21/11/2015

Rencontre du troisième type avec les Parisiens

Pluies incessantes et bourrasques sur Paris en ce jour en huit après le terrible attentat.

Un temps d'hiver, glauque et sinistre, une population vaillante et rebelle qui ne courbe pas l'échine. Non. Paris ne baissera jamais les bras devant l'adversité, et le temps des intégrismes qu'ils veulent nous imposer à tous n'aura pas raison du temps des Lumières que nous désirons avec insistance et forces spirituelles comme morales.

Place de la République, la foule anonyme défile devant les hommages fleuris, les mots de rage, de consolation, de paix, d'humanité meurtrie par la violence inouïe de quelques individus fanatisés qui pensent trouver Allah dans ce carnage, ce déferlement de haine commis sur les peuples qui vivent unis en liberté de pensée.

Il fait nuit. Je viens de quitter Jann Halexander, le poète, cinéaste, homme de théâtre, musicien, auteur, compositeur, et interprète de chansons qui touchent les coeurs de celles et ceux qui aiment encore les chansons à texte et les recherches musicales originales.

Cet homme est pourvu d'une douceur naturelle et d'une gentillesse profonde, presque mélancolique. Il a répondu spontanément et immédiatement à ma venue parisienne m'accordant de son temps et de sa personne sur le temps de sa créativité. Il m'a fait visiter son quartier, La Chapelle, le Cenquatre, nouveau lieu de polycultures artistique dans Paris. Et nous avons passé un beau moment de partage dans un joli bar sur la place de la Bibliothèque biotechnologique "Vaclav Havel", lieu même où se tenait durant l'été dernier un squat sauvage de migrants venus d'Afrique via l'Italie et Vintimille-Menton.

Jann reste d'une simplicité et d'une humilité spontanée face aux évènements tragiques qui l'ont aussi touché personnellement et de près puisque des gens qu'il connaît ont perdu des proches dans cette attaque terroriste sur Paris.  Nous avons pourtant pu parler en toute liberté de ces évènements ainsi que de ces projets artistiques en cours.

Personne ne peut oublier "ça" me fera-t-il comprendre à travers ses mots; ce "ça" qui fait automatiquement référence au "plus jamais ça" de la dernière guerre mondiale, cette boucherie immonde provoquée par la lâcheté initiale de tous les gouvernements aux responsabilités européennes et mondiales face au fascisme représenté par Hitler, aujourd'hui peut-être, l'Histoire le dira aux générations futures, Bachar el Assad, ce faux multiculturel, qui a non seulement massacré son peuple et vidé son pays de sa population mais a aussi garanti le succès de Daech en libérant les plus dangereux islamistes radicaux de ses sinistres prisons pour créer le chaos indescriptible que l'on connait aujourd'hui, près de cinq ans après le début du Massacre syrien. Lui, mais pas seulement. Nos gouvernements sont impliqués dans le fascisme mondialisé qui s'impose peu à peu dans les consciences et que l'on connait trop bien à travers les partis d'extrême-droites. Saoudiens et Américains en savent quelque chose plus de cent ans après leurs accords pétroliers qui ont amené à la fortune hyper colossale d'une secte islamiste, les waahabites, hors de toute atteinte... Et nous les Européens et Russes aussi savons cela, Paris, son football et ses hôtels luxueux en premier...

Vendredi 13, c'est comme le massacre de la Saint-Valentin en plus important, bien plus important, sauf que pour ce dernier c'était deux clans mafieux de Chicago qui s'affrontaient alors que lors de Vendredi 13 c'est une population désarmée, innocente ou jouant l'innocence meurtrie devant cette mondialisation de la planète nous concernant tous, qui assise aux terrasses des cafés, qui faisant la fête avec un groupe rock, qui assistant à un match de football, contre cette bande barbare de jeunes mafieux incultes se prosternant naïvement et cyniquement pour un culte satanique dédié à un islamisme sectaire et sans aucune perspective d'avenir pour l'Humanité si ce n'est la disparition totale de notre existence en temps qu'espèce de la Terre et la résurrection promise pour aucun et aucune d'entre nous, soit l'enfer apocalyptique assuré à tous par ce culte satanique, élitiste, fasciste, nihiliste.

Voici quelques images, peu nombreuses, tant je n'ai finalement pas voulu photographier les gens dans la douleur sur la place de la République et le parterre de fleur extraordinaire filmé hélas jusqu'à la nausée par tant de caméras intrusives transmettant les images sur Facebook, Twitter, et sur les médias officiels. Vous les connaissez déjà ces images du lieu de recueillement en face du Bataclan et devant la place de la République, entre autres.

