04/06/2013

Turquie: exister, tout simplement, par l'Arbre

Nouvelle crise en terre d'islam. La jeunesse turque se révolte contre les agissements de leurs autorités qui leur coupent le droit à la parole, à la libre expression de leurs rêves. Pas de référendum, pas d'initiative populaire, et bien sûr pas de vote populaire pour pouvoir s'opposer au projet gouvernemental qui énerve et scandalise une partie de la population d'Istanbul.

 

La Mosquée est-elle plus sacrée que l'Arbre ?

Dis. La Mosquée sert à m'adorer.

L'Arbre sert à la vie et aux chants des oiseaux.

Ils vivent sur Twitter ou ailleurs

Dis. La Mosquée est-elle ostentatoire 

pour le maintien de ton pouvoir ?

Alors la Mosquée n'est pas nécessaire.

Ce qui est nécessaire à la démocratie,

c'est la liberté de croyance et de foi.

 

L'Arbre est plus sacré que la Mosquée.

Il réunit toutes les femmes et les hommes.

Il protège les enfants du soleil.

Il oxygène les relations humaines.

Il est Vie.

 

L'Arbre est la Mosquée.

 

Syrie: 41 chemins pour mourir, un seul pour vivre

Si tu croises les démons

au jour des moissons rouges d'été

laisse venir à toi le mortel péché


Donne-lui l'apparence d'un baiser de Salomon

alors tu feras connaître ton bon jugement

et sur lui tu bâtiras le dernier serment

accordant la paix et la justice

aux peuples victimes du satanique supplice

 

Moïse était leur roi

Jésus était leur roi

Muhammed était leur roi

alors qu'as-tu fait toi

pour devenir cet hors-la-loi

en brisant et la Foi,

et le Sceau, et l'Alliance

unissant toutes les naissances

sous le règne de la plus Haute-Science ?

 

Satan Devil

De vil te voilà rendu beau

prêt à rejoindre le divin Sceau

 

Laisse-toi vaincre

et tu triompheras

de tes mortelles errances

 

Le cœur et le foie arrachés

mordus entre tes dents ensanglantées

te donnent le Diable sans confession


Et cette soif assassine de la Mâle Obsession

cette source de Haine et de Violence infâme

se tarira dans le désert du Sham

 

« Et [les gens] suivirent ce que les diables racontent contre le règne de Solayman. Alors que Solayman n’a jamais été mécréant mais bien les diables. »
Sourate 2 Al-Baqarah (la Vache)

 

03/06/2013

Du côté de ton puits d'amour

Si je te devine assise

à la table d'un grand restaurant

et que tu savoures, exquise,

mes friandises d'Orient,

diras-tu que je viens d'Occident?

Si ton repas te coûte le prix de l'amour

me rendras-tu cela par une nuit d'amour?

 

J'ai entendu dire qu'on ne paie jamais

pour atteindre tes cheveux noirs de jais.

Et je te murmure à l'oreille

que si ton cheval frôle mon safran

ton prix sera le prix de mon tapis volant.

 

Du côté de ton puits d'amour

est-ce l'or du mendiant

ou celui de l'enfant

Qui creusera le Ciel

pour trouver notre Etincelle?

 

Du côté de ton puits d'amour

est-ce ton eau qui se changera en vin

ou ton amour qui changera le destin

des peuples soumis à la démence?

 

Je te fais entrer dans l'Alliance

des femmes et des hommes

impégnés de leurs rêves d'enfance


toi, Azam Ali


Ali le Cham


"I may hide my heart's secret from my tears

But I still see it all the time in the water

In your absence, I see you you in my dreams

Or I see you at night as a bright sun

Whom can I talk to of this sorrow of yours?

Since I see the whole world destroyed because of it

After all these years in my life's stream

I still see your eyes in my dream"

extrait tiré de "Conjure One & Azam Ali, Nargis" et traduit du persan par euphrate21

 

 

02/06/2013

Le cancer qui atteint l'islam

La guerre confessionnelle qui fait rage entre les deux plus grands courants de l'islam, Chiites et Sunnites, est de l'ordre de l'inimaginable pour nous Occidentaux qui avons tourné le dos aux guerres fratricides de religion avec l'avènement de la démocratie.

C'est une preuve flagrante et sanglante que l'islam fait fausse route et ses leaders spirituels avec lui. A vouloir garder un carcan idéologique qui date d'un autre âge, l'islam afflige, terrorise, engendre et entretien peurs et fantasmes. Tous les aspects positifs d'une spiritualité s'effacent au profit d'une vision rigoriste et sectaire détruisant le fruit musulman de l'intérieur.

