14/12/2014

La magie des papillons de nuit

Elles n'ont pas la réputation des grandes dames de ce monde (mais de quelle réputation on parle ici?). En une seule nuit, elles peuvent faire fondre un homme se réfugiant dans la glace durant des années. C'est leur pouvoir, leur appel à une nuit d'orgivresse. Pour une seule fille qui flirte et te sourit dans la nuit en t'invitant dans son lit; pour cette fille qui vit dans les bulles de champagne et croit à la magie des artifices, il y a ces hommes à la recherche d'un monde oublié.

A la fin du songe, elles disparaissent comme par enchantement. Et l'homme reste cet être solitaire prêt à sacrifier sa vie pour un seule de ces instants en compagnie de cette magie féminine. Ce sacrifice paraît sans doute tellement plus beau au poète que celui où l'homme se bat et tue pour un dieu incapable de faire régner un début de justice et d'amour entre les êtres humain. Mais l'homme de dieu a sans doute des arguments de pouvoir autrement plus conséquents à faire valoir sur les femmes. Alors que l'homme de cabaret est sans doute ce pauvre diable avec qui il ne faut surtout pas entretenir de rapports amicaux... Il appartient à Satan, disent les bons croyants. C'est pourquoi il vit dans sa glace en attendant le feu de l'enfer, son papillon de nuit qui viendra le réchauffer une nuit ou l'autre, lui qui grelotte tous les jours dans ce monde inhumain.

En souvenir de Milky Way, celle qui réchauffait son corps et son cœur quelques nuits par année sur cet air de la comédie romantique  entre une femme et un homme...ou un autre...

 

11/12/2014

S'excuser ou remercier ?

Il y a comme un sérieux malaise avec la vidéo que nous propose Mr Hani Ramadan.

Cette vidéo de fausses excuses sur le mode de l'ironie, et disons-le sur un mode de supériorité (nous, musulmans, on vous a apporté toutes les connaissances du monde et vous nous avez jeté la bombe atomique à la figure et nous nous en excusons...), n'est pas du style à améliorer et réchauffer les rapports entre non-musulmans et musulmans.

Si on commençait par retourner la vidéo à leurs expéditeurs, on pourrait aussi donner ceci, genre qui stigmatise toute la communauté musulmane:

« Nous qui tentons de vous apporter les clefs de la démocratie, nous nous excusons pour les égorgements de nos compatriotes, les enlèvements de personnes, les attentats terroristes, les guerres religieuses.

Nous qui croyons à un monde multiculturel, de tolérance envers les croyances d'autrui, d'Humanité qui croit en son destin et son avenir, nous nous excusons pour l'intolérance que nous faisons régner sur nos terres, l'impossibilité d'y exercer les cultes religieux des croyants de diverses confessions, les meurtres perpétrés sur les croyants d'autres religions.

Nous qui n'avons jamais rien inventé de neuf, qui avons dû compter que sur les autres pour nous nourrir, nous vêtir, nous développer scientifiquement, artistiquement, et humainement, nous nous excusons d'être restés des personnes égoïstes, ingrates, et égocentriques en rejetant nos sœurs et nos frères venus d'ailleurs qui n'ont jamais trouvé leur place chez nous.

Nous qui parfois devenons musulmans par amour, sans à priori définitif sur les croyances des autres, prêt à apprendre de ceux-ci et d'ainsi aider à s'aimer dans l'Amour de Dieu, nous nous excusons de vouloir garder notre personnalité, notre identité, notre libre-arbitre afin de permettre à la liberté de s'exprimer et à la répression divine ou terrestre d'empêcher qu'elle s'exerce sur les êtres humains. »

Il fallait aussi le dire. Parce que des fois, nous aussi, en Occident, on en a gros sur le cœur. Alors je dis merci à la communauté musulmane de faire aussi partie des siens, d'avoir apporté quelque chose d'essentiel à ma vie, à mon développement personnel, à mes goûts pour l'orient et sa façon originale de développer leur propre culture, l'art, et les sciences humaines au contact des filles et des fils d'Occident.

Il fallait aussi que je l'écrive parce que mon coeur me dicte ma conduite.

http://haniramadan.blog.tdg.ch/archive/2014/12/07/les-mus...

10/12/2014

Smashissima pour Federer !

Vous ne saviez pas ce qu'est un smashissima en langage tennistique ? Normal. Roger Federer vient de l'inventer. Le smash le plus difficile et le plus talentueux de l'histoire du tennis vient d'être créé par le Maître lui-même. On se réjouit que ce geste technique fabuleux fasse école auprès de ses élèves et qu'il devienne un classique réservé aux plus grands maîtres du tennis. Il fallait le faire. Et la prochaine fois hurlez tous « SMASHISSIMA ! quand Rodg, ou un autre, nous régalera à nouveau de ce coup merveilleux. A propos, le dos, comment il va, Roger?

