13/10/2015

L'ordre des "traîtres" et les désordres de la fidélité

Pegida, le mouvement politique d'extrême.droite allemand contre l'islamisation de l'Europe, n'y va pas avec le dos de ses injures pour qualifier l'ouverture des frontières aux migrants par Angela Merkel.

D'aucun et d'aucune voudraient non seulement sa démission immédiate pour traîtrise à la nation allemande mais en plus elle devrait être envoyée au goulag avec tous les migrants et migrantes. Le parti ne va pas jusqu'à dire qu'elle devrait finir dans une chambre à gaz et un four crématoire. Mais c'est sans doute juste pour éviter les poursuites pénales. la dissolution du parti, et la case prison que ses braves âmes composant ce mouvement s'autocensurent.

 

Nous voilà donc bien de retour aux temps des nazis. Il n'y a plus de doute. Et qui dit nazis dit désordre mental, aliénation, soumission à un ordre maléfique. La facilité avec laquelle certaines personnes peuvent considérer comme traître à leur cause d'autres citoyens et citoyennes, dont tout de même ici la première dame d'Allemagne, est assez effrayant. Il faut pourtant remettre certaines valeurs européennes et chrétiennes au point.

 

"Traître à la nation": il faut rappeler que c'est l'Europe des pionniers, l'Europe qui a succédé à la débâcle et à la destruction de l'Europe par deux conflits mondiaux d'une exceptionnelle ampleur dans la monstruosité et le nombre de morts, qui a voulu faire de l'Europe un continent sans frontière dont les peuples pourraient vivre libres à travers la libre circulation des personnes, sans entrave douanière, et avec le droit de s'installer et de vivre sur tout le continent. Si Angela Merkel a étendu ce droit dans l'urgence à d'autres peuples extra-européen en migration suite aux conflits armés, à l'insécurité économique, aux manques de perspectives d'avenir dans leur propre pays, elle n'a pas voulu trahir la cause des droits de l'Homme ni son élan du coeur. Nous pourrions dire que Angela Merkel est traître à la nation mais fidèle à l'humanité entière, fidèle à sa spiritualité découlant de sa foi chrétienne, fidèle à l'anarchiste Jésus mais traîtresse des juges qui se dressent devant elle et veulent faire de la nation allemande une secte blanche et pure aux yeux bleus et aux cheveux blonds.

Cela vous étonne peut-être que j'écrive que Jésus était un anarchiste. Et pourtant, ne vient-il pas renverser l'ordre injuste d'un monde qui prétend tout savoir, tout faire juste, tout faire selon la Loi divine et la loi des prêtres et des gouvernements de l'époque. Jésus partage son temps entre différents milieux de sa société. Il n'hésite pas à fréquenter les notables quand cela lui parait nécessaire. Mais il passe le plus clair de son temps au milieu des défavorisés, les simples ouvriers, les marginaux, et les prostituées dont il prend la défense et veut empêcher la lapidation pourtant inscrite dans la loi religieuse juive. Jésus se fait donc traître à la religion et aux dogmes de son époques mais reste fidèle à sa spiritualité qu'il a approfondi sur les bases de son éducation auprès de ses anciens maitres en religion. Jésus réfléchit. Il ne suit jamais comme un mouton. Jésus fait réfléchir. Il laisse ses amis le contester et lui poser des questions parfois très délicates qui le mettent en contradiction avec sa foi. Jésus est anarchiste. Il ne fixe pas les lois. Il n'écrit même pas. Il n'édicte pas des principes écrits dans le marbre. Il va et ne se retourne jamais. 

Pour en revenir à Angela Merkel, elle a pris une décision super courageuse que seule une femme dotée d'une droiture et d'un caractère hors du commun pouvait prendre. Elle se dresse contre le monde inique de nos sociétés, ne se préoccupe pas des sondages, ignore les avertissements que sans doute bien des personnes de son entourage lui ont promulgué. Elle résiste à tout et à tous. Et pourtant, elle est la femme la plus puissante d'Allemagne et d'Europe.

