10/07/2014

Dire Merci au Brésil et à la plus belle des Coupes du Monde

On y était pas. Hélas. Et pourtant que d'émotions par écrans interposés, que de matchs retournés ou presque retournés dans les ultimes minutes, et même les ultimes secondes de jeu, que de couleurs, de cris, de rires, de beauté, de chants, de larmes de joie ou de peine. Il faudrait donner au monde entier un mois sabbatique et que la Terre s'arrête de travailler pour vivre au rythme du foot et de la fête. Juste fraterniser, faire la paix, faire l'amour, jouer au foot sur la plage avec toutes les nations, entre les matchs des champions. Le rêve est trop beau pour durer. La réalité de la guerre, de plus en plus présente dans le monde, cette réalité que l'on voudrait occulter afin de ne jamais briser le rêve d'une humanité fraternelle, cette guerre nous rappelle que trop d'humains préfèrent la haine à l'amour, la guerre et les attentats à la paix et les gestes de bonté.

Quand la planète mondiale du foot tourne, la réalité des cinglés, des envieux, des vicieux, des criminels, des salauds et des sadiques est oubliée. On se met à rêver, à faire la fête, à se passionner pour tous ces peuples du monde qui souffrent souvent au quotidien du manque de soins et d'attention et qui attendent de leur équipe de foot l'impossible, la presque inaccessible récompense suprême : la Coupe du Monde.

Alors si quelqu'un vous harcèle avec sa théorie que le foot c'est la corruption et le mal, le fric et les magouilles, qu'il déteste ce méga show, ces illusions, ce totalitarisme pur opium du peuple, répondez-lui simplement : « va te faire voir chez Boko Aram et Al Qaïda, et amuse-toi bien avec eux ».

Cette chanson magnifique pour nos amis Brésiliens qui pleurent leur équipe nationale en perdition devant l'Allemagne. Une chanson pour tous les amoureux et pour tous les enfants dont le rêve de beauté a été brisé.

 

Romero offre la finale à Julietta Argentina

« Quand je suis dans les buts, je défends ma famille et tous les Argentins. (...) Je n’aime pas prendre de buts. Si les attaquants se présentent face à moi, je fais en sorte que le ballon n’entre pas, parce que c’est un coup porté à un Argentin »

Ces mots sont de Sergio Romero, ange gardien (un de plus) de l'équipe d'Argentine.

Ils ont passé. Rien ne les arrête. Toujours à la limite de rater leur match et pourtant ils passent toujours. L'Allemagne sera-t-il le seul obstacle insurmontable pour cette Argentine-là ? A voir dimanche soir. Quoiqu'il en soit, notre belle Nati aura été l'adversaire qui aura réussi à faire le plus peur à la bande à Messi. Quel compliment pour la sortie en 1/8ème de finale de la bande à Shaqiri.

Bon. C'est pas tout ça. On s'est bien em... durant tout le match. Aucun Messi sur le terrain pour réaliser les miracles. Aucun Robben Rabbit à longues oreilles déshabillant l'Albicéleste dans un show érotique désopilant, ni Bugs Bunny dans le camp argentin pour jouer le tango de la mort avec la Suisse comme partenaire amoureuse.

Alors on a tout prévu pour vous avant même LA Grande Finale des canards allemands contre les lapins argentins qui arrivent pour la saison de chasse. Hilarant. Au cas où encore une fois vous vous emm... durant la finale et que tout finira à ces footus tirs aux buts.

 

09/07/2014

Ezéchiel et Messi pour contrer la tornade orange

Ils ont Dieu, le pape, le Messi, la Vierge Maria, et tous les anges pour eux. Quand Angel di Maria ne peut pas jouer et éliminer la Suisse, ils ont Ezéquiel Lavezzi, l'ange fabuleux à quatre têtes pour tenir la main à Messi.

La tornade orange s'annonce extraordinaire et, comme l'Allemagne, elle va tout balayer sur son passage ? Oui. Sauf que la Foi protège l'Argentine. Qui du diable hollandais Robben ou du Jésus Messi argentin va sortir de l'affrontement céleste à la fin ?