 

09/12/2014

Le djihad fait tache d'huile

Sens-tu cette odeur ?

Oui. On dirait bien du mazout.

C'est du pétrole, en effet.

Ça pue les pétro-dollars

sous couverture religieuse.

 

Sa religion fait tache d'huile.

Oui, Et elle massacre pour des puits de pétrole.

Oui, Mais moi je préfère une huile sur toile.

Un Picasso, un Gauguin, un Matisse.

Ma religion fait aussi tache d'huile.

Oui. Et elle offre des puits d'amours éternels.

picture050_44444.jpg

 

 

picture050_444444.JPG

Delémont, gare des bus, printemps 2009


Les tocs de Jean, les tics de Marc, les tacles de Régis

Je n'étais pas présent au débat des célébrités intellectuelles de notre Genève provinciale (quoique Debray était l'exotique parisien du soir)...

Mais j'ai lu l'article de la TdG de ce matin...

Et comme d'habitude, Jean a servi sa soupe cannibale, ses carottes archi cuites par le néolibéralisme, ce monstre qui se nourrit sur le dos du tiers monde, et ses mathématiques basiques au sang froid qui démontrent par A sur B que C, les Cannibales, réduisent B, les Baisés, en bouillie funeste alors que A, les Aristocrates de la caste des nantis, assaisonnent, par leur luxe et leur volupté, notre planète de plaies infectes et criminelles. Bref, du Ziegler tout craché dans la soupe populaire, attendu comme l'enfant Jésus radotant ses sempiternelles mêmes paroles d'évangile du creux de son Moïse calviniste.

Fallait payer pour assister à ça...

Et comme d'habitude, Marc a débité quelques grossièretés intellectuelles envers les intellectuelles féministes qui feraient mieux de retourner à leurs fourneaux pour éduquer la racaille qui envahit nos rues. Nostalgique de Versailles et de sa cour versatile autant que volage, Marc se chagrine de toutes ces scories verbales, de ce vocabulaire approximatif, de ces avortons d'intelligence créés par l'avènement de la démocratie qui se pâment dans des émissions de télé-réalité en finissant par planter la lame dans la poitrine de leur petit copain du moment. Allô. Non mais Allô Marc, t'es un intello et t'as que du sang bleu ! C'est comme si j'te disais que t'était une fille et qu' t' avait pas de marteau pour taper sur les machos qui exigent le droit de cuissage.

Fallait payer pour assister à ça...

Et comme d'habitude, Régis a joué le dernier des révolutionnaires. L'exotique parisien qui a vécu la jungle bolivienne et les prisons de la junte. Toujours prêt à s'émouvoir pour la cause du peuple mais de plus en plus dépité devant le chaos intellectuel d'aujourd'hui. Où donc se niche la transcendance si tout un chacun se croit plus intelligent que son voisin ; si n'existe plus aucune parole sacrée, de serments prononcés à une cause supérieure ; de femmes et d'hommes de foi qui se battent pour des idéaux et non pas ces foules aussi bêtes qu'une dinde graciée se ruant devant les portes de super-marchés dès 5 heures du matin un jour de Black Friday pour rafler la mise promise par les dealers. Pourtant, Vendredi Noir, il y a deux mille ans, c'était ce fameux révolutionnaire crucifié. Mais au fait, qu'est-ce que l'on fête un 9 octobre, Régis ? J'ai du retrouver cette date sur Internet car je ne savais pas. Parce que le marketing publicitaire n'a pas fait son devoir pour nous gaver d'opium du peuple et graver ce jour dans la mémoire collective des peuples et...la mienne. Le 9 octobre, c'est la date anniversaire de la mort du Che... et celle d'une jeune fille qui a provoqué une terrible révolution dans ma vie de famille...et finalement ma destitution familiale... et, au final, ma solitude sans illusion d'aujourd'hui. Mais je m'égare du débat intellectuel... Je n'oublie pourtant pas la leçon de Régis. Les lecteurs deviennent tous des voyeurs. Allô. Non mais Allô quoi. T'es un blogueur et t'a plus d'existence propre ? C'est comme si j'te disais que ton étoile s'était dissoute dans un trou noir...

Fallait pas payer pour assister à ça... Fallait juste venir faire une petite visite par ici.

http://www.tdg.ch/culture/joute-oratoire-jean-ziegler-reg...