25/02/2016

La Mandragore

Il pleut. Il fait froid.

Il vente. Il neige.

Il y a la grande dépression d'hiver

qui règne sur l'anticyclone des Açores

et des frigidités dans les corps.

Il y a partout la guerre.

Pour le pouvoir, l'argent,

le sexe, l'ambition,

la compétition.

Il y a la grande dépression d'hiver

qui règne sur l'anticyclone des Açores

et moi je fais le clown sur ton corps.

 

Il y a ta bouche et tes lèvres;

il y a tes yeux d'océan

qui me donnent des allures d'Aragon,

et ta chevelure

qui chevauche mon fiévreux dragon,

qui va et vient

dans la magie au fond de ton lagon

tandis que mes doigts

font vibrer les cordes

de ton origine du monde

et que tu trembles

comme une terre

en train de bouleverser

la géographie de ton coeur.

 

Tout est bleu.

Tout est limpide.

Tout devient liquide.

Et tant pis si les Hommes se suicident

pour conserver leurs trônes stupides.

Je me trouve entre les bras

d'une fille qui réinvente tous mes pas,

qui a défloré la virginité d'Adam

en lui croquant ses pommes de Satan,

en lui redonnant ses ailes d'ange

qui d'Elle en Elle reviendront  toujours à Elle.

 

Tout est soleil sur ma planète.

Il y a la grande dépression d'hiver

qui règne sur l'anticyclone des Açores

mais dans les oreilles du toréador

chantent les amours d'Olympes en or

et cette fille aux vertiges de Mandragore  

chevauchant son matador

sur l'île au trésor de Mogador.

 

Je suis un pendu

qui a trouvé sa Mandragore.

Ô Dieux du Ciel

n'arrachez pas mon coeur

et accordez-moi une longue vie

le temps d'aimer ma Mandragore

avant de quitter cette Terre et mon port.

 

dessin d'une racine de mandragore

« Trace autour de la mandragore

trois cercles avec une épée,

coupe en regardant vers le levant,

danse autour de l’autre

et dis le plus grand nombre possible

de paroles grivoises »!

Théophraste (371 – 287 av. JC)

botaniste, élève d'Aristophane

http://www.etaletaculture.fr/culture-generale/la-mandragore-plante-magique/

 

 

24/02/2016

Les aventures extraordinaires de Madame Pinson et de Monsieur Polisson

Monsieur Polisson

s'est épris de Madame Pinson

Prof de Kamasucetra

à la Big Ben Academy

of London School.

 

Et quand Big Ben sonne

c'est tout London

qui entend et follow l'amour

entre Madame Pinson

et Monsieur Polisson.

Et quand Big Ben sonne

c'est tout London

qui rêve et cuisine le bacon

en attendant sur le balcon

de franchir le mur du son

et s'abonner à leur grand free son.

 

Monsieur Polisson

est déjà un vieux garçon

qui a trempé son glaçon

dans bien des liqueurs de curaçaon

et de toutes les façons.

Madame Pinson

joue à César Robinson

sur son lit à rubis cons

et, pour ne pas éveiller les soupçons,

elle a fait construire une école

de gladiateurs sur son grand lit

tout en se livrant au plaisir d'un festin

et en jouant les escort girls

pour de fieffés mulets

abonnés à son chariot de feu.

Par des chemins détournés,

elle ne parle jamais d'amour

mais de sa liberté prise

pour oser franchir le Rubicon

et gagner les aisances matérielles.

Mais les flambeaux de l'amour

s'étant éteints depuis longtemps

dans son coeur de Pinson

elle s'égara pourtant et erra longtemps

avant de tomber

sur Monsieur Très Polisson,

vieux prof de Lettres

à la Love University of Newcastle

qui devint alors son guide.

Ils marchèrent  ensemble

sur des chemins extrêmement étroits

et rejoignirent les cohortes d'anges

qui s'étaient tous donnés rendez-vous

sur le fleuve du Rubicon.

"Maintenant", dit la prof de César Kamsucetra,

"nous pouvons encore revenir sur nos pas.

Mais si nous passons ce petit pont

alors notre amour décidera de tout."

 

Monsieur Polisson enlaça Madame Pinson

et il la coucha sur son lit à bascule.

Alors le miracle se produisit.

Il devint cet homme

d'une beauté remarquable

tout en jouant de son chalumeau

sur les monts et merveilles

de Madame Pinson.

Outre des bergers et des bergères,

des soldats de l'armée d'Amérique

et de toutes les Russies

accoururent pour regarder

dans le plus parfait secret

ce couple très étrange vivant leur amour.

Le premier soldat d'Amérique

eut alors une sorte de vision cosmique

et saisit une des trompettes

en sonnant au cri d'une fanfare

avec une force extraordinaire.

Il alerta les ennemis

se tenant de l'autre côté de la rive

qu'ils se devaient de faire la paix

dans toutes les Syrie de la Terre

pour sauver cette Rome moderne

qu'ils s'étaient outrageusement partagés

durant des siècles de conquêtes et de guerre.

Monsieur Polisson jeta alors les dés

et embrassa tendrement

Madame Pinson

d'un tout léger baiser sur la bouche

pendant qu'il lui faisait l'amour.

 

"Allons", souffla-t-il

à l'oreille de l'agent 006,

"nous avons convoqué et appelé

les prodiges des dieux et

les dieux ont franchi leur Rubicon

pour rendre de l'équité à ce monde!"

 

inspiré du texte de Suétone, les douze Césars, César

 

 

Tes yeux sont des lettres

 

Au fond de la lagune

j'ai découvert tes yeux de prune.

