21/06/2015

"Sea Migrant Pride" pour le respect et la dignité des exilés

Les couleurs de l'arc-en-ciel. Les couleurs de la nation de Nelson Mandela, l'Afrique du Sud, pays emblématique de la pratique de l'apartheid.

Mais aussi les couleurs de la communauté LGTB et de ses manifs pour la reconnaissance, la légalité, la visibilité, l'égalité.

Des couleurs pour dire que nous sommes tous des êtres humains qui se devons d'être frères et sœurs si nous ne voulons pas nous entre-tuer et nous entre-dévorer sur la base de préjugés, de désir de supériorité, de certitudes dogmatiques quant à notre position sociale, culturelle, cultuelle.

Pour les musulmans, le mois du ramadan exprime tout cela. Le djihad de la modernité n'est pas dans cette haine de l'autre et de soi qui demande le sacrifice de sa vie dans des attentats terroristes. Le djihad moderne est dans l'amour de l'autre et de soi qui demande de sacrifier au confort de sa propre existence pour venir en aide aux exclus de notre monde sans distinction de couleurs, de religions, ou de races.

Un bon musulman n'a pas à respecter à la lettre le Coran mais bien son esprit. Un bon musulman est celui qui saisit le sens du temps, qui avance dans la vie avec l'espoir de donner un petit quelque chose au monde sans en attendre une récompense immédiate, qui mène un combat quotidien contre les injustices de notre époque, qui s'en remet à Allah quant à son destin final.

« Sea Migrant Pride », la Pray Pride que je pratique à l'intérieur de mon âme et de ma conscience. Si t'es un bon musulman, un bon chrétien, un bon juif, un bon bouddhiste, un bon athée, ou tout simplement un bon être humain, il est l'heure de pratiquer la « Sea Migrant Pride »

 

20/06/2015

Nemo M'Bobo, frère d'Afrique, vous écrit

Beaucoup de gens s'interrogent sur le sens actuel du mot « multiculturalisme » à l'heure où l'afflux d'immigrés débarquent sur les côtes européennes...mais pas seulement...et même nettement moins qu'ailleurs dans les pays limitrophes des lieux de catastrophes climatiques ou de guerre.

Beaucoup traitent le modèle multiculturel de nouveau totalitarisme orchestré par une oligarchie économique surpuissante qui s'accommode fort bien de ce mélange des peuples et de l'ouverture des frontières pour pratiquer un dumping éhonté sur les salaires en appauvrissant l'immense majorité des peuples. Beaucoup ne veulent pas de ce modèle et désirent ardemment le retour aux nationalismes les plus étroits pour régler une société sensée faire la part belle aux racines et au sang d'origine.

Beaucoup voient en l'étranger une immense menace de dissolution et de dislocation nationale au profit d'un chaos dirigé par toutes sortes de mafias qui s'attribueraient les pouvoirs dans une complète anarchie et une disparition lente des Etats centraux.

Beaucoup, enfin, se sentent menacer dans leur identité, leur droit au travail et à leur confort, leur droit à leur tranquillité, leur droit à leur terre, sans se faire bousculer par cet Autre venu d'ailleurs qui n'avait jamais mis les pieds dans nos contrées auparavant et qui ne mériterait pas forcément notre attention, notre aide psychologique et matérielle.

Dans le sens le plus étroit de l'égoïsme d'une nation, de sa protection intérieure, de sa paix sociale, tous ces arguments peuvent être pris en compte. Un pays se doit d'équilibrer au mieux ses richesses humaines et matérielles sans semer un chaos indescriptible parmi les populations et les communautés.

Dans le sens le plus large du droit d'exister sur la Terre, tous ces arguments ne pèsent pas grand chose alors que nous vivons en pleine globalisation, que nous voyageons partout dans le monde, que nous échangeons avec le monde entier, et qu'instantanément nous savons parfois mieux ce qui se passe dans le monde pour telle ou telle personne que dans notre entourage familial où les petits secrets de famille subsistent bon gré mal gré.

La question n'est pas de savoir si la souveraineté nationale prime sur la souveraineté individuelle du droit à voyager et à s'établir quelque part sur la Terre. La question est de savoir si nous donnons le droit à tout un chacun à une existence décente et durable où si nous nous considérons franchement supérieurs à plus faible que nous, plus malheureux que nous.

