18/06/2015

Ibrahim c'était mon surnom à Tenerife

Entre la mer et la route

ces rochers devenus ma chambre

cette mer mes latrines

et ma salle de bains

ma laverie pour mes rêveries

et mon miroir pour ta lamaserie

 

Sur une pierre à peu près plate

Abdoulaye souffre beaucoup

de ses nuits qui éclatent

entre ses heures d'inexistence

et le silence des touristes débonnaires

en route pour les stations balnéaires

 

Assis sur le muret

sourd et muet

il crache aux véhicules des lamas :

 

toi, tu penses qu'un jour on passera en France ?

Toi qui danseras bientôt sur mes plages

entre tequila boum boum et mojitos,

tu crois que ma place est en France

ou quelque part au fond de la mer ?

 

Entre la mer et la route

ces rochers devenus ma chambre

cette mer mes latrines

et ma salle de bains

ma laverie pour mes rêveries

et mon miroir pour ta lamaserie

 

Comme une sentinelle

je resterai planté sur ce rocher

imperméable aux appels

Comme une sentinelle

je serai l'Européen devenu étranger

se tenant debout face au danger mortel

de l'indifférence et de l'absence

 

Captain Nemo remonté de la mer

pour parler aux gens de la Terre

avant la fin mondiale de la guerre

 

 

http://www.liberation.fr/societe/2015/06/15/des-migrants-...

 

 

Vintimille banlieue sur la mer

C'est doux la vie. C'est doux comme Seydou, 17 ans, chercheur d'identité vers la France. C'est doux mais cela devient tellement amer quand on te refuse une place sur la Terre. Alors on change d'identité, on change de peau, on se fait caméléon et on devient camé comme un Léon ou cramé comme un lion.

J'ai 17 ans. J'ai changé de peau, de couleur, de pays. J'ai 57 ans et je crois que les quarante ans qui nous séparent me rajeunissent comme un paquebot mis en quarantaine si longtemps, rouillé dans ses huiles, rejeté à la mer, abandonné de sa patrie. J'irai. Mais le secret reste de savoir où et comment j'irai échangé mon identité contre la tienne. Capitaine Nemo n'a pas écrit son dernier mot.

 

2015-06-18 09.51.21.png

 

2015-06-18 09.51.2111.png

 

2015-06-18 09.51.211.png

 

2015-06-18 09.56.36.png

 

 

17/06/2015

L'amour des animaux, la haine du trop-plein d'humains

Que faire de tous ces échouements, de tous ces anonymes qui, tels des crustacés indésirables échouent sur nos côtes européennes ?

Que faire quand tant d'énergie...et de beauté plastique...se déploient sur nos médias pour que les êtres ne bouffent plus d'animaux alors qu'ils se bouffent le museau entre eux...

Que faire quand tant de richesses est mise à contribution pour armer des reptiles sans foi ni loi qui vont raser villes et villages, tuer et violer avec une sauvagerie effroyable, prendre le contrôle de territoires et de richesses qui les rendront encore plus tyranosauriens, plus impitoyables avec leurs congénères ?

Que faire de ces enfants, de ces femmes, de ces hommes qui demandent juste un territoire de sécurité pour échapper au pire, à l'oubli, à la déchéance, à la mort prématurée ?

Les animaux de boucherie sont des êtres humains pris pour cible par des cannibales qui n'ont aucune considération pour la vie humaine. Les animaux de boucherie ont des prénoms, Saül, Maria, Nafissatou, Ali, et tous les autres prénoms qui habitent cette Terre.

Le scandale n'est pas de mener une vache à l'abattoir ou une truite sur l'étale de la poissonnerie. Le scandale c'est de perdre son humanité en maltraitant les animaux mais d'abord les animaux humains que l'on enferme dans des bunkers, que l'on expulse après qu'ils ont frôlé la mort dans la fuite de la mort et qu'ils ont survécu pour échouer sur nos plages morts de faim, mort de peur, mort de soif...et pourtant vivant d'une humanité saisissante.

Cet été, si vous n'avez rien à faire dans les hôtels de plage, risquez-vous à faire la connaissance de quelques émigrés coincés sur quelques rochers de mer. Le poulpe que je suis pense se rendre quelque part où les oubliés campent entre deux bordures d'autoroute et où défilent des centaines de milliers de touristes partant pour la plage...en oubliant que la Méditerranée est hantée par les cadavres de celles et ceux que nous avons tout simplement rejeté dans leur oubli et renvoyé à la mort par manque d'assistance à personnes en danger de mort.

