05/03/2013

L'armée cybernétique d'Assad

Le président syrien est sans doute fou mais c'est un fou hypercréatif et joueur. Il n'hésite pas à verser dans le surréalisme quand il prétend que l'Occident fait de la propagande anti-syrienne et anti-Assad alors que l'Occident ne relate que les faits objectifs d'une guerre qui a perdu toute légitimité, d'un point de vue démocratique, dans les deux camps à cause du désir persistant et convoité de dictature ; par les rebelles soutenus par des milices étrangères cherchant à installer la théocratie à la place de la dictature laïque actuelle ; et par le régime qui ne parle toujours pas de mettre en place toutes les réformes nécessaires à l'avènement de la liberté et de la démocratie.

L'armée cybernétique d'Assad prend d'assaut les comptes Twitter et Facebook des grands médias occidentaux afin d'y poser des post se réclamant de la vérité distillée par Assad et son régime. Le tyran, forcément, ne veut pas vendre une mauvaise et malsaine image de lui. Il ne peut être et rester que ce prince bon qui fait tout juste, tout bien, tout correct tandis que son pays a perdu au moins 70'000 âmes à cause de cette guerre et que beaucoup de villes sont saccagées, que des millions de réfugiés intérieurs ou partis à l'étranger n'en peuvent plus d'être abandonnés dans des camps bondés.

Est-ce là votre belle réalité Monsieur Bachar al-Assad ?

Est-ce votre romantisme déviant, qui plonge dans l'absurdité d'un cynisme absolu, qui vous fait croire que vous gouvernez votre pays de façon admissible, raisonnable, voir admirable ?

Est-ce nous, Occidentaux ou Orientaux qui suivons les épisodes horribles de cette guerre depuis deux ans qui sommes aveugles devant les images offertes par le spectacle de vos avions lâchant leurs bombes sur les populations et vos milices terrorisant ces mêmes populations? Est-ce nous qui sommes contre vous ou vous qui prenez vos désirs de bon prince de Syrie pour une réalité qui n'existe plus et qui n'a peut-être jamais été chez vous?

Est-ce nous, Occidentaux ou Orientaux, qui ne vous comprenons pas dans votre vision toute personnelle de cette affreuse réalité syrienne ? Vous seriez donc l'ange de Damas ? Et nous les démons pervers et cocus qui salissons votre règne de notre idéologie démocratique qui se fera forcément baisée le cul par les terroristes islamiques et leur idéologie religieuse au cas où vous, vous tombez ?

Hors, la vérité vraie, Monsieur Bachar al-Assad, est ailleurs. L'Occident vous aurait soutenu et même applaudi si vous vous étiez mis à temps au service de la démocratie grâce à votre créativité et votre forte capacité d'inventivité dont nous ne nions pas la réalité. Le printemps démocratique du monde arabe vous aurait dit merci et votre peuple qui voulait sa liberté et son indépendance face à votre régime puissant et corrompu vous aurait manifesté sa reconnaissance et promis une sortie romantique de règne avec fleurs et larmes de joie et d'émotion sortant du coeur du peuple nouvellement souverain. Peut-être même seriez-vous devenu un souverain respecté à la façon anglo-saxonne et votre descendance aurait eu tous les avantages d'une royauté à la britannique.

Mais vous avez joué la dame de pique plutôt que la dame de cœur. Et cela est impardonnable dans les circonstances actuelles. Vous vous êtes trompé lourdement et le sang coule à flot dans votre si belle et si spirituelle nation. Vous jouez vos dernières cartes, y compris sur l'Internet. Nous vous proposons enfin ce poker véridique que vous devez à votre Syrie, cette Syrie que vous défendez bec et ongles contre les agressions réelles ou imaginées venant de l'étranger. Ce poker véridique du XXIème siècle qui donnera toute sa place au cœur et au pouls de votre population à travers des élections libres et démocratiques tout en vous abstenant de vous porter vous-même candidat.

Personnellement, je vous propose tapis artistique. Toutes vos cartes abattues et les miennes aussi. Artiste contre tyran, cœur à cœur, sang pour sang. Afin que les barrières de votre prison s'ouvrent enfin et que respire la liberté souveraine qui guérira vos contrées malades et infestées, atteintes par la peste et le choléra.

Tapis persan et volant. Si vous nous ouvrez vos frontières à notre caravane, nous saurons respecter la légitimité de toutes les positions et de toutes les forces syriennes en présence.

C'est le tapis d'honneur que nous déposons devant vous et un peuple ami, un peuple respecté de nous, Occidentaux et Orientaux, un peuple qui veut tant retrouvé sa paix, son honneur, et sa grandeur.

