16/03/2016

John Kasich contre Hillary Clinton, la finale qui sauverait l'Amérique

Il est quasi inenvisageable d'imaginer un duel Trump-Clinton pour la finale présidentielle.

Un tel duel, ce serait une montée inévitable des haines dans toutes les Amériques. Une tension énorme en découlerait et une Amérique laminée, perdant confiance en elle, et votant finalement pour le milliardaire en désespoir de cause pour remettre de l'ordre dans les propres incendies enclenchées par sa rhétorique scellerait une Amérique fasciste, dictatoriale, au pouvoir.

Les Conservateurs n'ont pas le droit de jouer une telle carte faisant appel au diable et aux sentiments les plus bas et primaires des populations américaines. Il ne s'agit pas de savoir si les Latinos, les Noirs, les Chinois ou les Blancs sont les pires et les plus méchants, les terroristes, dealers, et violeurs du peuple américain. Il ne s'agit pas d'agiter les flambeaux du fascisme et de la race pure pour réussir la trop fameuse "Grande Amérique" dont Donald Trump se targue. Non. Bien sûr que non. Nous le savons tous. Une telle politique mènerait à une immense catastrophe non seulement américaine mais mondiale puisque l'Amérique est le moteur même de la démocratie dans le monde. Nous savons tous que dans chaque communauté, dans chaque groupe humain, dans chaque quartier, banlieue, et centre ville comme dans chaque campagne les zones d'ombres et de lumières agitent toutes les populations du monde. Les ténèbres affrontent la lumière partout. Il n'y a point de paradis absolu. Il n'y a point de lieu ni de géographie humaine où les gens peuvent affirmer que chez eux le crime n'existe jamais. Donc Donald Trump est identique à des démagogues de la trempe d'Adolf Hitler. Il ne peut pas promettre le paradis en proposant l'enfer et la division entre pureté et impureté à la manière de sa fameuse Havard University du terrorisme de l'Etat islamique qui fait exactement pareil du point de vue rhétorique: "eux sont les impurs, les mauvais Américains même pas Américains (à l'instar de Barack Obama, car oui le mec à la moumoute a même osé cela. La non-appartenance au peuple d'Amérique du Président en fonction! Insulte invraisemblable mais qui lui permet toujours d'être dans la course à la Maison-Blanche. Allez comprendre où sont les limites de l'indécence en Amérique dans une course présidentielle). Nous, nous sommes les purs, les bons, les gentils, les excellents Américains qui allons changer l'Amérique et la rendre plus grande, plus fromidable, plus tout"... Bref, l'illusionniste sème le désastre et l'Amérique récoltera la tempête totale si ce mec est élu président.

Les Conservateurs doivent proposer un candidat vraiment crédible et fièrement Républicain. Ils semble que John Kasich qui vient de remporter l'Ohio, son Etat, propose une identité fort valable et proche d'un ton à la Ronald Reagan.

Il ne reste donc plus qu'aux Républicains de se recentrer et de se concentrer uniquement sur un candidat alternatif à la folle de service, Donald Trump. Sinon, cette fameuse finale entre Donald Trump et Hillary Clinton se transformera en gros risque de guerre civile avant même que le ou la présidente soit élue à la tête de la première puissance mondiale.

De grâce, pour toutes les Amériques, peuple d'Amérique choisit ton camp pour une finale digne et surtout porteuse d'avenir en ce monde qui marche sur la corde raide avec toutes ses tensions et ses contradictions au niveau planétaire.

A lire, ce billet intéressant sur la personnalité de John Kasich et la possible continuité pour l'Amérique de certaines lignes conductrices tracées et menées sous la présidence Obama:

http://www.huffingtonpost.fr/2016/03/16/john-kasich-primaire-republicains-etats-unis-2017_n_9475628.html

 

Ohio: Saddam Hussein n'a pas rendu plus grand Donald Trump

Donald Trump a raté son coup décisif dans l'Ohio en ne gagnant pas les délégués de cet Etat.