Imaginons un seul instant une catastrophe dans une centrale nucléaire helvétique. Quelque 2 millions de Suisses perdent immédiatement des proches, les survivants, eux-mêmes, sont atteints par la radioactivité dégagée qui va les rendre malades pour le restant de leur vie. En même temps, ils perdent maison et travail. Ils n'ont plus rien...sauf, peut-être, quelques économies placées en banque. Ils doivent immigrés. En Suisse, dans les régions restés salubres pour la vie, il n'y a pas assez de place pour tous. Les pays voisins refusent d'accueillir cette population qui n'a plus rien... A la perte de tout, les Suisses se voient refuser l'accès à l'Europe, à la protection de pays voisins et alliés...

Que penserions-nous de nos voisins européens ? Quelle image, si ce n'est l'image de voisins fascistes prêt à nous laisser en camp de concentration et mourir à petit feu, aurions-nous d'eux ?

Et bien maintenant, il nous faut comprendre l'image que nous donnons aux peuples d'Afrique et aux pays arabes qui cherchent aujourd'hui leur démocratie dans un mouvement incontrôlé et tellement cruel par le nombre de guerres et d'actes terroristes qu'ils connaissent : anciennement colons et peuples esclavagistes, aujourd'hui, les Européens, peuples génocidaires qui refoulent vers la mort des gens qui ont tout bravé pour arriver chez nous et qui veulent enfin trouver un sens à leur existence.

L'Europe n'a pas de solution au problème de l'immigration ? L'Europe se sent submergée par des vagues de personnes dont le profil semble échapper à une bonne intégration chez nous ? L'Europe n'a de mieux qu'à construire un peu partout des murs pour endiguer l'afflux des réfugiés ?

Alors si cette impuissance d'accueil européenne est devenu notre marque de fabrique à défaut de trouver quelque chose de mieux, il est temps pour nous de ne plus se lancer sur les plages de sable fin d'Afrique en demandant aux populations locales de nous accueillir les bras ouverts. Nous ne méritons plus notre statut et étiquette de Blanc européen, démocrate, citoyen courageux de la défense des libertés, de l'égalité, et de la fraternité entre les peuples. Nous méritons le terme de sinistre égoïste venu profiter du bien-être touristique de l'autre côté de la Méditerranée dont nous ne méritons plus vraiment l'avantage et le suprême privilège de passer des vacances au soleil grâce à des revenus élevés bien au-dessus de la moyenne des peuples d'Afrique.

A méditer...

 

Nemo M'Bobo, frère d'Afrique

 

 

2015-06-20 01.34.38.png

 

 

 

2015-06-20 01.34.388.png

 

 

 

2015-06-20 01.36.40.png

 

 

 

2015-06-20 01.36.400.png

 

 

 

2015-06-20 01.37.15.png

 

 

 

2015-06-20 01.42.177.png

NEMO M'BOBO

 NAUTILUS'CAPTAIN

WANTED

 

 

 

2015-06-20 01.45.0777.PNG

 

 

 

20150620_01314777777777.JPG

 

 

 

19/06/2015

Quel comique ce Nicolas Sarkozy !

Cela commence par une fuite d'eau dans la cuisine. Le plombier arrive en urgence et dit à Madame, affolée par la soudaine montée des eaux:

"Bon ben, j'ai la solution. On va en garder la moitié pour la cuisine, un huitième pour le séjour, un autre huitième pour la salle de bain, un autre aussi pour la chambre des enfants et, si ça ne suffit pas, on déplacera un dernier huitième d'O dans votre chambre à coucher, si votre mari y consent, bien évidemment."

Craignant la tentation par noyade amoureuse et un coït extra-conjugal, Madame hésite mais la fuite persiste...

A l'énoncé de la plaisanterie, ce cher Nicolas reste coi devant l'aplomb irrésistible du plombier et les songes hésitants de Madame...

Restons sérieux en nous éloignant des gauloiseries maritimes. Tous ces migrants débarquant sur les côtes de la France risquent de faire perdre le contrôle politique de la nation. Et puis, dans le lot, il y a sans doute quelques candidats djihadiste amis d'Aqmi ou d'Isis. Et là, ce n'est plus une fuite d'eau dans la cuisine et le plombier qu'il faut appeler mais carrément l'armée pour empêcher que l'eau se transforme en feu. Il faut dire que les réfugiés ont toutes sortes de vertus et des vices aux qualités transformistes extraordinaires auprès de nos politiciens : nuage apocalyptique de sauterelles pour Dominique Baettig, animaux marins perçant la conduite d'eau de Madame la Marquise pour envahir la famille et son intimité selon Nicolas Sarkozy (qui n'est pas allé si loin dans la monstration pour cause de censure et d'heure d'écoute très fréquentée par les enfants, ndlr).

