03/04/2016

Une faute de frappe

 

Tu m'as dit:

Notre histoire

a commencé

comme une faute de frappe

sur ton ordinateur

qui a donné envie à la fureur

de vivre une fabuleuse

histoire d'amour.

 

Je suis resté circonspect

voir même un peu suspect

face à ton immense respect

et à ce naissant secret.

 

J'ai pris ma faute de frappe

pour une simple erreur de script.

Mais c'est moi qui faisait

une grave erreur de jugement.

Car de la faute de frappe

est né ce bouleversement

du monde et de nos consciences.

 

Comment, comment donc ce k

qui n'avait jamais connu

la reconnaissance du peuple

pouvait-il faire peuple

dans ce temps révolutionnaire?

Comment, comment donc ce k

pouvait-il soudainement

faire corps avec le monde

et s'intégrer à la légende

de l'Humanité?

 

C'était l'autre jour.

K est entré sur la scène

par inadvertance sociale.

J'ai d'abord voulu le chasser

de ma mémoire et de l'ordre

de mon écriture.

Mais tu m'as dit de le garder

parce qu'il allait donner

le nom à cette révolution

et qu'alors il deviendrait

immensément important

pour toi et pour moi.

 

J'ai regardé k sur la page.

Il avait une certaine gueule de métèque.

Je voulais l'honorer en majuscule

mais tu m'as chuchoté

qu'il n'était qu'une minuscule,

qu'il était plus honnête en minuscule,

qu'il participait

d'un élément de construction,

d'une pierre à l'édifice

parmi la révolution en cours,

et qu'il voulait rester anonyme

parmi les anonymes

tout en donnant l'inspiration

aux gens

malgré sa faute de frappe.

 

C'est comme cela que k

a fait irruption sur la scène

et a permis de faire Volk,

prononcé folk, 

mais qui signifie peuple

en Allemand.

 

C'est comme cela que k

a mis en route la musique

et qu'elle ne s'est plus arrêtée.

C'est comme cela

que nous avons passé

de révolution à

RéVolkution

R comme révolution

V comme victoire

et k comme faute de frappe

et force de frappe.

 

On était loin, très loin,

des nuits nazies.

Nous étions dans les Nuits Debout.

Et on allait vivre

la RéVolkution

avec Franz Kafka

dans la mémoire de nos coeurs.

 

 

 

02/04/2016

ça commence comment la RéVolkution?

Il y a comme des bruissements dans l'herbe folle

et des sautillements de gazelles sur les pavés.

Il y a une folle ouverture des coeurs de jeunesse

comme une aventure de grand large déesse

menée sur les ondes de l'Océan Poésie.

 

Il y a le goût du petit noir

au petit matin frissonnant

sur les jambes nues des filles

qui prend des allures de fraternité

sans frontière

et des croissants chauds qui virent

sur des lunes érotiques

pleines de colin-maillards

des garçons et des filles

qui s'aiment et s'entre-mêlent

jusqu'au baiser du lever du soleil

de ce jour tout neuf

redonnant espoir aux peuples,

aux insoumis, aux exclus,

aux artistes anonymes

qui plantent leurs pantomimes

sur les candélabres

et des fleurs phosphorescentes

dans les cheveux des filles.

 

Il y a tout ça.

Et puis la musique dans les oreilles,

les chants d'amour et de liberté,

les rimes percutantes des poètes

qui attendaient ce sursaut des peuples

alors que les journaux nous racontaient

d'énormes balivernes

aussi grosses que des baleines sans gouverne

alors que les poètes cuvaient dans les tavernes

avec des filles magnifiques

assises sur leur bosse

en attendant ce jour où le peuple

deviendrait son propre boss

et prendrait ses responsabilités

face à la déchéance du monde.

 

C'est comme cela

que commence notre

RéVolkution.

Nuit Debout, les étudiants et travailleurs sont Vent Debout!

Paris. Voilà deux nuits que Paris, PLace de la République, se transforme en forum révolutionnaire, en rêve réalisé, en réunion informelle, en échanges fraternelles, en démocratie horizontale et participative de toutes les idées et courants actuels. Paris s'éveille et Mai 68 semble renaître de ses cendres. Jamais été aussi proche de ce grand retour des fleurs et du peace & love version 2.0

Alors rendez-vous dans vos villes et vos villages pour préparer le grand retour des utopies et de la réelle démocratie contre la real politik de notre monde qui s'enfonce dans la haine, la stupeur, la terreur, et la guerre. New America, Nouvelle France, Nouvelle Italie, Nouvelle Roumanie, Nouvelle Grande-Bretagne, Nouvelle Russie, etc., etc., Les démocratie ont besoin de rêver pour se renouveler et passer ce cap tragique des attentats terroristes et des guerres artificiellement créées au nom des intérêts économiques de quelques groupes milliardaires qui veulent conserver leurs strictes intérêts, voir les consolider et les améliorer encore. Que cesse ce cynisme qui nous condamne à l'horreur et aux haines entre les peuples et les ethnies! 

https://www.mediapart.fr/journal/france/020416/la-nuit-debout-setire-jusquau-32-mars?page_article=2

Jouer avec les enfants des rues

Le monde est ce qu'il est

mais alors il est parfois bien laid.

Le monde est ce qu'il est

mais peut-être que tu peux modifier son portrait

d'un coup de gueule

écrit sur la Toile.

 

Te perdre dans les rues quelque part

dans un bidonville du Congo;

et chanter avec les enfants

"Go! Go! Go! Congo!

 

Rester avec eux.

Respirer un peu de leur air

vicié par le manque de confort

par le manque de perspective

par le manque d'amour

et l'abandon de tous.

 

Le monde cache sa laideur

sous ses airs de froideur.

Le monde cache sa misère

et s'éclate sur les bords de mer.

 

Mourir d'une balle

tirée par un enfant des rues.

Quelque part mourir d'innocence

pour lui comme pour moi.

 

 

01/04/2016

Cette nuit tu n'es pas là

Je regarde mon écran

surveille mes e-mail sur l'océan

J'écoute des tubes

pour oublier les mauvaises pubs

les politiciens qui font un carton

dans le coton de la presse

les médias qui encaissent

les bénéfices de leur lâcheté

 leur absence de volonté

leur refus de donner parole à la parole

percutante mais aussi révoltante

alors que je les dessine en cartoon

Donald Trump

au Pays de Brice de Nice

François Hollande

au pays d'Alice la Gourmande

sur son Scooter et son casque d'ado

illuminé de tulipes phosphorescentes

pour fêter sa déchéance présidentielle

et son retour à l'état essentiel

citoyen parmi les autres

au Jardin des Tuileries

François Hollande

qui s'amuse de son mauvais casting

dans le film

"La France à la Baisse"

que certains rigolards ont déjà rebaptisé

"La France à la Baise"

François Hollande

et son plafond de verre défoncé

le jour où il se proclamait

"Moi Président"

 

L'état poétique

est au-dessus de l'état politique

L'état poétique

est au-dessus de l'état politique

mais en-dessous de l'état amoureux

qui te donne des ailes d'ange

et de fou dangereux pour ton équilibre

 

Il vole avec les anges

mais toi tu n'es pas là ce soir

et je m'installe dans ce boudoir

avec des filles imaginaires

pour oublier ton absence ordinaire

Tu es là-bas dans ton pays d'origine

là-bas à la source de tes contes et contines

 

Quand tu reviendras

nous reprendrons notre conte

et on verra alors

si les anges nous donnent encore des ailes

pour voler tout là-haut

dans le ciel

avec les oiseaux de notre amour.