Si une femme est fidèle aux valeurs de la Charte européenne, c'est elle. Si une femme est fidèle à ses responsabilités démocratiques, c'est encore elle. Par sa "traîtrise" à l'ordre ancien des nations, elle crée les conditions d'un nouveau monde possible. Comme Jésus, elle offre de nouvelles perspectives à l'Humanité, d'autres choix possibles, un royaume plus proche des femmes et des hommes, de la solidarité, de la fraternité. Un royaume plus proche de la loi divine telle que l'ordre démocratique le souhaite. Abattre le dogme de la nation dans un monde qui profite aux dictateurs se servant des frontières pour agir comme ils le veulent sur leur territoire, ce n'est pas être traître aux peuples. C'est donner à la liberté ses ailes pour créer les conditions d'une humanité planétaire libérée de ses conflits armés, de ses haines, de ses aliénations racistes. Une utopie globale pour un monde global? Sans doute. Mais Angela Merkel tente la seule chance de survie que notre Humanité possède encore face aux désastres militaires causés par l'existence des frontières et les nationalismes gonflés au fascisme.

Amie des peuples de la Terre, Angela Merkel remplit formidablement bien son mandat de Chancelière malgré toutes les injures et les menaces qu'elle reçoit en plein visage. Une femme au visage christique dont l'Humanité entière se souviendra pour autant que l'espèce homo sapiens sapiens survivent à ses démons...

 

 

La Madone

 

 Edvard Munch 1894

 

 

08:28 Publié dans MISSIV ATTACK | Lien permanent | Commentaires (6) |

12/10/2015

Munsch, le volcan Krakatoa, et la momie Chachapoyas nous avaient avertis

L'art ne nous livre jamais toutes ses clefs. Parfois, nous nous perdons dans les méandres des oeuvres artistiques sans comprendre vraiment le sens ou la signification d'une oeuvre.

Munsch et son Cri nous hantent depuis plus d'un siècle. Que cache donc ce visage d'effroi? Pourquoi ce peintre a-t-il eu cette vision d'un homme en total état de catastrophe?

The Scream.jpg

 

« Je me promenais sur un sentier avec deux amis — le soleil se couchait — tout d'un coup le ciel devint rouge sang je m'arrêtai, fatigué, et m'appuyai sur une clôture — il y avait du sang et des langues de feu au-dessus du fjord bleu-noir de la ville — mes amis continuèrent, et j'y restai, tremblant d'anxiété — je sentais un cri infini qui se passait à travers l'univers et qui déchirait la nature. »

Edward Munsch, 22 janvier 1892

Les cendres d'un volcan explosé en 1883, le Krakatoa, auraient été responsables de ce ciel rouge sang et Munsch aurait alors eu l'inspiration de ce tableau par télescopage entre ce ciel incroyable et la vision d'une momie péruvienne découverte à Paris.*

En 1981, soit près de 100 ans plus tard, le film d'horreur Scream sort sur nos écrans cinéma. Muni d'un couteau, un psychopathe va semer la terreur dans la ville.

 

Wes Craven's Scream

 

 

De la vision originale de Munsch, des mots écrits dans son journal, et des événements actuels de notre temps, ses guerres, ses crimes terroristes, sa première intifada des couteaux de cuisine en terre de Palestine/Israël, se dégage puissamment le Cri originel de l'artiste.

N'avons-nous donc plus aucune chance de modifier la marche folle de ce monde en perdition, ces foules attirées par les actes de violence, ces gouvernements utilisant de plus en plus la force en se disculpant dans des actions à triple ou quadruple langage pour échapper à la responsabilité de leurs actes d'horreur et pour asseoir un peu plus leur empire?