Comme si le nombre de convertis à un courant, ici le sunnisme, était le signe de la victoire définitive, de la pureté absolue, de la vérité divine. Comme si le nombre assurait la déroute des minorités. Flagrant délit de fascisme. Et comme certaines minorités se comportent aussi en extrémisme de la pureté pour s'opposer à cette folie, nous nous retrouvons dans un conflit entre le Mal et le Mal, où le Bien se fait l'absent aveuglant. Et dire que l'on nous parle d'Allah dans tous les discours et prêchent haineux de ces prédicateurs qui n'ont plus rien à voir avec le fait religieux mais tout à voir avec l'esprit de domination, de vengeance, de crime.

A ma gauche, le chiite fou d'Allah, Hassan Nasrallah. A ma droite, le sunnite fou d'Allah, Youssef al-Qaradaoui. Au centre, nous sommes sensés avoir Allah qui arbitre le conflit. Dans les faits, il n'y a plus de centre spirituel. Il y a juste des pervers qui détruisent la vie, détruisent enfants, femmes, hommes, en attendant de trouver le Jugement d'Allah.

A mon avis, mais ce n'est que l'avis d'un révolutionnaire d'Allah, ni l'un ni l'autre ne trouveront grâce devant le Dieu des Hommes. Car que pourrait leur dire Dieu si ce n'est que la puissance qu'ils se sont octroyés sur Terre et sur les êtres humains était la puissance de division et de destruction de Satan?

 

Avec notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh

 

Pour Youssef al-Qaradaoui, les sunnites en Syrie sont victimes d’un massacre perpétré par le régime, soutenu par l’Iran chiite et son allié libanais le Hezbollah.

 

L’influent prédicateur qatari d’origine égyptienne, considéré comme le père spirituel de l’émir du Qatar, a lancé un appel au jihad : « 100 millions de chiites ne peuvent pas vaincre 1,7 milliard de sunnites », a-t-il lancé lors d’un rassemblement à Doha.

 

Sur son site Internet, il a appelé tous ceux qui sont capables de mener le jihad et de combattre à se rendre en Syrie. Faisant allusion au leader du Hezbollah Hassan Nasrallah, le prédicateur a déclaré : « Le chef du parti de Satan est venu pour combattre les sunnites. Maintenant nous savons ce que veulent les Iraniens. Ils veulent poursuivre les massacres pour tuer les sunnites ».

 

http://www.rfi.fr/moyen-orient/20130602-syrie-influent-predicateur-sunnite-appelle-combattre-le-regime-allies-hezbolla

 

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/video-uncle-obs/20130424.O...

 


Dis Uncle Obs...quelle est la différence entre... par LeNouvelObservateur

01/06/2013

« Classée X quand je rêve en XL »

Ce bout de chanson libertine appartient à Sandrine Ott, la politichienne qui est passée du parti libéral à l'UDC sans renier son passé.

1992. Nous étions fous en ce temps là. Où alors juste assez inconscients pour oser le tournage d'un film d'amour en liberté à visages découverts. C'était un temps où Lausanne voyait ses salons érotiques éclore comme des fleurs clandestines en mal de reconnaissance. Que recherchaient ses femmes et ses hommes à la conquête de leur libido? Nous étions encore éloignés de l'époque Internet et de son porno vulgarisé à l'extrême et à très large échelle, de la banalisation du sexe dans tous les espaces publiques. Sandrine Ott abordait alors les questions du sexe et de la pornographie avec Jean-Luc Bideau à la télévision. On croyait à la liberté de ton, sans tabou. On croyait tout simplement à l'amour libre et à sa représentation cinématographique sous toutes ses coutures.

 

Rodéo 1992

 

Notre amour tourné en vidéo

sur un jaune pédalo,

le cygne et ses bébés,

le klaxon du vieux-vapeur

et la liberté,

Ouchy et ses quais,

nos rires fiévreux en chaleur,

l'amour et la vague d'O,

le hors-bord au jus de cassis,

la bague d'amitié de Cassis,

avec elle, tes premiers échanges lesbiens

et nos soleils baudelairiens.


Nous vivions alors à toute allure

dans l'urgence et l'aventure

à la rencontre de nos fièvres amoureuses.

 

Nous étions alors au début de l'Odyssée qui durent depuis 20 ans. Départ en exil de l'acteur. L'homme est trop sulfureux, trop libre, trop exposé, trop tout pour apparaître à la lumière médiatique. 20 ans plus tard, vous qui me lisez, devez savoir le point de départ et de désespoir à ma vie littéraire. Sans ce film, sans cet interdit transgressé, quel genre d'homme serais-je aujourd'hui ?

Le Diable se déshabille en Zahia.