12/01/2015

Gerbe Charlie ! Ta niche n'est pas la mienne

Mai 68. La jeunesse houspille le pouvoir, Dany le Rouge lève le drapeau de l'anarchie. Tous, ils veulent un autre monde. Le bourgeois et son étroitesse d'esprit soumise au pouvoir ? Fuck You ! Ses règles strictes de bonne conduite ? Fuck You ! Ses hypocrisies sous-jacentes, son mariage qui finit en daube mais qui dure quand même pour sauver les apparences ? Fuck You ! Sa petite vie tranquille qui ne fait jamais de vague ? Fuck You !

Arrive donc ce tsunami en plein printemps. Ces jeunes sans façon qui font l'amour à droite et à gauche, les garçons qui s'échangent les filles comme on prête sa bagnole à un copain. Ces jeunes qui hurlent « mort aux vaches et aux cons ». Ces jeunes qui rêvent d'autre chose mais qui consomment toutes sortes de drogues et beaucoup d'alcool. C'est le côté fou de Mai 68.

Côté sérieux, Mai 68 a ouvert les yeux du monde sur une démocratie mondialisée possible. Pêle-mêle : opposition à la guerre au Viet-Nam sous la bannière du Peace And Love ; libération de la femme à travers les mouvements féministes ; acceptation de toutes les pratiques et différences sexuelles entre êtres humains. Rejet des religions et préférence à la recherche et à l'expérience spirituelle personnelle. La démocratie s'ouvraient des portes sur l'Orient et l'Extrême-Orient...qu'elle referma bien vite par ses excès en tous genres. Beaucoup trop vite le côté romantique et naïf de la révolution 68 se transformera en cynisme libéral, puis ultra-libéral alors que c'était quand même la gauche troskyste-maoïste libertaire qui initia le mouvement révolutionnaire... En plus, les poètes de la Beat Generation n'étaient pas exactement dans le même courant d'idée, d'où l'amertume de Kerouac qui ne se reconnaîtra pas vraiment dans le mouvement hippie d'Amérique comme d'Europe. Déjà tellement de différences se cachaient derrière la bannière Peace & Love.

Alors derrière le soleil de « Je suis Charlie », cette chaleur humaine extraordinaire déployée partout sur la Terre ce dimanche 11 janvier 2015 pour dire STOP AU TERRORISME que va devenir notre Terre des Hommes ? Arriverons-nous vraiment à changer le monde et les consciences ? Pourrons-nous vraiment ouvrir les religions au monde de la spiritualité individuelle, surtout l'islam la première religion au monde concernée par l'intégrisme et le fanatisme ? Saurons-nous capitaliser sur un succès démocratique planétaire d'ici 50 ans ou allons-nous tous péricliter dans un chaos final alors que ce que nous venons de vivre comme événement planétaire extraordinaire n'aurait été en réalité qu'une grande illusion médiatique ?

C'est à nous tous de décider des lendemains qui chanteront ou déchanteront. Et les journalistes survivants de Charlie Hebdo devraient quand même être les premiers à s'inspirer de cet immense mouvement planétaire et se dire que désormais ils ont de nouvelles responsabilités, eux qui se traitaient d'irresponsables. Il faut savoir grandir. Il y a un temps pour être dans l'anarchie la plus débridée. Et il y a un temps pour transformer l'anarchie en quelque chose qui ne provoquera pas des drames à répétition mais du bonheur à répétition...en gardant un humour bien à soi.

Je nous souhaite tout le bonheur du monde en cette fin de nuit mémorable. Et j'aimerais que dans ma niche à moi, ici même, celles et ceux qui y viennent ne vomissent pas sur mes valeurs intimes même si elles dérangent certains. Et j'aimerais que si je viens dans ta niche, tu m'accueilles comme un frère de sang même si je ne pense pas vraiment comme toi et que mon mode de vie te dérange parfois.

C'est ainsi que je conçois la vrai valeur de l'anarchie et de la démocratie. Ne pas mettre de barrières inutiles entre soi et les autres. Se disputer, oui bien sûr. Se haïr et se vomir ? Je crois que quelque part Charlie a sacrément morflé d'avoir des ennemis qui le haïssent et le vomissent jusqu'à vouloir sa mort. L'humour c'est rire d'abord de soi et ensuite des autres. Et moi, j'ai l'habitude de me traiter de con quand je commets une maladresse ou une autre dans mon travail ou ma vie privée. Et c'est le début à tout. Se prendre d'abord pour un con avant de prendre l'autre pour un con. Cela aide à détendre le trou de balle d'en face qui voudrait nous glisser sa balle à la mauvaise place en nous envoyant valser de l'autre côté de la vie.

