retour obtenir les bénéfices ordinaires de leur révolution islamique. Ces hommes sont fans absolus de leur religion. Mais comme les hommes de Che Guevara, ils luttent contre la corruption et voudraient installer un pouvoir communautaire idéal, contre l'impérialisme capitaliste.

Ce pouvoir, Che Guevara l'avait compris au fond de son coeur, est utopique, fruit d'un combat qui mène au sacrifice de soi sans rien attendre en retour si ce n'est la mémoire du peuple. Le Che a quitté le poste de pouvoir que Castro lui avait offert car sa révolution n'était pas intéressée par des avantages matériels. Comme les combattants d'al Nosra, il cherchait l'utopie, celle d'un pays où les êtres humains vivent dans une sorte de paradis, paradis rouge soumis aux mêmes dogmes marxistes. La différence entre eux et le Che, c'est que le Che ne croyait pas en la Charia islamique mais au Communisme.

Un combat forcément perdu par le Che. Un combat qui sera perdu par les islamistes d'al-Nosra. Mais parmi le peuple, quelque part, bien caché au fond du cœur syrien, al-Nosra et ses combattants resteront comme le Che et ses troupes: un fantasme révolutionnaire populaire qui durera et se transmettra de génération en génération. Ces combattants d'al-Nosra sont des révolutionnaires et agissent en vrais révolutionnaires. Leur sacrifice est mis au service d'une cause. Mais leur cause n'est-elle pas un nouvel impérialisme absolu que les combattants tentent d'imposer au monde entier comme la Vérité unique d'existence?

Des membres de la brigade islamiste Hamzah défilent à Deir ez-Zor avec des drapeaux du Front al-Nosra. © ZAC BAILLIE / AFP

 

http://www.lepoint.fr/monde/pourquoi-les-djihadistes-s-in...