13/06/2015

Helly Luv, la diva peshmerga

L'égérie pop des combattants kurdes résistant contre l'avancée des djihadiste d'ISIS  a créé un clip vidéo en faveur de la liberté de tous les peuples du monde et contre la guerre.

Mais comme pour gagner la paix, il faut combattre le terrorisme international, point de salut par la chanson. Il faut porter l'uniforme et l'arme. Il faudra encore beaucoup de sang et de larmes avant de se libérer de cette idéologie fasciste qu'est l'islamisme radical.

http://www.lematin.ch/monde/diva-pop-kurde-pose-egerie-antiei/story/2787144

 

 

 

Relaxe, DSK

Plus de dodo dans la saumure derrière les barreaux, DSK. Juste quelques murmures vidéos dans la chambre à baiser et des rodéos porno à satiété avec ta petite realdoll, ta poupée de luxe achetée sur le trottoir du marché du sexe qui ne te coûtera qu'une seule fois une somme rondelette avant de t'appartenir à vie, avant de jouer avec tous tes désirs, avant de te donner réponse immédiate à toutes tes frustations, avant de pouvoir la déchiqueter après l'avoir baisée par tous les trous, avant de la jeter, par une geste final sacrificiel, dans le vide-ordure et la brûler sur le bûcher d'un incinérateur en la regardant fondre dans son silicone avec ce dernier rictus désespéré dans le regard juste pour te signaler qu'elle aurait voulu pouvoir te dire "je t'aime" au moins une seule et unique fois au nom de toutes les femmes que tu n'as jamais su baiser qu'à travers la brutalité du rapport de force. Plus de dodo dans la saumure derrière les barreaux, DSK. Plus de menottes, plus de dégât d'image, plus d'avocat, plus de juge, plus de Femen, plus de médias, plus de public, plus de barreaux, plus de cauchemar, plus de réparation, plus de culpabilité, plus de crime, plus de femme réalité. Qu'une nappe de pétrole devenu femme plastique, une princesse en or noir et son porte.jarretelle, son regard lubrique qui te transporte au huitième démentiel et sa voix suave distillée sur un logiciel.

 

Mais relaxe, DSK.

Ton nouveau sex symbol

s'appelle Realdoll 2806.

Elle t'attends à l'hôtel Carlton

où tu pourras jouer Joe Dalton

dans une partie de Sofitel avec elle

sans rencontrer dans ton hold-up

le cow-boy tirant ses coups au ketchup

les plus belles poupées de son pick-up.

Elle sera là, à vie, rien que pour toi

comme une sexclave noyée dans ton sperme.

 

Mais relaxe, DSK.

Ton nouveau sex symbol

s'appelle Realdoll 2806.

Femme de ménage métisse de peau,

soumise et foutue comme tu voudras.

Tu pourras jouer au SM

dans la suite présidentielle numéro 2806

TWO EIGHT O SEX

et t'envoyer au 8ème démentiel

avec ses huiles essentielles,

son regard lubrique et son porte-jarretelle.

 

 

2015-06-13 08.07.066.PNG

 

12/06/2015

Ex-femme des sixties et des années folles...

Silicone girl

Realdoll.

C'est l'amour des pauvres

qui te console

et la mort des riches

qui te désole.

Idole de l'homme esseulé

abandonné de sa babydoll,

que feras-tu de la chair humaine?

 

Intelligente, artificielle,

sensuelle, sexuelle.

Virtuels les filles

et leurs sentiments

dédiés aux fleurs du mâle.

 

Où sont passées nos icônes

remplacées par des connes de l'esprit

fuyant l'homme et son désert sensuel?

 

 

2015-06-12 07.40.077.PNG

 

 

2015-06-12 07.40.0777.PNG

 

 

2015-06-12 07.40.07777.PNG

 

 

2015-06-12 07.40.077777.PNG

 

 

2015-06-12 07.40.0777777.PNG

 

 

2015-06-12 07.40.07777777.PNG

 

 

2015-06-12 07.40.077777777.PNG

 

 

2015-06-12 07.40.0777777777.PNG

 

 

2015-06-12 07.40.07777777777.PNG

 

 

2015-06-12 07.38.48.png

 

 

11/06/2015

Gainsbourg par Gainsbourgh

 

Le couloir de la mort

 

Le mascara dégouline sur ton visage.

Mais aux armes. Elle se taira.

Le salaire de la peur.

Le salaire qui te fait peur.

 

Il était une fois dans sa vie

un cow-boy un peu solitaire

traversant tes champs solaires

le colt toujours prêt,

le colt bandé, paré pour le coït,

avec toi, plongée dans ma nitroglycérine.

 

Le mascara dégouline sur ton visage.

Mais aux armes. Elle se taira.

Le salaire de la peur.

Le salaire qui te fait peur.

 

Il était une fois un homme

acteur branché sur son secteur

maître chanteur au sommet

traversant tes déserts lunaires

le regard toujours prêt,

le pétard affûté, paré pour le coup de feu,

avec toi, tirée comme une lapine.

 

Le mascara dégouline sur ton visage.

Mais aux armes. Elle se taira.

Le salaire de la peur.

Le salaire qui te fait peur.

 

Allons ma fille de la partouze

Entends-tu mugir

ce féroce soldat,

amour sacré de sa penthouse

branchée dans tes serrures.

 

Je chante comme un pied

et toi comme une cheville

prise devant ma Bastille.

Mais toi, ma biche, prends garde.

Aux armes, elle se taira.

 

paroles: Gainsbourgh, pianiste de bar

musique: Hungry Ghost, "No prior Convictions"

interprète: le fantôme de Gainsbar

 

La Jet-Setteuse d'Encre

 

2015-06-09 09.16.322222.PNG

 

 

2015-06-11 09.55.02.png

 

2015-06-11 09.56.14.png

 

 

2015-06-11 09.59.44.png

 

 

2015-06-11 09.57.51.png

 

 

2015-06-11 10.01.18.png

 

 

2015-06-11 10.02.03.png

 

 

2015-06-11 10.07.544444.PNG