Singué Sabour (Pierre de Patience)

Nos mots sont nos armes

Nos corps sont nos boucliers

Nos danses et nos chants

sont notre armée

Notre liberté sera notre victoire

 

http://youtu.be/_hrxr5lK0eU

 

04/03/2013

La caravane des deux lits de Damas sans rideau*

Une nation au monde a perdu, dans une guerre civile effroyable, tous ses bijoux circulaires et tous ses bijoux cylindriques, seuls capables de faire tourner les rouages d'un peuple béni des dieux. Sans eux, la nation ne pourra plus jamais réunir les joyaux de la couronne. Elle risque le pire des châtiments, être dépecée en divers ethnies et communautés de croyance et détruite à tout jamais, désossée de son Histoire et du Temps. Deux chamans voyageurs et une caravane composée de prêtresses et de prêtes artistes ont pour mission de rapporter au pays un thermomètre tout neuf afin de tester le pouls et le baromètre sentimental des populations réduites au désespoir et à la division.

Et là, miracle ! Alors que règne le zéro absolu de l'amour sur les ruines des villes et des campagnes détruites ainsi que des populations massacrées et décimées, séparées par des haines insurmontables; que le monde entier ne donne plus aucune chance de rédemption au peuple abandonné à son tragique sort, « La caravane des deux lits de Damas sans rideau » et son thermomètre métaphysique réussissent par un tour de passe-passe diplomatique extraordinaire à partir à la rencontre de la population afin de leur faire tester ce fameux thermomètre géant créé dans un monde surnaturel et spirituel qui va les aider à rechercher et à retrouver tous les garçons circulaires et toutes les filles cylindriques qui se sont tous effacés et évanouis dans la nature depuis le commencement de la guerre. Les infirmières poétesses et les infirmiers musiciens slament et déclament, invitent à la danse et à la transe. Le thermomètre givré au ground zéro des cœurs et des consciences se met soudain à prendre des degrés à travers le sang d'épure sacré qui remonte peu à peu sur la graduation des sentiments. Après avoir dépassé la température corporelle minimale de survie, les filles cylindriques et les garçons circulaires réapparaissent vivant, sortant de leur léthargie comme par une magie sensorielle. La population forment des cercles et scandes des « viva ! » et des "Hourrah!" autour des enfants de tous les clans et demandent à Pi, l'enfant fiction de l'Odyssée au nombre irrationnel, de faire rouler tous les cylindres sur la route et d'y cacher  dedans, avec l'aide de tous les autres enfants présents, les parchemins précieux écrits par les poètes-musiciens et roulés à l'intérieur. Ensuite, tous ces parchemins seront lus, joués, réunis pour la postérité et resteront sans rideau ni grillage aux fenêtres du sanctuaire du théâtre de Damas comme preuve de liberté retrouvée et de pacte indélébile avec l'amour de la nation et des peuples.

Une illusion instantanée, une vision de poète désillusionné par le spectacle d'un monde qui ne croit plus en l'Amour. Un mirage qui se veut la réalité rêvée de demain pour toutes les Syriennes et Syriens épris de paix et d'amour.

Par la transgression profane et sacrée

de deux ombres jouant sur l'onde de lumière

Djemäa & Ali

http://lamaisondubien.blogspot.ch/2008/11/les-ombres-du-d...


*D'après une idée originale de Denis Diderot, auteur de l'Encyclopédie, père des lumières démocratiques, « Les bijoux indiscrets », chapitre XVIII.

 

"En Syrie, faites taire les armes et laissez-nous soigner!"

 

Ce cri est celui d'un médecin au bord de la crise de larmes. http://alencontre.org/moyenorient/syrie/syrie-laissez-nou...

 

On peut tout perdre, sauf sa conscience. On peut tout vivre, sauf l'indécence de la violence. On peut mourir, mais pas sans avoir tout fait contre l'indifférence et la somnolence. Face à la souffrance et la désespérance du peuple syrien, il n'y a qu'un seul mot

 
STOP !

 
S.O.S. URGENCE

 


2' pour la Syrie - Julie Bertuccelli par vagueblanchepourlasyrie

Printemps 2013, sortir enfin de la glaise

 « Alors Yahvé Dieu modela l’homme avec la glaise du sol, il insuffla dans ses narines une haleine de vie et l’homme devint un être vivant. » (Gn 2,7)

Sommes-nous vivants ou morts quand nous nous sentons des bouffons ou des tocards en écrivant au sujet de la Syrie d'aujourd'hui sur nos blogs ? Impuissants devant les monstruosités de cette guerre impossible à arrêter, de ses conflits ethniques ou religieux, de ses massacres abjectes d'enfants, de femmes, et d'hommes qui cherchent en temps normal la paix, la sécurité, et l'amour plutôt que la haine et la guerre sans fin, nous avons presque honte d'écrire notre révolte bien au chaud et assis sur notre fauteuil ou notre canapé, Mais sommes-nous en temps normal en Syrie comme chez nous, par ailleurs ?

