11/11/2015

La vitrification de l'Etat et autres maudicratures genevoises

On peut tout mettre derrière une vitre, du plus beau au plus laid, du plus publicitaire au plus poétique, du plus racoleur au plus érotique.

Que met la République de Genève en vitrine en cet automne 2015? Une Usine d'Art ou plutôt ses annexes festives. Un débit de bière qui doit légalement se diviser en cinq pour plaire à la République...et aux tenanciers d'estaminets jaloux d'un lieu où des tonnes d'hectolitres se déversent dans les gosiers d'une jeunesse fêtarde au prix d'une seule patente pour cinq. C'en est trop!

La culture, c'est comme l'alcool. Soit elle est interdite aux mineures pour cause de subversion, soit on l'autorise à tout le monde avec un carré rouge pour prévenir que ce n'est pas un lieu conforme à la morale bourgeoise et ses lois strictes et rigides. L'Etat de Genève vitrifie de plus en plus sa population. Et plus on va vers la vitrification de la société, sa mise en scène par des procédés économico-administratifs dictatoriaux, plus on donne du pouvoir au fascisme, à son expression la plus crade, la plus scandaleuse. Berlusconi, en Italie, a mis son pays en vitrine, avec putes luminescentes et indécentes de plateaux médiatiques entourées de financiers mafieux jouant de leur braguette grâce à la Bourse et leurs petites affaires peu ragoûtantes et opaques. Poutine fait de même en Russie. En Amérique, la droite "républicaine" qui se profile pour les prochaines élections présidentielle est une droite préfasciste radicalisée par des personnages complètement grotesques qui ont de plus en plus de succès auprès d'une Amérique de plus en plus violente, raciste, et ignorante et pour le coup dégénérée façon dinde de Noël mais pas façon artiste intemporel. En France, c'est Sarkozy qui revient encore plus à la droite impérialiste et souverainiste pour concurrencer la famille Le Pen sur le terrain du glauque autoritaire et du sordide financier. Les nations se vitrifient avant les...génocides futures et un conflit mondial qui n'a plus rien d'irréaliste pour qui sait sentir la montée de la peste brune et s'en bouche le nez tout en sonnant la révolte et la prise de la rue par la jeunesse.

Si Genève tient à une population diversifiée et une jeunesse aux idéaux et convictions qui vont bien au-delà de la dramatique dictature du fric, elle se doit d'ouvrir ses yeux ailleurs que sur les billets de banque. Nous ne sommes pas dans la Russie de Poutine, ni dans l'Italie de Berlusconi. Et nous ne voulons pas de plus de blochérisation de notre pays avec des médias qui sont à la solde de l'UDC et de ses pensées maladives pour le réduit national.

Et, ivre de ma folie, je lui criai furieusement : « La vie en beau ! la vie en beau ! »  

 

"(...) La première personne que j’aperçus dans la rue, ce fut un vitrier dont le cri perçant, discordant, monta jusqu’à moi à travers la lourde et sale atmosphère parisienne. Il me serait d’ailleurs impossible de dire pourquoi je fus pris à l’égard de ce pauvre homme d’une haine aussi soudaine que despotique.

« — Hé ! hé ! » et je lui criai de monter. Cependant je réfléchissais, non sans quelque gaieté, que, la chambre étant au sixième étage et l’escalier fort étroit, l’homme devait éprouver quelque peine à opérer son ascension et accrocher en maint endroit les angles de sa fragile marchandise.

Enfin il parut : j’examinai curieusement toutes ses vitres, et je lui dis : « — Comment ? vous n’avez pas de verres de couleur ? des verres roses, rouges, bleus, des vitres magiques, des vitres de paradis ? Impudent que vous êtes ! vous osez vous promener dans des quartiers pauvres, et vous n’avez pas même de vitres qui fassent voir la vie en beau ! »

Et je le poussai vivement vers l’escalier, où il trébucha en grognant.

Je m’approchai du balcon et je me saisis d’un petit pot de fleurs, et quand l’homme reparut au débouché de la porte, je laissai tomber perpendiculairement mon engin de guerre sur le rebord postérieur de ses crochets ; et le choc le renversant, il acheva de briser sous son dos toute sa pauvre fortune ambulatoire qui rendit le bruit éclatant d’un palais de cristal crevé par la foudre.

Et, ivre de ma folie, je lui criai furieusement : « La vie en beau ! la vie en beau ! »

(...)

Le Mauvais Vitrier, Charles Baudelaire

 

2015-11-09 0999.PNG

De dépit, rebaptisons les cinq lieux de débit

LE  BAR BAR

AUX  SAUVAGEONS

LE CAFÉ~IN

MAUDE IN THE TARGET

BULLSHIT CLUB

 

L'Usine et ses cinq patentes remercie l'Etat donnant de l'inspiration désopilante aux artistes genevois...et d'ailleurs.

 

10/11/2015

L'Examen de Minuit (Charles Baudelaire)

2015-11-09 099.PNG

Clones et dictateurs

 

La pendule, sonnant minuit,
Ironiquement nous engage
À nous rappeler quel usage
Nous fîmes du jour qui s’enfuit :
— Aujourd’hui, date fatidique,
Vendredi, treize, nous avons,
Malgré tout ce que nous savons,
Mené le train d’un hérétique.
 