Mais, dans leur catalogue des horreurs, nos politiciens ont oublié de citer le poulpe géant du cru, la pieuvre mafieuse et maléfique à la croix blanche qui va protéger les nouveaux arrivants du haut de son rocher. Visqueux, horrible à regarder dans les yeux, d'une odeur marine insoutenable le monstre marin, le Nautilus Helveticus, pourrait bien donner des idées à Madame la Marquise. Mais chuuuut. Nous sommes au NIFFF (donc à Neuchâtel) dans une fiction gore érotique qui fout la trouille aux politiciens tels que Nicolas Sarkozy.

Le poulpe est entrée dans la maison nippone. Pas dans la maison cochonne des Français. Dans la maison nippone. Nautilus Helveticus repartira-t-il sans histoire par la mer pour rejoindre sa Mer de Chine ou essuiera-t-il ses larmes de crocodile dans une geôle française ou italienne après une course poursuite médiatique ? Attention alors aux fuites d'eau dans les journaux. Cela pourrait bien se transformer en tsunami. Et en prison, il y a des bestioles blanches, métisses, ou noires encore plus graves que sur les galets de Vintimille qui pourraient saluer l'oeuvre du poulpe...

2015-06-19 11.25.31.png

Une fuite d'O agrippée sur un rocher de Vintimille

d'après une œuvre de

Katsushika Hokusai

 

 

Tako to ama 蛸と海女"La femme de la mer et le poulpe

 

Le Nautilus Helveticus et un crustacé érythréen croquant l'âme bleue d'une Française d'origine japonaise

 

 

18/06/2015

Vintimille Mobilis in Immobile

Quel est ton mobile

pour ce crime parfait?

Mobile en bien.

Mobilis in immobile.

 

Quel est ton mobile

pour cette folie électrique?

Mobile en bien.

Mobilis in immobile.

 

Trop de murs

plus assez d'amour.

Trop de murs

plus assez d'amour.

Et plus de rockers

pour laver la puanteur

de nos richesses matérielles.

 

Et puis faire tout exploser

dans les coeurs;

et puis faire tout exploser

pour la musique des coeurs;

et puis faire tout exploser

et ne plus être l'otage de la peur.

 

Y a-t-il encore des rockers

cachés dans les rochers de Vintimille?

Y a-t-il encore du rock'n'roll

caché dans les rochers de Vintimille?

 

Pour enflammer les coeurs

des publics plongés dans la torpeur.

Pour la dignité de nos voyageurs insensés

sans papiers, sans domicile,

proies trop fragiles et faciles

de notre mondialisation qui vacille.

Tous cachés cet été dans les rochers de Vintimille.

 

Quel est ton mobile

pour ce crime parfait?

Mobile en bien.

Mobilis in immobile.

 

Quel est ton mobile

pour cette folie électrique?

Mobile en bien.

Mobilis in immobile.

 

Rendez-vous à Vintimille

 

juillet-août 2015

avec guitares, bass,

batteries et toute la Zic!

 

Captain Nemo

 

Captain Nemo et les immigrés

« La mer est le vaste réservoir de la nature. C'est par la mer que le globe a pour ainsi dire commencé, et qui sait s'il ne finira pas par elle ! Là est la suprême tranquillité. La mer n'appartient pas aux despotes. À sa surface, ils peuvent encore exercer des droits iniques, s'y battre, s'y dévorer, y transporter toutes les horreurs terrestres. Mais à trente pieds au-dessous de son niveau, leur pouvoir cesse, leur influence s'éteint, leur puissance disparaît ! Ah ! monsieur, vivez, vivez au sein des mers! Là seulement est l'indépendance ! Là je ne connais pas de maîtres ! Là je suis libre! »

 

« Vingt Mille lieues sous les mers » Jules Verne

 

Bernard Buffet - Vingt mille lieues sous les mers, le poulpe géant - 1989
HST - 233 x 309 cm - © ADAGP

 



2015-04-23 08.56.44444444444444444.PNG