Alors je vous laisse en compagnie de l'homme du troisième type et de son étrange machine artistique fait d'enfantillages et de poésie. Je vous quitte donc ce soir avec Paris dans son deuil et son recueillement, Capitale, notre Capitale à toutes et à tous du monde des Lumières.

2015-11-21 22.16.19.png

 

2015-11-21 22.18.04.png

 

20151121_200448.JPG

 

20151121_200714.JPG

 

20151121_200754.JPG

LA LUMIÈRE DE PARIS PROTÈGE NOTRE HUMANITÉ DE LA FOLIE APOCALYPTIQUE

 

2015-11-21 22.21.17.png

JANN  HALEXANDER DEVANT SA DRÔLE DE MACHINE DE L'ESPACE AU CENTQUATRE, LA CHAPELLE

2015-11-21 20.55.522.png

 

2015-11-21 20.5555.PNG

 

 

L'anarchisme en faillite?

A lire la Tribune de Genève aujourd'hui, on dirait que seul le djihadisme radical offre une appartenance valable aux jeunes paumés qui ne se retrouvent pas dans un projet de vie et un futur qui leur appartient.

http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Geneve-change-de-ton-face-a-la-radicalisation-des-jeunes/story/20086105

Mais faut-il donc ignorer tout de la culture anarchiste, dont même Victor Hugo apportait son soutien et vantait ses mérites au travers d'un fameux poème que j'ai mis en ligne il y a quelques jours, c'est donc dire son importance artistique et politique, pour oser affirmer que l'anarchie a fait faillite et qu'elle ne peut être source de compréhension du monde et source de projet pour un jeune qui aurait quasi perdu la foi en l'Humanité?

Parce qu'il faut dire que la vraie source du Mal et du radicalisme djihadiste c'est la perte de foi en l'Humanité, avec en perspective la mort qui sauve, la mort qui console, chère à Baudelaire, le salut auprès d'Allah, qui rachèterait les dépravations et le libertinage de notre monde.

Hors, si l'anarchie se revendique du "Ni Dieu, Ni Maître" et que les religions ne l'aiment pas, voir le haï, pire encore condamne cette attitude au satanisme, il y a justement un chemin de survie qui s'offre à ces jeunes gens et jeunes filles à travers une attitude qui revendiquerait radicalement leur liberté d'expression et leur libre-arbitre. Car le Coran indique bien qu'il n'y a pas d'intermédiaire entre l'être humain et son dieu, donc qu'il impose à la personne sa liberté radicale, sa propre vision du bien et du mal à travers ses expériences de vie et d'échanges avec les êtres humains, ce nul contrainte en religion dont ce revendique l'islam. Être dans l'anarchie ne signifie pas qu'il faut poser des bombes et faire tout péter. ça, c'est le radicalisme nihiliste tel qu'il se produit sous cet islamisme radical ou sous d'autres formes que nous avons connu avec les Brigades Rouges ou autre Fraction Armée Rouge dont les membres désespéraient de notre société de consommation à outrance qui ne se préoccupe pas du tout des conséquences impérialistes que ce libertinage consommateur  impose à nous (par consumation mentale) et surtout à eux, ces millions de laisser-pour-comptes à travers le monde et chez nous aussi exploités de la façon la plus éhonté ( y compris l'esclavage au travail et l'exploitation sexuelle des enfants).

Il y a l'anarchisme de culture, de foi en l'Humanité, de volonté d'améliorer sa propre vie et de donner un visage au chaos du monde pour produire de la beauté et du sens qui redonne goût au combat démocratique et aux idées révolutionnaires.

Un jeune musulman qui ne se trouve pas bien dans sa vie peut très bien trouver l'exact opposé à son djihad qui se voudrait violent et destructeur. Il doit pour cela se fier à d'autres visions de la spiritualité, s'approcher de l'art, de la culture, du sport, de la spiritualité authentique pour faire de sa vie quelque chose de bien qui donnera aussi à sa famille l'espoir d'un jeune homme ou d'une jeune fille sauvé(e) du pire scandale que les gourous islamistes lui proposent: se tuer pour un paradis très hypothétique et tuer les Hommes au nom d'un nihilisme apocalyptique. Faire le bien sur cette Terre est la seule façon viable d'envisager un paradis hypothétique une fois mort. Et faire le bien c'est à gérer par soi-même, écouter sa propre conscience individuelle et non à travers les jugements moraux des autres qui nous condamnent parfois pour des choses dont nous ne nous sentons pas forcément coupables ou tout du moins qui ne serait pas à voir sous la forme du mal absolu mais d'un bien relatif pour soi et pour l'autre.

