14/09/2015

Pourra-t-on vivre sans honte avec une jungle africaine en Europe?

Maintenant que les gestes politiques de solidarité se multiplient pour les Syriens à la suite de la Chancelière allemande Angela Merkel, de plus en plus d'élus tentent de passer sous le tapis ce qui se passe actuellement aux frontières françaises de Vintimille et Calais ainsi que dans nos villes où peu à peu des ghettos illégaux naissent spontanément avec des personnes refusées de partout mais soutenues par un nombre important de mouvements humanistes qui tentent de rendre visible ces personnes, pour la majorité de peau noire, exclues de nos lois en matière d'asile.

Pour quel résultat escompté de nos populations et politiciens? Leur retour chez eux? L'arrêt du flux migratoire et de la traversée de la Méditerranée? Si c'est cela, alors nous savons d'avance que cette politique de l'autruche sera vouée à l'échec. Car plus on refusera ces personnes en les empêchant de s'intégrer légalement chez nous, plus une société parallèle se créera avec tous les risques que cela impliquera: risques sécuritaires, risques sanitaires, risques de conflits violents entre les forces de l'ordre et les illégaux soutenus par des Européens qui n'acceptent pas la politique actuelle de nos gouvernements à l'égard de ces jeunes gens venus chercher un refuge et un futur chez nous.

Combien de dizaines de milliers d'Africains sont-ils actuellement bloqués en Italie, sans situation légale, vivant en des lieux d'insalubrité sanitaire? Combien sont-il en France, en Allemagne, en Suède, en Angleterre? Peu à peu, il s'installe une situation affolante où des êtres humains n'ont plus aucune identité légale, plus aucun droit aux prestations de l'Etat, donc aussi plus aucun devoir vis-à-vis du pays dans lequel ils survivent. En laissant la situation se pourrir, les politiciens portent une lourde responsabilité sur ce qui risque d'arriver dans l'avenir: évacuation brutale des ghettos créés, morts et blessés suite aux violences, emprisonnement de citoyens et citoyennes Noirs en attente d'une future expulsion vers leur pays d'origine, emprisonnement de citoyens et citoyennes Européens légaux qui seront piégés dans leur défense des migrants.

Soit un désastre total pour l'Europe et son image démocratique, une haine encore plus marquée pour ses valeurs hypocrites, une incompréhension terrible parmi les populations et les médias africains qui relaieront les infos.

Europe, réveille-toi? Suisse, lève-toi! Une politique d'extrême-droite, raciste, et totalitaire envers les migrants provenant du Continent africain est la pire des politiques. Avant que nos populations se cognent contre les murs que l'on est en train de créer entre eux et nous, que les barricades se dressent dans nos villes, que la guerre civile entre légaux et illégaux soutenus par de nombreux légaux qui veulent défendre le droit des illégaux à être reconnus parmi nous, il est temps de dire à nos politiciens et politiciennes:

"CELA SUFFIT! STOP À UNE POLITIQUE DISCRIMINATOIRE ENVERS LES MIGRANTS AFRICAINS"

Venez nombreux et nombreuses demain soir 15 septembre 17.30h à la manifestation en faveur d'une politique d'asile ouverte et généreuse pour tous et toutes sans distinction de race et de couleur de peau.

L'active Chauve-Souris de Vintimille

2015-09-14 01.322.PNG

WE ARE NOT GOING BACK!

2015-09-14 011.PNG

NOUS NE LÂCHERONS RIEN!

 

13/09/2015

L'ouverture des frontières par les Red Bulls de Vintimille

Nous attendons la fin de la discrimination migratoire et le début d'une politique d'asile qui tient compte de la situation réelle des gens qui arrivent chez nous.  La Suisse n'en fait plus assez. Renvoyer des personnes vers le pays d'entrée en Europe sous le prétexte du processus de Dublin n'est plus tenable sauf à ignorer les guerres dans le monde. Il faut donner des ailes à la politique d'asile par des actions qui frappent les imaginations.