Nous avons blasphémé Jésus,
Des Dieux le plus incontestable !
Comme un parasite à la table
De quelque monstrueux Crésus,
Nous avons, pour plaire à la brute,
Digne vassale des Démons,
Insulté ce que nous aimons
Et flatté ce qui nous rebute ;
 

Contristé, servile bourreau,
Le faible qu’à tort on méprise ;
Salué l’énorme bêtise,
La Bêtise au front de taureau ;
Baisé la stupide Matière
Avec grande dévotion,
Et de la putréfaction
Béni la blafarde lumière.
 

Enfin, nous avons, pour noyer
Le vertige dans le délire,
Nous, prêtre orgueilleux de la Lyre,
Dont la gloire est de déployer
L’ivresse des choses funèbres,
Bu sans soif et mangé sans faim !...
— Vite soufflons la lampe, afin
De nous cacher dans les ténèbres !

 http://causetoujours.blog.tdg.ch/archive/2015/11/10/la-betise-au-front-de-taureau-271638.html

 

Cela va-t-il si mal en Russie?

Une église orthodoxe qui relance les actions diabolique du cher camarade Staline. Un gouvernement trempé dans une affaire monstre de dopage généralisé à travers corruption et omerta.

N'en dites pas davantage. La Russie poutinienne s'est lancée dans une séance de rattrapage qui l'ont jetée dans les pires dérives autoritaires. Nous sommes vernis.  L'avenir semble de plus en plus sombre. Une exclusion des Russes aux prochains Jeux Olympiques et c'est l'esprit olympique qui sera mort et la guerre mondiale qui pointera définitivement le bout de son museau satanique.

De l'autre côté du mur, peut-on imaginer le gouvernement Merkel trempé dans une large affaire de dopage digne de l'ex-Allemagne de l'Est? Oui. Peut-être. Concernant sa petite bête à bon dieu, la coccinelle qui a menti en disant sur un ton mielleux et confiant: "croix de bois croix de fer si je mens au royaume de l'écologie j'irai dans l'enfer promis à tout pollueur prit en flagrant délit de violer la blancheur immaculée du paradis écolo". Noir c'est noir. Et puis, imagine-t-on le silence des autorité allemande devant une église chrétienne qui ferait tout soudain à nouveau les éloges d'Hitler en disant qu'il a rétabli la fierté allemande, relancé l'économie du Reich, et fait quelques mauvaises choses dont il aurait peut-être du s'abstenir? Au bilan, le tableau perte et profit semble décidément donner les faveurs de la cote aux grands méchants dictateurs. Les églises de Dieu comme les mosquées d'Allah semblent ne jamais se remettre de leur chute perpétuelle dans les enfers de Dante et vouloir le pire pour l'Humanité...

A bat la religion...et les dictatures athées...soutenues par des popes orthodoxes et des prêtres nazis... Il reste quoi? Toi, ta liberté de conscience, ton libre arbitre, et ta liberté de croyance. C'est la seule manière de sauver ton âme contre l'abrutissement, le lavage de cerveau, et les salauds qui auront ta peau.

Bonne journée. L'été indien est magnifique. Je n'ai hélas pas le temps ni l'espoir de le savourer en compagnie d'une amoureuse. Mais n'oubliez pas. Sortez couvert et garder vos distances avec les basiliques orthodoxes et les mosquées. Elles nous préparent quelque chose de méga-atomiques...juste pour sauver leur misérable pouvoir sur les âmes et les consciences du peuple dont nous sommes les représentants et représentes dignes ou indignes.

Pour finir ce billet d'humeur d'été indien, une petite pensée envers celle qui fut une scientifique, actrice, et croqueuse d'hommes, celle qui nous a permis aujourd'hui de vivre d'expériences universelles gratuite au paradis de l'échange et du wi-fi et de la géo-localisation: j'ai nommé Madame Hedy Lamarr, une centenaire décédée qui mérite un peu plus que l'enfer de l'anonymat dans lequel les églises et les mosquées jettent leurs femmes un peu trop libres, trop indépendantes d'esprit et trop intelligentes. Une vie d'extase qui a fini dans la solitude et l'abandon...

Qui se souvenait du nom de cette beauté féminine avant que Google ne l'a replace hier au centre de l'actualité? Mais c'est vrai. A côté d'Hitler et Staline, il est assez clair que la star fait pâle figure d'exemple pour l'Humanité...

 

 

09/11/2015

Grand méchant look et petit chaperon rouge

Être naïf et gentil...et terrasser au final ce grand méchant look qui a fait fuir les amis et amies? Ou bien être cynique et rester ce grand méchant look pour tenir à distance les vrais méchants, les ordures de ménage en commun, les ramasse-poussières qui ne font l'illusion de tenir le balai et la ramassoire que le temps de séduire Cendrillon...puis de la remettre aux casseroles et au four comme au moulin de Monsieur qui aime assaisonné sa chair fraîche avant de la consommer sans modération?

Dans la chambre à coucher, le grand méchant look a bouffé les pierres offertes des pécheresses. L'estomac lourd, il a plongé dans la rivière. Et puis, il est revenu en Chaperon tout rouge, histoire d'en finir avec la domination des hommes et la soumission des dames. Il est l'homme qui a vu la femme qui a vu l'homme. Terrassé par son appétit carnivore, il n'est pas devenu végétalien pour autant. Il attend que son appétit satisfasse une louve comme lui. On ne change pas si facilement de peau comme cela...

PORTRAIT  CACHÉ (THÉORÈME DE L'INCOMPLÉTUDE)

(l'espace blanc participe du principe d'incomplétude)

ALIZ EN SON ROYAUME

2015-11-09 09.02.500.png

2015-11-09 09.022.PNG