 

11/01/2015

Paris, je t'aime!

Paris révoltée

Paris libérée

Paris insoumise

Paris où tout est permis

 

Paris qui pleure ses morts

Paris où tout le monde a un seul corps

au cri de révolution:


« Je suis Charlie »

 et je le resterai pour la vie

 

Mai 68 est invaincu

et revient réveiller les vaincus

qui se sont noyés dans les écus et le cul

 

Les filles sont belles à croquer

Les garçons sont fous à lier

Mais Dieu que cette liberté est belle à imaginer

 

Aujourd'hui

et demain

et toujours

nous sommes tous


« CHARLIE »


LE TERRORISME MONDIAL A EU SON 11 SEPTEMBRE

LA DÉMOCRATIE MONDIALE A SON 11 JANVIER



La ikraha fi Dîn

Nulle contrainte en religion

 

Marseille n'a rien à voir avec le terrorisme...

La ville de Marius et Jeannette du film de Robert Guédigian. La ville de Marcel Pagnol, aussi, de ses films « Marius » et « Fanny ».

Quand tu regardes la France depuis Marseille, personne n'a l'impression que nous avons à faire à un seul pays, à une seule communauté, à une seule nation soudée. Plutôt une poudrière communautariste avec d'un côté la communauté musulmane, au milieu la communauté juive, et de l'autre côté le Front National. Cela semble inimaginable ce pourrissement des institutions républicaines vu depuis la Suisse. Et pourtant c'est la réalité de cette ville prête à exploser à la moindre étincelle.

Et c'est de ce qui se passe à Marseille, entre autre, dans la communauté musulmane, que les musulmans de France doivent s'entretenir avec tous les Français. Si ce n'est pas la lecture littérale du Coran qui a créé ce climat délétère, c'est quoi ? Si ce ne sont pas des imams qui poussent à la haine des jeunes sans boulot, paresseux, dragueurs de filles et frimeurs, pas du tout intégrés, bourrés de cocaïne et d'envies de détruire les bourgeois blancs chrétiens et juifs en leur mettant un couteau sous la gorge grâce au Coran lu avec la plus stricte lecture où les "versets sataniques" sont les plus mis en avant par les gourous extrémistes, qui alors ?

Oui, en ce dimanche où nous sommes tous Charlie, il y a des Français de France qui ne sont pas du tout Charlie et qui sont prêts à mettre à feu et à sang un pays pour satisfaire à une idéologie fasciste sortie de la lecture littérale du Coran. Est-ce que la parole de Dieu n'a pas quelque épuration textuelle et contextuelle à réaliser, comme pour la Bible de l'Ancien et du Nouveau Testament?

C'est encore une de mes questions urgentes à mes sœurs et frères musulmans et aux imams responsables et guides de la religion dont une non-réponse ne satisferait personne, surtout pas la République française. C'est aussi une question aux médias qui semblent endormis par le mouvement « Je suis Charlie » et qui ne donnent pas la parole à ces musulmans qui ne sont pas « Charlie » et qui ne veulent pas de cette France laïque et multiculturelle. Par peur de la parole libérée ? Par peur que tout dérape ? Mais si on continue à garder le silence dans son coin, tout dérapera de toute façon. C'est une certitude.

http://www.24heures.ch/monde/A-Marseille-un-silence-assou...

 

Priière des morts aux vivants

Prière des morts aux vivants

(par un enfant des Sixties, 9 ans)


20150108_09395777.JPG

Je suis Charlie, Nous sommes Charlie.

Let The Sunshine!

10/01/2015

Faut-il créer des espaces publics différents ?

La liberté d'expression est sacrée...Mais...

Monsieur Montabert nous fait une démonstration de sophismes dans sa toute dernière mouture blogueuse.

La liberté d'expression est sacrée... Mais... Je peux dire n'importe quoi, n'importe comment, n'importe où sur n'importe qui ! Essayez-voir de crier dans une foule musulmane à Istanbul « Les musulmans sont des cochons de terroristes et je les emmerde ! » et ce sera sûrement plus qu'un coup de boule que vous recevrez en retour. Où allez vous frotter à un rassemblement du Front National et gueulez : « Marine est une grosse vache et une pétasse ! ». Vous verrez comment ses amis vous passeront une ratonnade de première.