 

2015-09-12 16.1000.png

 

 

2015-09-12 166.PNG

 

12/09/2015

Le bouclier sacré du Balzi Rossi

C'est un joyau inconnu, une sorte de pierre protectrice des habitants qui campent aux pieds des Roches Rouges. Encore un de ces cailloux du hasard comme on dit enfant du hasard. Il y a comme un ange qui y vit. Il ressemble à un personnage de la Grèce antique. Insaisissable, il veille sur les migrants et activistes du No Border Camp.

Comparable à une réponse à la propagande fasciste de l'extrême-droite, le bouclier sacré du Balzi-Rossi efface toutes les affiches nauséabondes des riches racistes qui peu à peu tombent dans le néo-nazisme tout en s'admirant dans le miroir pipolesque...tellement grotesque...tellement ubuesque de notre temps.

2015-09-12 01.466.PNG

 

 

2015-09-12 01.46.32.png

 

 

2015-09-12 01.4666.png

 

 

11/09/2015

Homo maledictis ou Homo benedictis?

Les Humains de notre temps ont découvert en Afrique du Sud les ossements de créatures du type humanoïde datant de quelque 2 millions d'année. Enfin, c'est ce que pensent certains scientifiques. Parce qu d'autres contestent les révélations fracassantes d'une ex nouvelle espèce du genre humain qui viendrait perturber l'ensemble de nos connaissances sur notre espèce.

L'histoire est jolie. Les ossements ont été découverts dans une grotte assez inaccessibles sauf à des humains assez peu corpulents et de petites tailles. Le lieu serait en fait une sépulture, un endroit où les homo naledi (l'étoile qui monte) enterraient leurs morts...ce qui les rattacheraient à nous autres, homo sapiens sapiens de façon extraordinaire.

On peut voir les choses autrement et surtout moins positivement. En lieu et place d'endroit sacré réservé aux morts, la grotte pourrait tout aussi être un lieu d'éradication d'une tribu sur une autre, une sorte de cimetière génocidaire réservé à celles et ceux que les Autres ne voulaient pas, soit que la tribu fut attaquée par cette autre tribu et qu'ils ont finalement remporté la victoire contre l'agresseur, soit qu'eux-mêmes furent les colonisateurs d'un lieu occupé par d'autres. Il fallait donc qu'une des deux tribus soit rayée de la planète...

Du coup, cela nous ramènerait à la vitesse de la lumière à nos préoccupations actuelles d'homo sapiens sapiens et notre cimetière marin en Méditerranée.

L'été est chaud et l'automne des grandes décisions arrive. Même pour les êtres humains préhistoriques que nous sommes encore, hélas...

 

Pourquoi dans ma cuisine, ça ne finit jamais avec les couteaux?

Je lis des blogs et des commentaires à satiété. Et je vois qu l'on parle de nombreuses bagarres, de rixes, et autres troubles publiques causés par les problèmes migratoires. On met bien sûr la faute sur les migrants avant tout, pas sur celles et ceux qui vivent depuis toujours ou longtemps chez nous. Le migrant est la cible idéal. Il porte toutes les tares sur lui. En plus de la violence, il nous importe la gale, Ebola, le sida, la peste, et le choléra. J'en oublie sans doute, la folie mentale en particulier.

Depuis bientôt 30 ans, je travaille dans la restauration. Et dans un restaurant, quand il tourne à plein régime, je vous garantis que les situations de stress sont nombreuses durant un service. J'ai travaillé en cuisine avec des gens qui ne parlaient même pas le Français au départ. Si je fais un petit tour des nationalités avec lesquelles j'ai composé, j'ai eu à vivre 10 heures par jour, dans un lieu très chaud et souvent très comprimé, avec des Kosovars, des Turques, des Kurdes, des Pakistanais, des Français, des Algériens, des Marocains, des Italiens, des Portugais, des Camerounais, des Congolais...un ou deux Suisses romands...et quelques Suisses allemands.

Jamais une seule bagarre, jamais un seul couteau n'a volé. Des tensions vites évacuées, des moments de blues quand le service ne se passait pas parfaitement. Mais jamais de violence.

Mesdames et Messieurs qui voyez tant de violence dans les rapports mixtes interculturels, vous êtes-vous déjà frottés à des personnes d'autres nationalités dans votre quotidien?