Que faut-il en conclure? Qu'il ne pourra pas atteindre la barre limite pour une majorité lors de l'investiture républicaine et que tout peut encore changer?

L'Irak ne fera pas de Donald Trump le Harvard des fascistes. Et l'Ohio n'a pas cédé à celui qui était partant pour la guerre là-bas et qui, selon ses paroles, se serait rétracté juste avant le lancement de l'offensive. Mais faut-il le croire lui qui ment tout le temps? Si la guerre de l'Amérique à l'Irak a fait de ce pays l'Harvard des terroristes, il faut s'alarmer de ce que deviendra l'Amérique et la planète sous la férule d'un dictateur américain et de sa moumoute blonde.

 

15/03/2016

Ceci n'est pas un requin d'avril

La Guerre totale à Donald Trump est déclarée. La hache de guerre déterrée, les tomahawks affûtés. Les Sioux d'Anonymous ne lâcheront pas jusqu'à ce que le milliardaire lâche le morceau de la Présidence de ses dents d'acier et de son fric dont il croit qu'il peut tout acheter même l'âme de l'Amérique toute entière.

Au combat, soeurs et frères de la planète Terre.

 

Sarah Palin sera là pour sauver Donald Trump...

Plus d'une fusillade par jour. 30'000 morts par an aux Etats-Unis grâce à la libre circulation des armes à feu. Ramené à l'échelle de la France, cela fait 7'000 morts par an, une fusillade tous les 4 jours, de quoi remplir 60 Bataclan de personnes décédées par armes à feu.

Mais on ne s'inquiète pas pour la santé de Donald Trump. Il aura mille Sarah Palin pour défendre sa personne, payées par les impôts du contribuable, un peu comme Muammar Kadhafi en son temps de gloire qui savait si bien voler son propre peuple. Même pas besoin de puiser dans ses 10 milliards de fortune pour payer sa protection rapprochée présidentielle.

En attendant, grâce à la folie mégalomaniaque du personnage, l'Amérique risquera sa peau et son avenir en élisant le personnage ubuesque au sommet du pouvoir. Et cela semble ne pas affoler plus que ça tous ses partisans et partisanes.

Dernier super mardi aujourd'hui. Le suspens est à son comble. Les lobbies des armes sont enchantés. Donald leur a fait une pub d'enfer jusqu'à Paris sur les cendres du 13 novembre. La honte la plus indécente dans la bouche de ce personnage. Dans les magasins et armureries, il ne faudra pas oublier de mettre en effigie des barbies Sarah Palin hyper sexy portant ses charmes...pardon ses armes. Je vois déjà les flingues dans les vitrines de Pigalle, la fille en bas résille porte-jarretelles, la petite culotte affriolante, le colt à la ceinture, avec cette annonce magique d'une clone de Sarah Palin:

" Tu montes, chéri? J'ai mon parabellum 69forYou. Ta peau contre ma peau. ça te dit de jouer ta vie avec moi?"

 

14/03/2016

Donald Trump, cette centrale nucléaire au gigantisme défaillant

On est toujours plus intelligent après. Cette formule bien connue pour expliquer une faillite d'entreprise économique ou politique sied à merveille pour Donald Trump. Mais si pour une fois on traitait la formule différemment avec un: On est plus intelligent avant? Avant quoi? Avant un désastre mondial qui nous pend au nez.

Mon titre de billet compare Donald Trump à une centrale nucléaire. Comme elle, Donald Trump brassent des milliards qui ont un coût et des déchets radioactifs sur les populations (exploitation des ouvriers et ouvrières, lobby hyper performant et publicité qui vantent tous les mérites de la personne en tenant secret ses déviances et ses possibles escroqueries, escroqueries en passe d'être prouvées par des journalistes pugnaces après des recherches fouillées sur le personnage et ses réseaux financiers; un activisme vibrionnant au carré de l'activisme d'un Nicolas Sarkozy et qui ne permet à plus personne de comprendre les lignes politiques directrices du personnage qui sème des paroles attisant les haines et les divisions entre Américains, sans compter les divisions à l'international et l'isolement de l'Amérique par les autres grandes puissances du monde (Chine, Russie, au global les pays du BRICS) sans compter l'Europe qui risque de se distancer de son allié américain en cas d'élection du personnage controversé.