Réponse ce soir. On n'a pas fini d'assister à des batailles homériques sous les cieux brésiliens ! La maison Klose est au septième ciel pour le moment. Il est encore possible qu'elle se retrouve aux fins fonds des enfers dimanche soir sous la bénédiction de Dieu, de Messi, d'Angel di Maria, d'Ezéchiel, du pape François et Cie.

L'Albicéleste se situe exactement à deux miracles de la victoire finale... Pour le Vatican, quelle promotion divine en cas de victoire absolue à la Coupe du Monde:)

 

La maison Klose écrase l'effeuilleuse brésilienne

Il ne reste que Messi et son Argentine pour défendre l'honneur du football sud-américain après l'humiliante défaite du pays organisateur. Klose est devenu numéro 1 des buteurs toutes Coupes du Monde confondues volant la vedette à Ronaldo (16 buts contre 15). Ce n'est plus le Brésil et l'Amérique du Sud qui marquent et réjouissent la planète. C'est l'Europe, et plus particulièrement l'Allemagne et la Hollande, qui surdominent cette année le football mondial. Pour le Brésil, il ne reste que le supplice du pale jusqu'à la fin de la Coupe du Monde. Soit leur bourreau du jour est déclaré grand vainqueur final, soit, si l'Argentine passe, c'est son ennemi juré qui soulèvera la Coupe du Monde sur ses propres terres, soit, si c'est la Hollande, l'Amérique du Sud ne pourra pas fêter la victoire d'une de leurs équipes. De grâce, n'en jetez plus aux Brésiliens. Ils ont vraiment tout perdu dans cette affaire désastreuse.

Frau Domina s'extasie. Dans son salon sado-maso, l'effeuilleuse brésilienne Neymar n'a plus de colonne vertébrale. Explosée, la belle danseuse a été remplacée par la maison Klose. Et dans ce bordel, on vous jure que l'efficacité a pris le pas sur le romantisme du foot samba exercé sur la plage le temps d'un rêve lumineux.

Brésil, où était donc passé ton esprit de révolte, ton football et ton règne ? Pour le Brésil en pleures, cette douce effeuilleuse de plage en vidéo clip me fait nettement plus rêver et fantasmer que les bocks de bière de Klose écrasant le Mojito de Neymar. On reste romantique jusqu'à la mort même si les jeunes femmes d'aujourd'hui ont tendance à préférer l'efficacité relationnelle germanique à l'art passionnel du football champagne brésilien...

 

L'Allemagne fait du Brésil sa propre moqueca

Du mulet noir. L'Allemagne, partout, partie à la pêche aux miracles.Les Brésiliens, nulle part, tels des mulets noirs affolés qui passent les uns après les autres à la casserole. Les Allemands, en rouge et noir, ont laminé un Brésil inexistant.

7 à 1 !!!!???? Une défaite historique pour le Brésil archi battu sur ses propres terres. S'il y avait un joueur vedette sur le terrain du côté brésilien, il s'appelait Cauchemar.

Neymar doit pleurer de toute son âme sur son lit d'hôpital avec tout le peuple brésilien. Perdre comme cela est une humiliation totale pour le quintuple vainqueur de la Coupe du Monde. Triste fin pour cette seleçao.

L'Allemagne est la grande favorite de la Finale. Mais devant un Brésil aussi magistralement perdu on ne peut pas dire si c'est l'Allemagne qui est absolument exceptionnel ou le Brésil qui s'est pris les nageoires dans les filets du Christ Sauveur crucifiant le Brésil devant le monde entier...

Un peu de Street Art Opera en souvenir de ce match historique par l'ampleur de la défaite brésilienne. Le mulet noir bouffé par le canard bavarois.On n'avait jamais vu ça. Pour ceux qui veulent faire connaissance avec le canard bavarois cliquez ici et regardez bien ci-dessous apparaître le sang, le mulet noir, et le canard-

 

http://www.objets-publicitaires-pro.com/objet-publicitair...

2014-07-08 19.14.45555.PNG

 

 

2014-07-08 19.14.455.png

 

 

2014-07-08 19.07.111.png

 

 

2014-07-08 19.07.1111.PNG