En temps normal, notre loi démocratique poursuit en justice toute personne qui ne porte pas assistance à un naufragé. Mais comme les justiciables sont en premier chef nos propres chefs de gouvernement, notre justice a fabriqué une loi d'exception réservée à celles et ceux qui ont le bon passeport, la bonne couleur de peau, et la bonne formation professionnel.

Pour les autres, l'assistance n'est pas nécessaire. Il est même recommandé de laisser faire la nature afin que les crustacés trop nombreux débarquant sur la plage s'effacent comme par miracle de nos yeux et de nos consciences.

 

Révoltez-vous!...avant que ce ne soit vous qui deveniez le réfugié qui ne trouve plus d'amis, plus de terre, plus de sécurité sur cette Terre.

 


MC COCO - JANN HALEXANDER : Déracinés quand même par Laloulinemusic

Tu n'as jamais fini de partir

 Le cycle des passions

allume le ciel et la terre

quand se lisent tes funèbres oraisons

qui animent mes enfers

 

Pourquoi ta liberté

n'est pas bonne à prendre

puisque tu me tends la cordée

pour ma damnation et me pendre

 

Pourquoi ma pensée

n'est pas prête à voyager

puisque à tes boues lactées

je me suis déjà condamné

 

Ne t'arrête pas sur les faiseurs d'anges

ils pourraient nous faire avorter

N'écoute pas les faiseurs d'anges

ils nous empêcheront de voyager

et de donner naissance

dans le creux de tes reins

aux senteurs de mes essences

qui illumineront tes seins

 

Je fais l'amour

jamais rassasié

je fais l'amour

anesthésié

je fais l'amour

jamais bien éclairé

je fais l'amour

à des natures mortes de musée

 

Quand est-ce que je ferai l'amour

à une femme aux passions partagées 

 

De nos débats tu as taillé dans le vif

mes sentiments les plus obscurs

je me débats entre tes élégantes griffes

pour connaître la rédemption et l'azur

 

Sauras-tu déposer tes valises

et viendras-tu valser dans mon monde

 

16/06/2015

Désolé Zahia. Je vais continuer à croquer du jarret...

Mais comment peux-tu te présenter comme ça dans le plus simple appareil en quelques morceaux de bidoche toi qui a fui le monde de la prostitution, toi qui sais bien que l'abattage des filles existe bel et bien dans le monde du proxénétisme le plus pervers?

Mais comment fais-tu pour te comparer à une vache que l'on conduit à l'abattoir toi qui a fui la rue, son monde impitoyable, pour te réfugier dans quelques palais dorés pourvus de pâtisseries en tous genres ?

Il y a des millions d'années, une espèce animale est apparue. Elle s'appelait homo sapiens mais elle ne le savait pas encore de son nom scientifique. Cette espèce a été cataloguée dans la catégorie omnivore, parmi les espèces animales qui mangent de tout, y compris de la viande selon un régime alimentaire varié.

Combien d'animaux mangent d'autres animaux sur Terre sans faire de leur festin des actes de culpabilité ? N'as-tu pas un combat tellement mieux à supporter en soutenant par exemple les enfants qui meurent de dénutrition, de maladies non soignées, de guerres organisées par des prédateurs cannibales qui s'attaquent à ta propre race ?

Et puis tu n'es pas crédible en présentant ton fessier comme un morceau de choix qu'on appelle le jarret. Parce que là...désolé de te dire comme ça crûment, je crois que tous les hommes de la planète ne pourraient pas résister devant les jeux affolants et affriolants de ta tentation diabolique. Et s'il faut mourir par une broche, autant que cela soit la tienne et moi l'animal finalement sacrifié.

Je me dirais alors que le bel animal qui m'a bouffé est cette féline qui jouait au football et qui m'a un jour lu sur mon blog en me remerciant dans un commentaire du soutien d'un mac affectueux ne supportant pas que l'on abatte sur la place publique une fille de joie qui savait procurer du plaisir et du rêve artistique à un homme. Alors tu as trouvé ta propre voie...

Je suis du côté des félines qui donne un sens artistique à leur prostitution et je ne supporte pas leur abattage par des bouchers machos qui ne connaissent rien à la féminité et à la sensualité.

Bien à toi, chère Zahia rêveuse, si tu me lis au lit...en végétarienne bien infidèle à la cause animale que je représente...

 

Photo de Zahia Officiel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

15:35 Publié dans Zahia Dahar | Lien permanent | Commentaires (4) |