Ce constat alarmant tiré, il faut se demander à qui la faute si le peuple américain finit par voter pour cet homme? Y a-t-il donc un défaut, une absence, dans le système constitutionnel américain? Pour être plus intelligent avant, ne faudrait-il pas une ligne rouge à ne pas franchir pour tous les candidats à la présidence? Peut-on être ouvertement anti-étrangers, dire au peuple mexicain qu'il exporte en immense majorité ses violeurs et ses dealers en Amérique, ne pas se prononcer négativement sur le chef du Ku Klux Clan et sur les réseaux d'extrêmes-droites fascistes et sans doute prêts aux crimes les plus abominables? Peut-on promouvoir la haine contre son "ami" de gauche Bernie Sanders en le mettant en garde contre l'activisme des citoyens et citoyennes qui perturbent pacifiquement ses propres meetings et dont la vie risque de basculer dans l'horreur plus la date fatidique de l'élection approchera? Peut-on accepter qu'un candidat à la Présidence américaine mette en danger les populations à l'interne les jetant les unes contres les autres? Peut-on accepter les attaques de plus en plus agressives et directes contre la Chine et le Japon concernant le libre-échangisme risquant de créer des haines encore plus vivaces contre le peuple d'Amérique? Tout cela pour un seul candidat...

Ma question est simple. Pourquoi l'Amérique ne se dote-t-elle pas d'un comité de sages exceptionnel et indépendant qui devrait se prononcer sur la destitution d'un candidat à la présidence en cas de flagrants abus lors de la campagne? Un comité composé de personnalités des deux grands partis existant actuellement aux Etats-Unis et de quelques personnes indépendantes de la politique mais très au courant des programmes politiques de l'Amérique? Dans une centrale nucléaire, les bénéfices rapportés sont gigantesques mais les coûts aussi, y compris pour le démantèlement de la centrale. C'est pourquoi il y a tant d'inertie à stopper les vieilles centrales nucléaires malgré les risques potentiels encourus. Avec Donald Trump, personne ne demande le démantèlement de l'entreprise Trump. Personne ne demande une nationalisation de son empire sauf les communistes qui restent très largement minoritaires en terre d'Amérique. Non. Personne ne veut plus de mal que de bien à Donald Trump. Juste une seule chose. Sur le tableau de la centrale nucléaire Trump, pleins de voyants rouges se sont allumés un peu partout dans le monde. Des gens au fait de la politique internationale comme nationale, des poètes aussi, des artistes de tous bords qui sentent un grand danger potentiel avec ce personnage. Un mur d'intelligence qui se dresse devant lui pour dire Stop Trump. Pas d'agrandissement de ta centrale au niveau de la première puissance mondiale. Pas de ça, c'est beaucoup trop dangereux pour l'Amérique et pour tous les peuples de la Terre.

Quand des experts trouvent des failles graves dans le système d'une centrale nucléaires et que d'autres disent qu'elles sont bénignes et qu'elles ne risquent pas d'entraîner une catastrophe, le peuple qui habite dans la proximité proteste et tempête pour la fermeture par principe de précaution. Qui sont les experts officiels de l'Amérique qui peuvent se prononcer pour stopper la marche triomphale de Donald Trump? Le peuple qui vote pour lui et qui enrage de voir des poètes, des philosophes, des politiciens, des simples personnes du peuple qui sentent la catastrophe arriver, se calmerait-il si un comité des sages chargé d'examiner la candidature extravagante de Trump existait? Pourrait-on en Amérique, première puissance démocratique mondiale, devenir plus intelligent avant?

Telle est ma question.