La Turquie est à nos portes. Et si la Turquie explose dans la violence et que les terroristes trouvent les failles et les vendeurs d'armes prêts à tout pourvu qu'ils s'enrichissent en vendant aux gouvernements et hors des gouvernements alors l'Europe sera sans doute condamnée à faire des choix de guerre qui nous entraîneront dans un enfer dont nous ne connaîtrons pas la sortie. Avec en plus le fascisme intérieur qui agite nos propres populations, voilà de quoi créer un chaos indescriptible. Un dernier sursaut d'humanité avant la fin programmé de l'Homme?

L'artiste suit le programme par écrans interposés et se demande quand est-ce que ses soeurs et ses frères auront une réflexion profonde sur le sens réel de son travail, de sa passion pour la liberté, l'égalité, la fraternité entre nous tous, entre les peuples de la Terre et non des nations, des gouvernements qui nous manipulent de plus en plus et nous poussent à la haine et à la violence. La démocratie est notre ultime chance de nous en sortir vivants des cruautés illimitées de ce monde.

*Source wikipédia

 

 

 

 

Les coeurs cosmiques

 

Dans nos nuits romantiques

Je te suivais sur des routes authentiques

Le vent. les étoiles, l'Orient et puis toi,

tes yeux brûlants et mon soleil en émoi.

 

On aurait pu soudainement croire

que nos vies c'était de l'amour à boire,

de la framboise dans les sous-bois

et tes dentelles sur ta peau de soie.

 

On pouvait déjà  imaginer

toutes les tragédies et les contes de fée.

les jours heureux, la corde au cou, le mariage,

les enfants bénis, et les maudits mirages.

 

Les coeurs cosmiques

ont raté leur big bang.

ils se sont  noyés dans ce triste bang bang,

et ce bain d'automne rouge carmin cosmétique.

 

Nous aimions-nous alors d'amour

ou seulement nos corps

avaient-ils besoin de se sentir en accords majeurs

alors que tu jouais déjà tes accords mineurs

d'une enfant migrant vers sa propre liberté?

 

Tu es seule avec tes deux enfants.

Je suis seule avec mes doutes et mon talent.

Pourrions-nous jouer le bonheur

maintenant que tu es devenue majeure,

libre d'habiter ce continent,

libre d'aimer qui tu veux,

libre comme une femme

qui a conquis cet homme en flammes

écrivant plus qu'il ne vit d'amour

entre les bras de sa déesse?

 

On s'attend quelque part.

Reviendrons-nous de nulle part

pour que nos univers finissent leur magie,

que nos coeurs accomplissent le song et sa liturgie?

 

11/10/2015

Ah! Si seulement c'était de l'or!

Dehors, il va faire de plus en plus froid ces prochains mois. A l'intérieur des coeurs et des esprits, les Européens qui ont encore une âme valeureuse vont se livrer à un combat fratricide contre les extrêmes-droites européennes qui se sont endurcis au fil des arrivées de migrants sur notre Continent.

Ces mêmes extrêmes-droites, que feraient-elles si les bateaux de migrants, au lieu d'enfants, de femmes, et d'hommes, étaient chargés de lingots d'or? Elles feraient comme Hitler. Elles prendraient possession des navires, abattraient les équipages, et voleraient tout l'or (jadis l'or des Juifs...et les oeuvres d'art des artistes dégénérés).

Ils vous diront encore qu'ils sont dans leur bon droit parce que si des navires accostent les côtes européennes chargés d'or c'est que l'or leur appartient alors... Mais il s'agit d'enfants, de femmes, et d'hommes, des migrants et migrantes cherchant une terre d'asile, une nouvelle vie sur une terre démocratique. Ils pensaient trouver en l'Europe une sorte de terre promise, et même un Moïse ouvrant les eaux de la Méditerranée qui, grâce à Dieu, se refermeraient comme par magie sur les tyrans et les barbares sanguinaires qui les ont condamnés à migrer comme les Juifs errants sous Pharaon.