 

Tes yeux

c'est de la tarte aux myrtilles

sur coulis brûlé de vanille

plongés chaud bouillant de plaisir

au fond du puits d'azur liquide

de mes mots doués d' avenir.

 

Tes yeux

sont des prunelles de Bourgogne

dans lesquelles les cigognes

annoncent leur bébé du printemps.

Tes yeux.

Tes yeux.

Tes yeux.

Aucune fille n'a fait mieux

Tes yeux.

Tes yeux.

Tes yeux

sont des jeux de quilles délicieux

par lesquels je cabriole sur tes dunes

dans un run méga extraordinaire

qui passe tous les univers

et m'ouvre toutes les barrières.

Tes yeux.

Tes yeux.

Tes yeux.

Oh bébé!

Tes yeux.

Tes yeux.

Tes yeux.

Oh bébé!

Tes yeux.

Tes yeux.

Tes yeux.

Oh bébé!

 

La nuit je rêve de tes yeux.

Le jour je rêve de tes yeux.

A midi je rêve de tes yeux.

A minuit je rêve de tes yeux.

Et entre tes bras

je rêve toujours de tes yeux.

Tes yeux.

Tes yeux.

Tes yeux.

Tes yeux.

Tes yeux.

Mes cieux.

Tes yeux.

Mes cieux.

Tes yeux.

Mes cieux.

23/02/2016

Les lumières nues

Tu vois mon frère,

si tu me dis

que tu as découvert la lumière

et qu'il faut couper les têtes

aux infidèles;

qu'il faut violer les filles et les femmes

pour trouver enfin  ses ailes

d'ange auprès du Ciel,

je me dis là,

mon frère,

tu te fourres le doigt

bien profond

dans ta propre boue,

que t'auras fait de ta vie

une saison dans les fers

de leur folie totalitaire.

 

Et toi ma soeur,

si tu suis ton frère

sur ce chemin imaginaire,

prétends-tu encore rester femme,

une épouse digne d'elle,

alors que des enfants

pleins de vie

explosent sous vos haines

pleines de rancune,

d'obscurcissement,

et d'amertume?

Et toi ma soeur,

si tu regardes

nos lumières mises à nues

apprenant à aimer,

à se fourvoyer,

à se trouver,

sur le dancefloor,

que tu vois cela

comme l'expression

du plus parfait enfer,

de la perversion sexuelle

la plus aboutie,

de la négation d'Allah,

je me dis là

ma soeur

tu te fourres le doigt

bien profond dans ta propre boue,

que t'auras fait de ta vie

une saison dans les fers

de leur folie totalitaire.

 

Entre viol et séduction,

savez-vous encore,

mes soeurs et mes frères,

où se situe l'enfer et la mort?

Entre meurtres et jouissances,

savez-vous encore,

mes soeurs et mes frères,

où se situe l'enfer et la mort?

Entre anéantissement et civilisation,

savez-vous encore,

mes soeurs et mes frères,

où se situe l'enfer et la mort?

 

22/02/2016

Chant VII de l'enfer médiatique

Il suffit d'écrire une seule fois faux par l'intermédiaire d'un média de référence pour que mille fois la faute enfle et dissémine son mensonge purulent sur la Terre entière avant que la vérité n'éclate...trop tard!

Umberto Ecco s'amuserait sans doute de l'erreur fatale des médias reprenant à maintes reprises une source incorrectement informée sur le titre de son dernier livre. Ce n'est donc pas du chant VI mais du chant VII que vient l'expression latine Pape Satan Aleppe, en français traduit de cette façon "Satan! Holà Satan! Puissant maître!"*

On peut s'interroger sur le manque général de curiosité médiatique qui s'engouffre dans les abysses de la même faute avec un empressement enjoué. Mais n'est-ce pas Satan! Holà Satan! Puissant maître qui empêche la moindre curiosité journalistique sur la véracité exacte de l'origine du titre du livre à cause de notre empressement à reproduire des nouvelles, vraies ou fausses, comme des perroquets grâce à l'oiseau Twitter? Comme par exemple de reprendre des mots vulgaires, des idées obscènes, de la bouche d'immenses populistes comme Donald Trump sans aucune critique féroce et définitive de son langage apocalyptique, un Donald Trump ami fidèle de Vladimir Poutine qui le serait pas moins de Silvio Berlusconi tous menteurs patentés, avant que demain les deux géants vaniteux du bloc de l'Ouest et du bloc de l'Est s'écharpent dans une énième guerre mondiale et nous mènent à l'agonie du monde au cas où le prétendant au trône le plus menteur et fallacieux d'Amérique arrive à ses fins diaboliques d'incarner le pouvoir de la première puissance mondiale?

Vraiment, à méditer ce manque des grands médias qui, tels des moutons de Panurge, foncent tête baissée vers le Grand Précipice de nos fautes et égarements au nom d'une certaine Richesse purement matérialiste.

Umberto avait raison. Dante est plus que jamais à l'ordre du jour.

*"Mais partons. Quand je vins pour t'ouvrir cette route, les astres s'élevaient. De la céleste voûte Ils quittent le sommet, marchant vers l'horizon,"

*extraits traduits de "L'Enfer du Dante", chant VII, d'après le nouveau commentaire de Biagoli.

https://books.google.ch/books?id=Zt1M6Z4bTS0C&pg=PA82&lpg=PA82&dq=pape+satan+aleppe+traduction&source=bl&ots=3y-dQvmSmC&sig=kd9nMf9vjeLNFY-P8ptPgHIBwOk&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwidk_irvovLAhUCbRQKHZEyCuQQ6AEIQjAF#v=onepage&q=pape%20satan%20aleppe%20traduction&f=false