Il n'y a pas de révolte plus inutile que celle d'aligner des jolis mots, de beaux poèmes, des textes tragiques qui n'agissent jamais sur notre réalité et le destin de nos vies bafouées, écrabouillées, ridiculisées par le cynisme généralisé.

Une fois, une seule fois en ce printemps 2013, il serait temps que les artistes, les poètes, les musiciens, les gens qui se disent amis, sœurs et frères de la Syrie, amis, sœurs et frères de la Paix et de l'Amour, se mettent en marche pour de vrai et s'emploient à réaliser ce que les politiciens ne peuvent pas ou ne veulent pas faire ou se refusent à réaliser au nom d'une real politik ignoble.

Qu'il soit écrit ici. Aucun artiste étranger ne prendra la place des citoyens du peuple syrien. Aucune personne engagée extérieure aux citoyennes et citoyens de la Syrie dira qui doit rester et qui doit partir du pouvoir. Mais tous, vous amis lecteurs y compris, nous savons que si nous ne faisons jamais rien de concret pour sauver ce peuple en train de mourir sous les bombes et les balles, et bien ce sera nous tous, la communauté internationale, qui auront perdu toute crédibilité en matière de droits humains et ce sera au terrorisme d'Etat comme au terrorisme de clans de triompher des valeurs démocratiques, de nos valeurs qui nous tiennent ensemble entre peuples libres et fiers de l'être.

Personne ne sait quelle démarche est la plus juste pour trouver la clef qui ouvrira la Syrie à la paix et l'éloignera des portes de l'enfer. Personne ne détient la vérité concernant l'avenir d'un pays plongé dans un gigantesque drame et d'un deuil national qui ne l'est pas moins. Personne ne peut agir seul comme bon lui semble pour espérer un miracle et une sortie de guerre rapide.

Mais toutes les personnes conscientes de ce drame sans fin, qui dure depuis 2 ans déjà devant nos regards médusés, et conscientes que ce drame peut amener à d'autres drames encore plus terrifiants pour la planète, sont appelées à soutenir l'initiative d'une caravane pour la paix ayant pour mission de dire stop à la guerre à travers une marche civile, une parole prise individuellement et collectivement, un texte inventé au fur et à mesure de la progression des pèlerins, la méditation, la poésie fulgurante qui se fera dans l'instantanéité des relations humaines et des découvertes personnelles à venir.

Si la Syrie ne veut pas ouvrir ses portes aux poètes du monde, les poètes du monde trouveront des fenêtres pour venir apporter un souffle de liberté au peuple qui a faim et soif non seulement dans la réalité de leurs corps mais aussi dans la réalité de leurs esprits. Soif d'amour, mort de peur. Faim toujours, et cette mort absurde qui rôde alléchée par les puissances du monde qui ne savent pas comment faire rendre raison au Président Assad, premier responsable de la débâcle pour son peuple. Car un homme qui veut diriger tout un pays pendant un quart de siècle est forcément responsable de tout ce qui arrive pour son peuple. Le Président Assad ne peut pas, ne peut plus se mentir. S'il veut vraiment la fin de la guerre, une paix réelle pour tout son peuple, il doit tout mettre en œuvre pour jeter les bases d'une vraie démocratie en Syrie, seule option valable et viable pour son pays, sa Syrie qu'il dit aimer et chérir du fond de son âme et de son cœur malgré toutes les horreurs dont il a été l'initiateur dramatique par faute d'avoir su assouplir à temps sa position absolue de chef unique obtenu par de son pouvoir autocratique qui ne pourra certainement pas survivre à ce conflit.

En écrivant ces lignes, nous savons que la modestie de notre démarche n'a rien à voir avec l'esbroufe ou le souhait de se mettre en avant dans une affaire dont nous ne savons ni la portée ni les résultats mais connaissons bien les risques.

Ce que je demande aux lecteurs et lectrices de ce blog, c'est seulement le respect et le droit d'oser entreprendre quelque chose de différent qui tient à la fois de la folie poétique et de la réalité politique. Je ne peux plus accepter de rester à ma place, comme tant de personnes pourraient me le signifier et me le reprocher. Parce que ma place, c'est celle d'être assise bien au chaud dans une maison confortable, devant mon écran d'ordinateur et de télévision, en lecteur attentif et passif de la presse, cloué dans mon conformisme personnel en portant la croix de douleur de tout un peuple qui n'en plus d'être laissé à l'abandon.

Toutes les personnes qui se sentent dans la même condition et la même situation sont sincèrement conviées à apporter soit leur soutient moral, soit leur présence d'une façon ou d'une autre, soit leurs encouragements à cette démarche hors des conventions et de la routine ordinaire de notre monde.

Ali


2' pour la Syrie - Emily Loizeau par vagueblanchepourlasyrie