Et voilà qu'ils entrent sur la terre d'un nouvel ogre qui a pour nom le fascisme Blanc, un ogre qui a de tout temps existé mais dont les Blancs avaient semblent-ils chassé de leur horizon en préférant élire le dieu démocratique de la raison, de l'intelligence, de la lumière, promouvant les droits de l'Homme, les ONG non-gouvernementales portant secours sur la planète entière aux peuples en guerre, défavorisés par une situation économique catastrophique, ou subissant des catastrophes naturelles hors de tout contrôle. Ils voyaient en l'Europe la présence d'un Messie bienfaisant, une sorte de protecteur et de faiseur de miracles qui allait les satisfaire et leur offrir cette nouvelle maison de rêve en échange de leur bonne volonté, de leur labeur, de leur intégration au rêve européen.

Ils ne trouvent plus rien que la désolation, la destruction des lieux de survie où de jeunes utopistes et anarchistes rêvent encore d'un autre monde plus humain et fraternel. Ils sont les spectateurs passifs d'une société civile qui se jette dans la gueule de l'Ogre Blanc, ce fasciste très ordinaire au regard de Mussolini, Franco, ou Hitler. Ils constatent que leur bienfaitrice allemande, leur ange qui a ouvert pour quelques jours la frontière sans distinction de couleur, de religion, de pays entre les migrants, est agressée de toute part par les aryennes, et considérée par des démocrates aux ventres mous comme la faiseuse de fascisme, la criminelle de guerre qu'il faut envoyer en prison pour son irresponsabilité au lieu de lui accorder un quelconque prix Nobel de la Paix...

Hors Angie n'a pas voulu autre chose que prendre le contre-pieds du sinistre et cauchemardesque chancelier Hitler. Hors, Angie a voulu chanter l'hymne européen pour tous les peuples de la Terre. Impérialisme allemand? Non. Femme impératrice qui a puisé au coeur même de sa source maternelle pour faire de sa puissance démocratique provisoire une force de bienveillance et de protection.

La Messie s'appelle Angie mais beaucoup veulent la crucifier et lui cracher au visage. Jacques Delors pourrait encore dire une vérité bien appuyée:

"La société de consommation a privilégié l'avoir au détriment de l'être."

J'ajoute, en tant que citoyen No Border:

"Et l'avoir va offrir à l'Ogre sa puissance, sa laideur, sa destruction totale, son nihilisme, son Néant au détriment de l'Être."

 

16:15 Publié dans MISSIV ATTACK | Lien permanent | Commentaires (0) |

Après plus de sept ans de totale liberté...

Par la faute d'un seul individu qui se croit vraiment tout permis et à la prétention gigantesque, je me vois pour la première fois contraint de modérer les commentaires de ce blog.

Il m'est arrivé, très rarement, de devoir supprimer quelques commentaires désobligeant envers d'autres personnes que votre serviteur. Pour ma part, j'assumais et je répondais aux coups d'assommoir d'individus anonymes, de trolls perfides, qui cherchaient à me déstabiliser, voir plus. Mais j'ai résisté tout ce temps à la modération des commentaires en laissant la totale liberté à mes lectrices et lecteurs de me répondre de la manière dont cela leur plaisait.

Pour un seul individu qui ne respecte pas le simple fait que je ne veux plus le voir commenter sur mon blog à cause de son total irrespect et d'un mépris sidérant envers mes propres valeurs, je me vois contraint de modérer les commentaires dès aujourd'hui.

La censure n'est pas le bon moyen de vivre en démocratie. Pourtant, lorsque des bouffons attentent à votre personnalité et cherchent votre totale destruction physique et mentale, il n'y a plus d'autre choix que de censurer de tels personnages malfaisants. Je me pose tout de même la question. Comment se fait-il que la Rédaction de 24 Heures laissent encore cette personne publier des commentaires sur la plate-forme 24 Heures et TdG? Sachant qu'elle connait obligatoirement sa réelle identité, je me pose vraiment la question...