Non. La liberté d'expression a ses codes tout en ayant des limites que parfois elle ose dépasser pour provoquer. Jusqu'à provoquer une émeute ou une guerre civile ? Il y a des formes pour le dire. Et parfois il y a des caricatures de presse...qui vont à la limite et la dépasse en provoquant des réactions non contrôlées. Il y a eu des morts dans les pays arabes suite aux caricatures de Charlie. Il faut le rappeler ici. Mais Charlie, dans le même temps a décidé d'une prise de risque maximale pour faire bouger le monde musulman. C'est en balance. Faut-il prendre tant de risques et mourir à la fin pour un résultat escompté qui ne viendra peut-être jamais et qui fera même son effet contraire (un attentat fatal contre Charlie) ou mettre la pédale douce pour prendre son temps, prendre patience, et savoir user de ruses de Sioux pour accomplir des changements profonds  dans le cœur des êtres humains ? Charlie a payé trop trop cher. Il ne méritait pas ça. Et la moindre, c'est d'espérer que cette fois ce que Charlie cherchait chez les musulmans, il l'obtienne avec nous tous. Ce serait une victoire après un crime épouvantable.

Revenons à la liberté d'expression de tout un chacun. Une idée scandaleuse peut s'exprimer chez tout individu. Tant que le passage à l'acte n'est pas commis ou que cette parole n'est pas de la diffamation ou une menace de viol ou de mort, par exemple, envers quelqu'un, il n'y a pas de quoi aller en justice. Cette parole scandaleuse, nous y avons tous droit tant que nous ne cherchons pas à l'ériger en système collectif. Le problème c'est de savoir ce qu'une parole scandaleuse ne puisse devenir un jour admise par le système. Les pionniers qui ont parlé de l'avortement légal avaient-ils le droit de parler en leur propre nom sans se faire lyncher et d'en faire ensuite un combat de société pour que la majorité du peuple l'accepte un jour. Pour les catholiques intégristes, ce crime d'avant reste un crime toujours. Pour les progressistes, c'est la femme (avec l'homme) qui sont responsables de cette vie à donner ou pas pour diverses raisons privées. Dans le champ politique, il y a des idées dangereuses qui sont parfois bloquées par le peuple. Une idée fasciste qui prône le renvoi des musulmans dans leur pays d'origine est une idée indéfendable. Mais on peut la dire en tant qu'individu. C'est la liberté d'expression. Mais a-t-on le droit d'en faire un combat politique et de porter cette idée au pouvoir ? Pour moi, c'est clairement non. Hitler ne serait jamais arrivé au pouvoir si l'Allemagne démocratique avait interdit son parti politique à temps et mis en prison des hommes qui prônaient politiquement le silence puis l'extermination des juifs, des artistes, des tziganes, des malades mentaux, et des handicapés.

D'où les sophismes de Monsieur Montabert. La liberté d'expression ne permet pas tout, pas absolument tout. Et ce qui est juste à l'équilibre précaire dans l'espace public peut effectivement être discuté voir censuré selon la sensibilité du média. Les dessinateurs de presse en savent quelques choses. Ils ont des dessins interdits dans leur tiroir que le rédacteur en chef leur a refusé... Chappatte le premier, je crois.

Pour terminer, j'en viens à mon titre de ce billet. Faut-il créer des espaces publics différents pour se permettre toute la liberté d'expression ? On connaît l'Histoire des Murs. On pourrait créer des carrés sur la planète avec des murs géants. On y mettrait les musulmans dans un, les chrétiens dans un deuxième, les juifs dans un troisième, les athées dans un quatrième, ainsi de suite pour toutes les religions du monde. Mais l'Histoire nous enseigne que les êtres humains sont beaucoup plus que leur religion. Ils sont des citoyens et citoyennes de ce monde avec une identité mixte, colorée, multiculturelle. Ces gens ne se réduisent pas à des carrés et des murs où on les y enferme. Ces gens font exploser les murs et ouvrent l'Humanité à des valeurs fondamentales de partage et de différences. Ces gens savent aussi que la liberté d'expression est un bidon d'essence. Et que ce bidon d'essence, il vaut mieux le mettre dans le réservoir de l'Humanité pour qu'elle avance sur la route plutôt que de le jeter sur elle pour qu'elle saute dans une guerre civile.

Alors si Charlie proposait d'interdire le Front National, c'est que peut-être il avait compris que ce parti préférait jeter le bidon d'essence sur les banlieues de Paris plutôt que de mettre l'essence humaine dans son moteur pour que l'Humanité avance encore sur des chemins démocratiques.

http://stephanemontabert.blog.24heures.ch/archive/2015/01...