Pour cela, il ne faut pas tuer et violer la vie des êtres humains. Pour cela, il faut aimer la vie et les êtres humains.

P.S. Je suis arrivé à Paris il y a une heure pour écrire ce billet...qui est le premier de ce séjour ici parmi les Parisiens et Parisiennes blessé(e)s dans leur chair et dans leur âme.

 

20/11/2015

#ParisJeManifeste. Individualisons les manifs dans les rues de Paris!

Le Gouvernement français a décidé d'interdire tout rassemblement et donc toute manifestation dans Paris. C'est ainsi que les manifestations dirigées contre la violence faite aux femmes, celles pour une politique migratoire humaine et fraternelle, celles pour faire pression devant les décisions à prendre pour le climat et la COP21 ont toutes été interdites.

Les manifestants et manifestantes n'ont donc aucun droit de déambuler dans Paris alors que toutes ces manifestations sont d'une grande importance pour le dialogue et le partage citoyen.

Que faire alors? Rien? Annuler tout? Il reste une possibilité: jouer les femmes et les hommes sandwiches autour des rues principales de la Capitale, la Tour Eiffel, la Bastille, les Champs-Elysées, et partager fraternellement avec la population et les autres manifestants solitaires.

 

#JeManifeste

contre la peste brune,

contre le choléra islamiste,

et la guerre des fascistes.

#JeSuisUnMigrant.

 

Un seul exemple de pancarte colorée dans Paris. Si nous sommes des milliers dimanche avec notre manif individualisée, cela pourrait faire sauter l'interdiction de manifester... Appelons-là, la stratégie des feuilles mortes parmi la foule.

 

Contredire le Prophète, c'est s'éloigner du Parfait...

Pourquoi est-ce si difficile pour un musulman d'user de son libre-arbitre et de libérer le Coran de ses pires scories incandescentes qui font descendre l'enfer que l'on connait actuellement sur la Terre?

C'est difficile parce que le Prophète est idolâtré au même titre que n'importe quel gourou de secte est idolâtré par ses fidèles victimes.

Etre le Parfait, Allah et le Prophète se confondent bel et bien en islam, est le stade ultime de l'intimidation et de la domination envers l'Autre. Si je suis parfait, personne ne peut s'attaquer à moi et me critiquer. Donc je nage dans l'impunité la plus totale et m'élève au niveau de Dieu. Mes décisions sont justes et bonnes, y compris quelque soit leur degré d'injustice et de violence, mon comportement est juste et bon, y compris quand je fais souffrir pour châtier un mauvais comportement d'une personne, y compris quand j'ai décidé que le viol était une pratique approuvée contre tel type de comportement (la fille qui s'habille avec la légèreté de la conquérante) ou l'esclave, simple butin de guerre ravalé au rang de marchandise.

Les jeunes radicalisés reprennent l'exemple de la Perfection du Prophète. Ils en produisent un mime parfait jusqu'à la caricature la plus brutale et obscène, jusque dans le crime le plus abject et odieux.

Il est temps, le dernier temps pour les musulmans et musulmanes de se mettre à user de leur liberté d'expression, de nous libérer par l'art, la culture, l'échange intellectuel et artistique avec le monde entier, avant que le ghetto ne se referme sur nous et que nous devenions les ennemis définitifs de la liberté et de la modernité.

Critiquer le Parfait est une oeuvre de salubrité spirituelle. Il n'est plus pensable de s'aveugler à la lumière d'un fascisme religieux. Libérer l'islam c'est se libérer soi-même des fers et de l'enfer. Faire le procès du Coran, lui redonner ses lettres de noblesse mais aussi parler de ses terribles faiblesses et de sa tentation de fasciner le peuple de croyants, le mener vers le fascisme le plus diabolique qui engendre des guerres impitoyables et des violences inimaginables. Les chrétiens ont su faire le travail au prix de leur sang et de leurs idéaux.

Aux musulmans et musulmanes d'avoir le courage d'affronter les pires extrémismes de leur propre religion. Allah libéré, c'est l'islam et ses inspirations spirituelles qui pourront regagner les coeurs et les consciences à travers une culture millénaire et des oeuvres d'art oriental magistrales. L'islam est mort. Vive l'islam!

 

   

19/11/2015

Peace & Love

Abdelhamid Abaaoud

La Tour Eiffel Peace & Love de Jean Jullien devient le symbole de la paix

Le Waterloo de Daech a commencé en Belgique...